La banquise n'est pas en cause dans l'hiver et le printemps que nous avons eu PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
Climat
Écrit par Administrator   
Mercredi, 24 Avril 2013 00:00

La banquise n'est pas en cause dans l'hiver que nous avons eu à contrario de toutes les reprises médiatiques qui ont eu lieu depuis 1 mois. Ainsi la Terre du Futur se permettra de mettre un bonnet d'âne à ceux qui ont su reprendre ces informations sans contrôler l'étude. Nous mêmes, sur TDF, nous avions de sérieux doutes sur cette ineptie

Le Met Office admet maintenant que la banquise arctique n'a pas causé la météo exceptionnellement froide de ces dernières semaines.

 


 

Dans un nouveau rapport intitulé "Pourquoi le début du printemps 2013 a été si froid ?", le Directeur UK du Met Office admet maintenant que la banquise a diminué mais n'était pas responsable de ce printemps largement en dessous des normes saisonnières. On a trouvé peu de différence à partir de comparaison entre le printemps 1962 et cette année. Le rapport constate également peu de preuves de l'amplification arctique qui serait responsable de tout. Comme de probabilités accrues qui apporteraient des évènements météorologiques extrêmes, comme la sécheresse, les inondations, les vagues de froid et les vagues de chaleur.

Selon le rapport, des anomalies de températures mid-troposphère pour 1962 et 2013 sont presque identiques au dessus de l'arctique. Cela reflète une NAO (Oscillation Nord Atlantique) et une AO (Oscillation arctique) négatives.

Voici les anomalies des températures de surface dans l'hémisphère nord en mars 2013 :



Voici également l'impact des oscillations positives ou négatives sur l'hémisphère nord :

ao et noa

Bien que la météo de ce mois de mars a été froide et certainement peu commune, il n'est pas sans précédent ou bien étranger à la variabilité naturelle prévue de notre climat.

La météo récente (hivers notamment froids y compris, sécheresses et inondations de ces dernières années) a accentué le besoin des modèles de posséder une plus haute résolution climatique pour fournir des évaluations plus robustes pour le futur risque d'événements extrêmes importants du climat et de fournir des prévisions avec une plus grande portée fiable.

L'augmentation récente de la capacité des ordinateurs au Met Office devrait aller dans ce sens. Une priorité sera le développement des scénarios de climat pendant les 20-30 années à venir pour faciliter la prise de décision, aussi bien qu'abordant des questions importantes autour du rôle de l'Arctique sur les modèles de la météo.

Le rapport complet se trouve ici : MetOffice

Résumé, traduction et adaptation de la Terre du Futur

Mise à jour le Vendredi, 18 Octobre 2013 18:04
 

Infos

Tweets TDF