Dernières Infos

Août 2021, les incendies ravagent les pays méditerranéens

credit https://www.histoiresdepompiers.fr/2017/09/03/soupcons-dincendie-criminel-var/

Des pays autour de la Méditerranée sont en proie aux flammes. Sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, des incendies ont ravagé les terres. Le bassin méditerranéen était touché ces deux dernières semaines par des incendies, notamment en Grèce, en Turquie et en Algérie. Dans ce dernier pays, quelque 90 personnes sont mortes ou portées disparues depuis lundi 16 aout dans les incendies, en majorité d’origine « criminelle » selon les autorités.

En Turquie – 2 aout 2021 : les violents incendies de cet été ont causé huit morts et dévasté 170 000 hectares de pinèdes et de culture sur la côte sud de la Turquie. La Turquie a lutté et fait face aux pires feux de forêt de son histoire, a déclaré, mercredi 5 août, le président Recep Tayyip Erdogan, alors que les flammes avaient atteint une centrale électrique dans le sud-ouest du pays après avoir réduit en cendres des zones forestières côtières. Ces incendies sans précédent auxquels ont fait face la Turquie en plus d’une semaine sont liés à la vague de chaleur extrême qui a frappé le sud de la Turquie.

Critiqué sur la gestion de ces incendies, qui ont déjà fait huit morts, le président Recep Tayyip Erdogan, avait donné une interview en direct à la télévision quand l’annonce de l’évacuation est tombée.

Plus de 180 feux ont ravagé des forêts et des terres agricoles, ainsi que des zones habitées sur les côtes méditerranéennes de la Turquie depuis mercredi 4 aout 2021. Les incendies ont aussi gravement touché les sites touristiques qui avaient récemment pu reprendre leurs activités après des mois de restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

Selon le service de surveillance par satellite de l’Union européenne, la « puissance radiative » des incendies en Turquie a atteint une intensité « sans précédent » depuis 2003.

Lors des premiers jours des incendies, des chroniqueurs sur les médias pro-gouvernementaux avaient accusé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation considérée comme terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux, d’en être responsables. Mais les autorités citent désormais la vague de chaleur extrême qui continue de frapper le sud de la Turquie.

credit www.aa.com.tr

Feu de forêt à Mugla, dans le district de Marmaris, en Turquie, le 2 août 2021. © AFP

Selon des données officielles turques, l’événement est majeur. En une semaine, plus de 180 brasiers ont ravagé des forêts entières et des terres agricoles, ainsi que des zones habitées, principalement situées sur les côtes méditerranéennes, portant la surface partie en fumée en 2021 à 95 000 hectares, un record. Jamais la Turquie n’avait autant brûlé en dix ans.

Grèce : Les récents incendies en Grèce, particulièrement destructeurs en termes de surfaces brûlées, ont mis au grand jour les « défaillances grecques » en matière de lutte anti-feux et de prévention dans un pays désormais confronté à une « crise écologique immense », préviennent des analystes.

Plus de 100.000 hectares sont partis en fumée en deux semaines, décimant faune et flore et montrant combien la Grèce reste à la traîne en matière de protection de l’environnement, parmi ses partenaires européens, sans réelle politique de prévention des incendies.

« La Grèce a toujours eu du mal à protéger son riche écosystème caractérisé par le microclimat méditerranéen et une biodiversité exceptionnelle », observe Takis Grigoriou, responsable des questions d’énergie et de changement climatique à Greenpeace-Grèce.

« Les constructions illégales, le manque de cartographie forestière, l’utilisation (par les Grecs) de l’espace naturel comme s’il s’agissait de leur propre propriété, figurent parmi les facteurs de défaillance de la politique de prévention des feux », explique-t-il à l’AFP.

Les autorités « ont été prises de court » fin juillet, alors que des centaines de feux se déclaraient simultanément aux portes d’Athènes mais aussi dans des régions plus reculées, en Eubée (Nord-Est), dans le Péloponnèse (Sud) ou à Rhodes, souligne Efthymis Lekkas, professeur de gestion des catastrophes naturelles à l’université d’Athènes.

La canicule exceptionnelle qui a frappé le pays n’est pas la seule responsable. Selon lui, les « défaillances grecques du système opérationnel et de prévention » ont aussi contribué à ce que le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a lui-même qualifié d' »immense catastrophe écologique ».

« L’ouverture par exemple de voies coupe-feu dans les forêts n’a pas été privilégiée par les différents gouvernements grecs, car elle n’a pas d’impact politique direct », accuse M. Lekkas qui chiffre à « cinq milliards d’euros » les dégâts à long terme des récents incendies.

M. Mitsotakis a invoqué le « changement climatique » et « la canicule exceptionnelle » pour expliquer le sinistre. Mais des ONG de protection d’environnement l’ont accusé d’utiliser « le changement climatique comme excuse » pour couvrir le manque de moyens et de prévention.

« La crise climatique n’est pas une excuse pour échouer mais doit être une alarme pour changer », souligne Dimitris Karavellas, directeur de la section grecque du Fonds mondial pour la nature (WWF). Il déplore que les propositions de son organisation en matière de prévention des incendies soient restées lettre morte depuis 20 ans.

https://twitter.com/avriogata/status/1424919824321417222?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1424919824321417222%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.lci.fr%2Finternational%2Fincendies-en-grece-entre-desarroi-et-abandon-la-colere-de-la-population-monte-face-a-la-reponse-jugee-trop-faible-du-gouvernement-2193493.html

Algérie : L’Algérie a affronté également de nombreux incendies avec la même multiplication par 1,6 des surfaces brûlées (3 857 ha, contre 2 425 ha en moyenne). Le nord de l’Algérie, et notamment la Kabylie, a été touchée par de violents feux de forêt depuis lundi 9 août. Le bilan, qui s’était alourdit d’heure en heure, et s’établit à 90 morts. D’après les autorités, ces incendies sont d’origine criminelle et sont attisés par l’été caniculaire.

Ces incendies sont d’origine criminelle, selon le gouvernement, et des suspects ont été arrêtés. Il a répertorié plusieurs dizaines de départs de feu. « Cinquante départs de feu en même temps, c’est impossible », a déclaré le Premier ministre algérien Kamel Beldjoud. Ils sont attisés par un épisode caniculaire. Les températures avoisinent les 47 degrés au nord-est du pays, marqué par une raréfaction de l’eau. Des experts et des témoins pointent également du doigt le manque d’anticipation et de prévention des pouvoirs publics devant un phénomène récurrent chaque année en Algérie. Les vents avivent les flammes et compliquent l’intervention des pompiers, épaulés par des militaires et des volontaires.

Des renforts matériels avaient aussi été apportés par des pays, comme l’Espagne et la Suisse, et deux bombardiers d’eau français ainsi qu’un avion de liaison sont intervenus massivement. Ces incendies ont surtout mis en évidence une urgence : le pays a besoin d’une stratégie sérieuse de prévention pour faire face à la menace croissante d’incendies de forêt sur le long terme. Cette situation d’extrême urgence nécessite de grandes mesures, à la hauteur du drame.

Prévention et sensibilisation
La première urgence est l’achat d’une large flotte aérienne à l’image de canadairs performants, capables de dompter les gigantesques flammes. [Malgré son exposition régulière aux incendies, le pays ne dispose d’aucun canadair.] Les quantités d’eau nécessaires pour circonscrire les flammes étant très importantes, l’autre levier repose sur la mise en place d’un vaste réseau de bassins de confinement des eaux, de nouveaux plans d’eau et des stations de pompage sur les reliefs forestiers.

Les ruines d’une maison à Ait Daoud, au nord de l’Algérie, dévastée par un incendie, le 13 août 2021. • © RYAD KRAMDI / AFP

Sicile Italie : Les incendies qui ont ravagé une partie de la Sicile et du sud de l’Italie seraient d’origine criminelle. C’est la conclusion à laquelle est parvenue la commission antimafia locale. En ligne de mire : la volonté de l’État italien d’investir massivement dans le photovoltaïque, qui crée un besoin en terrains disponibles, dans lequel se sont engouffrées des organisations criminelles incendiaires. Le réchauffement climatique n’est peut-être pas seul à l’origine des incendies qui ont détruit une partie de la Sicile.

Maroc : le nord du Maroc a été touché par d’importants feux de forêt. Selon le département des eaux et forêts, 700 hectares ont déjà été détruits en trois jours.

Un incendie à Chefchaouen, dans le nord du Maroc, le 15 août 2021. (FADEL SENNA / AFP)

Au Maroc, plus de 500 personnes, dont des pompiers et des militaires, « étaient toujours mobilisées pour venir à bout de ces incendies » le 15 aout, a indiqué le chef du Centre national de gestion des risques climatiques forestiers, Fouad Assali, à l’agence de presse officielle MAP. Quelque 725 hectares d’une forêt près de la ville touristique de Chefchaouen ont déjà été engloutis par les feux déclarés samedi, a-t-il précisé.

Vague de chaleur « exceptionnelle »
Selon les journalistes de l’AFP sur place, les feux étaient en recul lundi 16 aout, à l’exception de quelques surfaces enflammées éparses et sous contrôle. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’incendie, qui n’a fait aucune victime. La chaleur et le vent peuvent constituer des éléments déclencheurs.

Plusieurs régions du royaume ont enregistré depuis vendredi 13 aout, et au moins jusqu’à mardi 17 aout, des températures pouvant aller jusqu’à 49 °C, selon le département de météorologie.

L’Espagne a également été durement touchée, avec 1,6 fois plus de forêts parties en fumée (64 269 ha, contre 40 008 ha en moyenne).

En France : Mercredi 18 aout, 1 200 pompiers étaient mobilisés près de Saint-Tropez pour tenter d’éteindre le plus gros incendie de l’été. Deux personnes ont été retrouvées mortes à la suite du passage de l’incendie qui touche l’arrière-pays de Saint-Tropez et près de 6 300 hectares ont brûlé dans le Var. Le sud de la France, jusqu’ici relativement épargné par les feux, est en proie à plusieurs incendies, mercredi 18 août. Le bilan de l’incendie qui ravage l’arrière-pays de Saint-Tropez, depuis lundi, « s’est malheureusement alourdi, avec deux morts et vingt-quatre blessés légers », a annoncé la préfecture du Var mercredi, évoquant dix-neuf civils victimes d’intoxications ainsi que des sapeurs-pompiers. Deux corps calcinés ont été retrouvés dans une maison touchée par les flammes, sur la commune de Grimaud, au cœur du massif des Maures. L’une d’elle est un homme, a précisé le préfet, Evence Richard, lors d’une conférence de presse. Une enquête est ouverte auprès du parquet de Draguignan.

Quelque 1 200 pompiers sont déployés sur le terrain pour combattre le plus important feu de l’été en France. Les Canadairs, Dash et hélicoptères bombardiers d’eau ont interrompu leurs rotations vers 21 heures, à la tombée de la nuit. A 22 heures, les conditions météorologiques semblaient s’améliorer, avec un arrêt total du vent et des température en baisse : « Il faut rester humble et prudent, mais il faut en profiter pour lui faire mal à ce feu », a expliqué le commandant Florent Dossetti à l’Agence France-Presse.

L’incendie, qui a démarré lundi 16 aout 2021 près d’une aire d’autoroute, a brûlé environ 6 300 hectares de végétation, a précisé un porte-parole des sapeurs-pompiers du Var. Les autorités ont annoncé la fermeture d’une partie de l’autoroute 57 (A57) entre Cuers et Le Cannet-des-Maures, tout en a exhortant la population, si elle est confrontée au feu, à « se calfeutrer chez [elle] plutôt que sortir », rappelant que « l’évacuation se fait sur ordre » seulement.

10 000 personnes ont dû être évacuées depuis le début de l’incendie. 1 300 vacanciers du camping PachaCaïd du village de La Môle ont toutefois pu regagner leurs hébergements, sous escorte des gendarmes. Ils étaient accueillis depuis lundi soir dans un gymnase de Bormes-les-Mimosas.

Ces incendies sur le pourtour Méditerranéen ont une origine criminelle dans tous les cas. De fortes chaleurs qui ont touché tout le pourtour méditerranéen n’ont pas aidé à cette situation. Mais il faut rappeler que nous sommes en été, et la plupart des pays concernés sont sous équipés voir aucun équipement et sans politique réelle anti incendie hormis réellement la France.

Sources : https://www.lci.fr/ / https://www.lemonde.fr/ / https://www.france24.com/ / https://www.francetvinfo.fr/ / https://www.francetvinfo.fr/ / https://www.lemonde.fr/ / https://actu.orange.fr/ / https://www.francebleu.fr/ / https://france3-regions.francetvinfo.fr/ / https://www.marianne.net/ / https://www.courrierinternational.com/ / https://www.lemonde.fr/

(174)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :