Dernières Infos

Vers une météo énergétique à la télévision

credit iStock Getty Images PIXABAY

Les présentateurs de la météo indiqueront-ils bientôt les pics de consommation d’électricité ? C’est, en tout cas, le projet qui a été présenté à Matignon et au cabinet d’Agnès Pannier Runacher, mais aussi à certains présentateurs vedettes qui se sont dit très intéressés.

Le site internet de RTE, le Gestionnaire du réseau de transport d’électricité, propose déjà un outil, gratuit, qui permet de réguler la consommation d’électricité. Écowatt informe en temps réel sur le niveau de consommation des Français, région par région. Grâce à son système d’alertes, il permet aux usagers de savoir à quel moment réduire leur consommation, par exemple, lors des vagues de froid en hiver. Cela permet de consommer au meilleur moment, par exemple, en démarrant sa machine à laver la nuit.

Ce projet permettrait d’informer les Français sur leur consommation d’électricité en temps réel, aux heures de grande écoute. En attendant que cette « météo de l’énergie » se mette en place, il existe déjà un système qui permet d’adapter sa consommation énergétique en temps réel. Il est présent sur le site internet de la RTE, le Gestionnaire du réseau de transport d’électricité.

Le 4 avril dernier, la RTE a envoyé un message d’alerte à tous ses abonnés en les informant d’un pic de consommation et en leur demandant d’adapter la leur. Ainsi, 800 mégawatts ont été économisés ce jour-là, soit « l’équivalent de deux fois la consommation de la ville de Montpellier et quasiment la puissance d’un réacteur nucléaire », selon la RTE.

Ce projet pourrait permettre aux Français d’éviter certaines coupures d’électricité qui sont à craindre cet hiver. Ce mercredi 14 septembre, la RTE a présenté ses prévisions pour cet hiver, et la France connaîtrait un risque sur l’approvisionnement en électricité entre le 15 octobre et le 15 avril 2023. Ce risque est lié à l’augmentation du prix de l’énergie et les tensions sur l’approvisionnement.

Le système énergétique français a été placé sous « vigilance renforcée », un système qui n’avait encore jamais été utilisé dans le pays. Ainsi, des coupures d’électricité temporaires pourraient se produire chez certains particuliers et entreprises cet hiver. D’où l’importance de se renseigner et de faire des économies d’énergie quand on le peut.

Origine de la crise : La crise énergétique mondiale de 2021-2022 est une pénurie d’énergie dans le monde, causée en 2021 par la forte reprise économique mondiale après la récession liée à la pandémie de Covid-19 de 2020, puis amplifiée à partir de mars 2022 par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. En 2021, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a constaté la plus forte augmentation jamais enregistrée de la demande mondiale d’électricité : +1 500 TWh, soit +6 %, à la suite du rebond économique mondial après la récession liée à la pandémie de Covid-19 en 2020. En pourcentage, c’est la plus forte augmentation depuis 2010. Elle a déclenché des pannes dans certains pays et conduit à une hausse historique des prix ainsi que des émissions de CO2. Selon l’AIE (janvier 2022), la volatilité du marché pourrait entraîner encore trois années de hausse des prix, ainsi que des émissions record de gaz à effet de serre.

L’Europe est plus vulnérable aux hausses des prix de l’énergie car elle importe environ 60 % de son gaz de Russie, d’Algérie et de Libye, ce qui fait grimper les prix, par rapport aux États-Unis qui bénéficient de prix du gaz relativement bas en raison de leurs sources nationales abondantes.

Dès 2021, on pouvait lire ce qui suit : L’électricité française, peu chère à produire grâce au nucléaire, voit son tarif flamber depuis quelques mois, entraînée par le marché européen de l’énergie, qui fixe les prix. Il y a une règle : le tarif de l’électricité ne doit jamais être inférieur au coût de production de n’importe quelle centrale en Europe. Or, il s’agit souvent d’une centrale à charbon ou au gaz, beaucoup plus chères. Cela permet à l’Europe d’éviter la panne géante.

La France n’a pas toujours été perdante avec ce système. En vendant son électricité plus chère que son coût de fabrication à ses voisins européens, EDF a gagné de l’argent, et investi notamment dans le financement « de l’entretien des centrales nucléaires », comme l’explique Frédéric Gonand, professeur d’économie à l’université Paris Dauphine. La France souhaite aujourd’hui que le prix de l’électricité se rapproche davantage du coût réel. Seule la Commission européenne pourrait changer les règles, et ce qui n’était pas à l’ordre du jour en 2021 l’est devenu en septembre 2022.

sources : https://www.ladepeche.fr/ / https://www.demotivateur.fr/ / https://fr.wikipedia.org/ / https://www.francetvinfo.fr/

(233)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :