Dernières Infos

Un architecte imagine une ville sous l’eau

Manal Rachdi propose un projet architectural impensable : créer une ville qui relierait les États-Unis et la Russie, dans le détroit de Béring.

L’architecture amphibie est décidément un défi qui passionne de plus en plus les architectes. Quelques exemples montrent bien ce nouvel appétit. Koen Olthuis, architecte fondateur de Waterstudio, a imaginé des îles ou des maisons flottantes. Le cabinet Sigge Architects, lui, opte pour des hôtels flottants au Qatar afin de loger tous les touristes lors de la coupe du monde 2022. Seine Design, de son côté, a imaginé le premier hôtel flottant en France. Et plus récemment, Jet Capsule tente de lever des fonds pour créer son prototype de soucoupes flottantes.

ville-sousmarine

Mais Manal Rachdi, lui, va encore plus loin. Cet architecte, notamment connu pour avoir imaginé la forêt de 1.000 arbres qui verra le jour au-dessus du périphérique parisien en 2022, a le projet fou d’ériger une ville sur le détroit de Béring. Ce programme a été proposé lors d’un concours d’architecture, note Explorimmo. Et il est volontairement utopique. Outre le fait qu’il faudrait un accord entre la Russie et les États-Unis, cette ville demi-sous-marine demanderait des milliards de dollars pour être construite. L’idée de Manal Rachdi est surtout de réfléchir à la ville de demain. Ville qui prendrait compte de la nature et qui, montée des eaux oblige, aurait intégré la dimension aquatique.

ville-sousmarine

Des constructions en milieu hostile

Pourquoi le détroit de Béring? Tout simplement parce qu’il « a un climat extrêmement fragile lié à la fonte des glaces. Un écosystème rare, fragile et varié s’y est installé », précise Manal Rachdi qui réfléchit à des constructions en milieu hostile. La ville du futur se doit de respecter l’environnement. Mais aussi parce que les eaux y sont peu profondes.

ville-sousmarine

Le projet consiste donc à ouvrir une tranchée dans les eaux. Dans la roche, seront installées les habitations qui profiteront ainsi de la chaleur de la pierre.

Le reste de la ville, qui s’étendra sur 80 km, sera sous l’eau afin d’étudier les comportements de la faune et de la flore. L’exploitation du mouvement des marées permettrait d’alimenter la ville en énergie. L’eau et les animaux pourront circuler autour et au-dessus des appartements. Les îles qui sont sur le détroit serviront à installer certains gros équipements.

source : http://bfmbusiness.bfmtv.com/

(1161)

Laissez un message