Dernières Infos

Réflexion Climatologique

nuages noirs

nuages noirsVoici une réflexion climatologique selon JulienTDF sur les éléments que nous avons en notre possession en ce début juin 2012. L’oscillation décennale du Pacifique (PDO) a un cycle d’environ 60 ans, il est passé en négatif en 1999 et le restera jusqu’en 2029 environ.

L’oscillation décennale de l’Atlantique (AMO) posséderait un cycle d’environ 66.5 ans, elle est passée en positif en 1994 et devrait le rester jusqu’en 2015 avant de plonger jusqu’en 2048 car cette oscillation suivrait aussi l’irradiance solaire avec un délai de 8 à 9 ans, alors ça reste très intéressant à suivre…

 

Lorsque ces deux cycles seront négatifs, ça va coïncider avec un fort minimum solaire dès le cycle 24, (ce maximum devrait être très faible), puisque il est estimé que le maximum du cycle 24 sera centré sur mai 2013, nous pouvons calculer l’année de minimum 24/25 en 2022.

Cela signifie que la période pour le cycle solaire 24 sera de 13 ans. Pour tous les cycles solaires numérotés, traçant la période maximale contre le maximum de temps maximum nous permet de faire une estimation de l’année du cycle solaire 25. Le maximum du cycle solaire 25 sera de 19 ans après le cycle solaire maximum de 24 en 2013, ce qui donne l’année 2032.

Pour le cycle 26 il est difficile d’établir des prévisions, car le prochain maximum de Gleissberg est estimé pour se produire aux alentours de 2070.

Concernant le cycle de Suess ou de Vries, certains disent qu’il a une périodicité de 190 ans, d’autres parlent de 210 ans, le précédent minimum était en 1810, donc le minimum actuelle se situerait entre 2000 et 2020 comme par hasard l’activité baisse depuis les années 90.

Le maximum du cycle 22 s’est déroulé en 1991 et le minimum du cycle solaire 23 fut observé en 1996 et son maximum en 2001 avant une phrase décroissante d’environ 6 ans, le minimum du cycle 24 fut observé en Janvier 2008 mais le cycle solaire est resté très faible durant 2 ans, le maximum est prévu vers 2013 et sa phase de décroissante dure entre 4 et 8 ans, le cycle 25 est prévu pour démarrer entre 2021 et 2022.

Un cycle à une période moyenne de 11,2 ans d’un maximum au suivant mais la durée peut varier entre 8 et 15 ans. Selon les Russes la diminution de l’irradiance solaire après le cycle 24 entre 2013 et 2015 nous mènera à un refroidissement planétaire qui devrait atteindre son minimum profond entre 2055 et 2060 à plus ou moins 11 ans, la période régulière d’un refroidissement climatique dû au minimum solaire dure environ 45 à 65 ans.

Le Cycle 25 sera plus faible que le cycle 24 car selon la loi de G-O (Gnevyshev-Ohl) un cycle numéroté impair est plus actif et donc avec plus de taches solaires que le cycle numéroté pair le précédant. Mais au cours de ces 23 cycles, la loi de G-O a été violée par 3 couples de cycles pairs-impairs. Ceux sont les cycle N°4-5 donc le cycle solaire de 1785-1798 et de 1798-1810, les cycles N°8-9 donc le cycle solaire de 1834-1843 et de 1843-1856 puis les cycles N°22-23 soit de 1985-1996 et 1996-2007 car contrairement à la loi de G-O le cycle numéroté impair n’est pas plus actif que le cycle pair le précédant.

Le site de Williams apporte des éléments complémentaires :

http://la.climatologie.free.fr/soleil/s … m#activite

J’estime personnellement que suivant les oscillations océaniques AMO + PDO, la Niña deviendra plus fréquente et plus puissante que les El Niño vers 2018 (Landscheidt), suivant la phase de décroissance et le minimum profond à venir du cycle 25 entre 2015 et 2032 l’activité solaire sera très faible, le cycle 26 est difficile à prédire mais la théorie SIM est intéressante à étudier.

Le modèle SIM pour Solar Inertial Motion (mouvement inertiel du soleil) du très célèbre géophysicien Australien Rhodes Whitmore Fairbridge. Ce modèle parle du mouvement des planètes dont notamment Jupiter, créant des forces sur le Soleil qui le déplacent autour du barycentre du système solaire d’environ deux diamètres solaires. Par exemple le déplacement maximum du soleil est obtenu lorsque les deux planètes (Jupiter et Saturne) sont alignées avec le soleil. D’après les analyses de Fairbridge, ces forces ont aussi des conséquences sur le fonctionnement interne de notre étoile, elles seraient ainsi à l’origine des variations de l’intensité et des durées des cycles longs solaires.

Les cycles 25 et 26 seraient eux aussi plus faible que le 24. ”D’après Rhodes Fairbridge c’est les déplacements divers qui sont à l’origine des variations de l’intensité et des durées des cycles éruptifs du soleil….et donc des variations du climat de notre planète.

Le climat pourrait donc réellement refroidir dès 2015, il faudra prêter attention à l’activité volcanique qui aurait intensifié le Petit âge glaciaire également.

Julien

(179)

Laissez un message