Dernières Infos

La colline turque où la civilisation a commencé

iStock Getty Images

Sur une colline brûlée par le soleil dans le sud-est de la Turquie, le plus ancien sanctuaire religieux connu au monde livre lentement ses secrets.

« Lorsque nous ouvrons une nouvelle tranchée, nous ne savons jamais à quoi nous attendre », a déclaré Lee Clare, de l’Institut allemand d’archéologie, qui y effectue des fouilles depuis 2013.

« C’est toujours une grande surprise ».

Gobekli Tepe, qui signifie « colline ventrue » en turc, est sans doute le site archéologique le plus important sur Terre.

Des milliers de nos ancêtres préhistoriques se sont rassemblés autour de ses piliers mégalithiques en forme de T très décorés pour pratiquer leur culte plus de 7 000 ans avant Stonehenge ou les premières pyramides égyptiennes.

« Son importance est difficile à surestimer », a déclaré à l’AFP Sean Lawrence, professeur adjoint d’histoire à l’université de Virginie occidentale.

Les universitaires pensent que l’histoire du peuplement humain a commencé dans ces collines proches de la frontière syrienne il y a environ 12 000 ans, lorsque des groupes de chasseurs-cueilleurs de l’âge de pierre se sont réunis pour construire ces sites.

Gobekli Tepe – dont certains experts pensent qu’il n’a jamais été habité – pourrait faire partie d’un vaste paysage sacré qui englobe d’autres sites voisins au sommet de collines qui, selon les archéologues, pourraient être encore plus anciens.

Rien de tout cela n’aurait pu être découvert avant que l’archéologue et préhistorien allemand Klaus Schmidt ne fasse remonter les premières découvertes à la surface en 1995.

Depuis, des archéologues allemands et turcs travaillent sous le soleil, et des files d’attente de plus en plus longues de touristes les rejoignent pour réfléchir à ses nombreux mystères.

On ne sait même pas quand tout a commencé exactement.

« Les années exactes sont presque impossibles à vérifier », a déclaré Lawrence.

« Toutefois, le plus ancien monument égyptien, la pyramide de Djoser à Saqqara, a été construit vers 2700 avant notre ère », soit plus de sept millénaires après Gobekli Tepe.

« C’est la fin de ce que l’on considère souvent comme les sociétés de chasseurs-cueilleurs de l’âge de pierre et le début des sociétés sédentaires », ajoute Lawrence.

« Il reste d’innombrables mystères autour du site, notamment sur la manière dont le travail était organisé et dont les sites étaient utilisés », a-t-il ajouté.

Gobekli Tepe a même inspiré la série Netflix de thrillers psychologiques de science-fiction « The Gift », qui tourne autour de l’une des inscriptions anciennes figurant sur ses piliers.

Schmidt – qui portait souvent un turban traditionnel blanc lors de ses fouilles – s’est interrogé sur les mégalithes sculptés d’images de renards, de sangliers, de canards, de lézards et d’un léopard pendant plus de deux décennies, jusqu’à sa mort prématurée à l’âge de 61 ans en 2014.

Un point zéro dans le temps

Au départ, on pensait que le site était de nature purement rituelle. Mais selon Clare, il y a maintenant de « bonnes preuves » du début d’une vie sédentaire avec certains bâtiments similaires à ceux du même âge trouvés dans le nord de la Syrie.

La Turquie – qui, par le passé, n’était pas réputée pour tirer le meilleur parti de son vaste patrimoine archéologique – a accueilli ces découvertes avec enthousiasme.

Les objets exhumés de Gobekli Tepe sont exposés dans l’impressionnant musée archéologique de la ville la plus proche, Sanliurfa, qui est elle-même si ancienne que l’on pense qu’Abraham y est né.

En effet, son nouveau musée construit en 2015 peut se targuer de posséder « la plus vaste collection de l’ère néolithique au monde », selon son directeur Celal Uludag. « Tous les artefacts portables de Gobekli Tepe sont exposés ici ».

« C’est un voyage vers la civilisation, vers le point zéro du temps », a déclaré Aydin Aslan, chef de la direction de la culture et du tourisme de Sanliurfa.

« Gobekli Tepe fait la lumière sur la préhistoire, c’est pourquoi c’est un patrimoine commun de l’humanité », a-t-il dit fièrement.

iStock Getty Images

iStock Getty Images

L’année dernière, le ministère turc de la culture a augmenté le financement de fouilles plus approfondies dans la région dans le cadre de son projet « Stone Hills », y compris l’argent pour le site de Karahan Tepe au sommet d’une colline – à environ 35 kilomètres de Gobekli Tepe – que certains soupçonnent d’être encore plus ancien.

« Nous allons maintenant aller plus en profondeur car Gobekli Tepe n’est pas le seul et unique site », a déclaré le ministre de la culture Nuri Ersoy l’année dernière.

iStock Getty Images

iStock Getty Images

iStock Getty Images

Ce financement supplémentaire « nous donne une occasion fantastique de comparer nos résultats de Gobekli Tepe avec de nouveaux sites du même âge dans la région de Sanliurfa », a déclaré M. Clare.

Gobekli Tepe a également redonné vie à une région pauvre et longtemps négligée, qui a été encore plus touchée par la guerre civile de l’autre côté de la frontière. Les réfugiés syriens représentent désormais un quart de la population de Sanliurfa.

Plus d’un million de touristes ont visité Sanliurfa en 2019 et la ville s’attend à atteindre les niveaux pré-pandémiques cette année.

« Aujourd’hui, Gobekli Tepe commence à impacter directement l’économie de la ville », a déclaré Aslan, qui espère que son passé glorieux pourrait être un élément clé de l’avenir de la ville.

Adaptation Terra Projects

source : https://phys.org/

(217)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :