Dernières Infos

Année Polaire 2007-2008

Cette annonce n’a rien de glaçant, au contraire : l’Année polaire internationale (API /IPY) 2007-2008 a été officiellement lancée fin Octobre 2005 par le Conseil International pour la Science (ICSU), lors de sa 28ème assemblée générale qui se tient à Suzhou, en Chine. L’objectif est de stimuler les recherches scientifiques sur les régions polaires de notre planète, très importantes «pour le climat, l’environnement, les écosystèmes et la société humaine».
En raison de leur isolement et de leur environnement inhospitalier, les régions polaires restent insuffisamment étudiées. Organisée à un moment particulièrement critique de l’histoire de la Terre et des changements climatiques planétaires, l’Année polaire internationale (API) 2007-2008 tentera de remédier à cette situation par une intense campagne de recherche coordonnée à l’échelon international. Quatrième en son genre, elle se fondera sur les travaux et la philosophie des Années polaires et de l’Année géophysique antérieures pour sensibiliser le public à l’importance des régions polaires en tant que parties intégrantes du système terrestre.

Plus d’un millier de propositions de recherches ont déjà été soumis à l’ICSU et à l’Organisation météorologique mondiale, selon les organisateurs de cette année polaire qui commencera le 1er mars 2007 et s’achèvera en fait le 1er mars 2009, afin que les chercheurs aient le temps de travailler été comme hiver au pôle nord et au pôle sud.

La première année polaire s’est déroulée en 1882-83. Toutes les initiatives scientifiques internationales ont d’importantes retombées, souligne l’ICSU. La dernière en date était l’Année Internationale de la Géophysique, en 1957-58, qui a notamment permis de confirmer la dérive des continents, d’évaluer pour la première fois la masse des glaces de l’Antarctique ou encore de découvrir les ceintures de radiations de Van Allen qui entourent la Terre.

Pour l’Année polaire internationale, l’accent est mis sur la compréhension et l’étude des changements environnementaux qui touchent les pôles.

L’API de 2007-2008 sera un programme international d’activités scientifiques interdisciplinaires, de recherche et d’observations coordonnées sur une période de 24 mois. Le programme comportera des activités dans les régions polaires de la Terre afin d’explorer de nouvelles frontières scientifiques; d’approfondir notre compréhension des processus polaires et de leurs liens à l’échelle planétaire; d’accroître notre capacité de déceler les changements; de faire participer plus pleinement les résidants de l’Arctique aux activités de recherche; d’attirer et de former la prochaine génération de scientifiques et de spécialistes des régions polaires, ainsi que de captiver l’intérêt du public.

Trois Années polaires internationales se sont tenues au cours des 125 dernières années, captivant l’imagination des pays du monde entier et les incitant à intensifier leurs activités. Les Années polaires internationales précédentes ont contribué à faire d’énormes progrès dans les connaissances et la compréhension des régions polaires, des télécommunications, de la science de l’atmosphère et de l’océanographie et de l’aurore polaire, et ont mené au Traité sur l’Antarctique. Étant donné que la prochaine API sera le premier événement de ce genre en 50 ans, elle s’étayera sur la technologie moderne et novatrice pour faire progresser notre connaissance des régions arctiques et antarctiques de façons qui n’étaient pas possibles lors des API précédentes.

On s’attend à ce que l’API de 2007-2008 soit le plus important programme de recherche polaire de l’histoire. Évalué à plusieurs milliards de dollars, le programme vise la participation d’au moins 30, et peut-être même autant que 50 pays, et 20 000 personnes ou plus du monde entier. Il est parrainé à l’échelle internationale par le Conseil international pour la science et l’Organisation météorologique mondiale, et a été endossé par de nombreux organismes internationaux, notamment le Conseil de l’Arctique et le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

En 1882-1883 eut lieu la première année polaire internationale (API). A l’origine de cet évènement, la constatation que les phénomènes géophysiques ne pouvaient pas être appréhendés de manière unilatérale, par les nations. 12 pays rassemblèrent donc leurs forces pour organiser cette année là 13 expéditions en Arctique et 2 en Antarctique. C’est à cette occasion, par exemple, que les américains établirent leur base à Barrow, le long de la côte nord de l’Alaska.

La deuxième API fut initiée par l’Organisation Mondiale de la Météorologie en 1932-1933 pour étudier spécifiquement les implications, au niveau mondial, du  » Jet Stream « , récemment découvert. Des avancées significatives furent alors obtenues dans les domaines de la météorologie, le magnétisme, les sciences atmosphériques et ionosphériques.

Enfin, en 1957-1958, la troisième API se fit dans le cadre de l’Année Géophysique Internationale (AGI). Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les scientifiques souhaitaient appliquer les avancées technologiques récentes (fusées, radars…) à des fins plus pacifiques, notamment dans des recherches sur la haute atmosphère. En fait, l’AGI fut l’occasion d’un effort sans précédent à l’échelon mondial pour l’étude de notre planète. Les décennies de recherche qui ont suivi reposent à l’évidence sur la dynamique initiée au cours de cette année. Ce fut par exemple la confirmation de la théorie très discutée de la dérive des continents, le début des mesures de CO2 à l’observatoire de Mauna Loa, ou encore le début de la conquête spatiale avec le lancement du premier Spoutnik. Plus spécifiquement, la recherche polaire a véritablement pris son essor à partir de cette époque : douze nations ont établi plus de cinquante observatoires sur le continent antarctique dont Amundsen-Scott (USA), Vostok (URSS) et Dumont d’Urville (France). Cet effort a été à l’origine de la signature du Traité de l’Antarctique en 1961, puis de l’adhésion au Protocole de Madrid pour la protection de cet environnement exceptionnel en 1991.

125 ans après la première API et 50 ans après l’AGI, la communauté scientifique internationale s’apprête à organiser la 4ème Année Polaire Internationale en 2007-2008.

source : http://sciences.nouvelobs.com / http://www.ainc-inac.gc.ca/   http://www.ifremer.fr/ / http://europa.eu.int/

(67)