Dernières Infos

Un monde dépeuplé

Pixabay License

Nous ne serons plus que 4 milliards en 2100 : une étude anticipe une baisse démographique inédite. Selon James Pomeroy nous seront que 4 milliards en 2100 et non pas 10 milliards. Pour lui la natalité devrait baisser drastiquement et la mortalité devrait quant à elle être décuplé en raison du vieillissement de la population.

« La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les vingt prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement » prévient l’économiste dans son étude.

Selon James Pomeroy, le pic de la population mondiale aura lieu en 2043 et non pas en 2100 comme le pense l’ONU. Dès lors, le décroissement aurait lieu plus tôt que prévu.

La chute du taux de fécondité devrait être plus importante que prévu selon l’économiste. L’ONU estimait en 2021 qu’il serait de 2,1 enfants par femme en 2050. Il est actuellement de 2,3 contre 5 en 1950. Pour le chercheur, cette chute plus importante devrait être liée à la meilleure intégration des femmes sur le marché du travail, ou le meilleur accès aux soins et à la contraception.

« La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les vingt prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement », avance l’économiste.

Toujours basés sur l’étude de l’économiste, certains pays continueront de connaître une hausse de leur population. Mais pour lui, « à Hong Kong, à Singapour, en Corée du Sud et à Taïwan, l’actuel taux de fécondité permet de prédire une division par deux de leur population d’ici à la fin du siècle. La Chine n’est pas loin de les rejoindre ».

Pour l’Europe, « au rythme où vont les choses, la population aura diminué de moitié avant 2070, le continent risquant de perdre 400 millions d’habitants d’ici à 2100 », détaille l’étude.

Enfin, James Pomeroy annonce que le taux de mortalité va fortement augmenter. Actuellement et dans les prochaines années, la population mondiale serait de plus en plus vieillissante.

Pourtant, une étude de l’ONU affirmait le contraire. Selon ses résultats, nous devrions être 8 milliards sur Terre d’ici novembre et 10,4 milliards à la fin du siècle.

sources : https://www.ladepeche.fr / https://www.lindependant.fr/ / https://www.alouette.fr/

(293)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :