Dernières Infos

L’Océan Profond où la clé du Re-équilibrage

Voici ce qui pourrait être le meilleur candidat, d’un puit de carbone à bout de souffle et qui pourrait dans le même temps se changer en choc climatique « inversé ».

En étudiant les courbes graphiques de l’expansion du CO2 depuis 600000 ans, à chaque augmentation du CO2, le taux de ppm monte en puissance, puis s’affaiblit subitement.

Mais voyez ici les faits relevés cette année…

Alors voici quelques rappels :

Une équipe internationale de scientifiques a découvert un changement rapide de la température et de la salinité des eaux profondes de l’océan Méridional en Antarctique, qui pourraient avoir un impact significatif sur le climat mondial. Ces eaux sont plus froides et plus salées qu’il y a dix ans. L’échelle et la rapidité de ces changement ont surpris les scientifiques et ce phénomène pourrait indiquer un ralentissement de la circulation des courants. Laquelle a une forte influence sur le climat. Cette source qui avait été donnée par TF1.fr et soulève une question : Que se passe t-il dans l’océan profond ?

L’océan profond se refroidit à très grande vitesse. La raison fondamentale est l’apport en eau douce qui est extrème. L’océan Arctique est également concerné. Ainsi l’océan profond arctique est mis à mal par un Gulf Stream très mal en point. Si le Gulf Stream, en surface, évolue peu, les courants les plus profonds auraient diminué de 50%.

Et voici le dernier élément en date qui vient de tomber dans la revue Nature :

Les courants océaniques auraient été inversés il y a 55 millions d’années.

Une phase de réchauffement climatique survenue il y a près de 55 millions d’années avait radicalement modifié la circulation des courants océaniques, selon une étude à paraître jeudi dans la revue britannique Nature qui rejoint les inquiétudes contemporaines.

Sous l’effet de ce phénomène, baptisé Maximum thermique du Paléocène/Eocène (PETM en anglais), la température de la planète avait augmenté de 5 à 8 °C en très peu de temps, entraînant une inversion des courants profonds pendant plusieurs dizaines de milliers d’années au moins.

Les chercheurs Flavia Nunes et Richard Norris, de l’Institut océanographique Scripps de l’Université de Californie, à San Diego, ont étudié comment ce réchauffement du climat a contribué au bouleversement des courants océaniques profonds, qui ont à leur tour encouragé la hausse des températures.

L’océan Profond joue un rôle majeur dans la climatologie mondiale. Tant que le seuil d’une certaine température n’est pas dépassée, l’océan profond joue son role de régulateur en faisant tomber le CO2 au plus bas. Ainsi un très fort refroidissement peut être attendu. Mais au delà de ce seuil, c’est tout le contraire, l’océan profond libère les hydrates de méthane, et le réchauffement devient infernal.

Dans l’état actuel des choses et dans la mesure où le réchauffement actuel n’a pas dépassé les 0.6° depuis 150 ans, le scénario qui reste le plus vraissemblable est celui du régulateur de refroidissement. Ainsi la baisse de la température de l’océan qui est actuellement observé pourrait bien s’étendre aux eaux de surface et ainsi jouer son rôle de régulateur. Cela aurait pour conséquence un très fort refroidissement de l’atmosphère tout en créant un super puit de carbone.

Il est également curieux que ces eaux de surface ont été observées ici :

http://www.osdpd.noaa.gov/PSB/EPS/SST/climo.html

et ici :

http://www.osdpd.noaa.gov/PSB/EPS/SST/climo_2005.html

Elles sont très négatives depuis quelques mois dans l’océan Austral, et malgré l’été ces anomalies négatives continuent.

Un phénomène insolite avait eu lieu en septembre 2005 concernant l’Atlantique Nord, de fortes anomalies négatives étaient observées. L’océan profond qui joue son rôle de régulateur serait il en train de refroidir la surface ? L’affaire est à suivre et les mois qui viennent nous aiderons à la compréhension d’un tel phénomène.

sources: http://www.cyberpresse.ca/

http://sciences.nouvelobs.com/

(63)