Dernières Infos

Les super modèles météo ont des trous noirs

Depuis les 2 dernières années, les alinéas de notre planète ont réussi à mettre dans l’embarras d’importantes institutions scientifiques, en jetant un très fort doute sur les prévisions à long terme. Les prévisions des super-ordinateurs et des supers modèles ont collectionné un nombre élevé d’échecs. Nous parlons d’événements climatiques et astronomiques qui depuis 24 mois ont parasité cette tendance à la « normalisation » et  « au contrôle » des prévisions humaines. Mais nous allons voir, sans les commenter, les erreurs les plus sensationnelles

1) Activité Solaire : depuis Juin 2008, la NASA confirme la seconde projection du cycle 24 qui devait être un de plus intenses des derniers 200 ans avec un maximum de 135 taches solaires journalières entre 2012 et  2013. Août 2009 : Le minimum solaire exceptionnel se rallonge et force la NASA à revoir totalement ses prévisions. Le cycle 24 sera l’un des plus faibles depuis 150 ans avec un maximum de 82 taches vers avril 2013. La NOAA et l’IPS australien, des instituts similaires ont dû se joindre aux dernières conclusions de la NASA.

2) Été : au printemps les super-ordinateurs du Meteorological Office England avaient prédit un été plus chaud et sec que la normale pour les Îles Britanniques. Pendant le mois de Juillet, le Royaume uni et l’Irlande,  ont reçu plus de 125 à 250% de pluie en plus par rapport à la moyenne ; les températures se sont maintenues dans les normes saisonnières. Puis Août a commencé, et cela fut pire. Une debacle semblable a concerné même la Norvège et le Danemark.

3) Hiver : Selon Met Office, l’hiver 2008/2009 aurait dû être, pour les Îles Britanniques, plus chaud que la règle. Au mois de Mars, on a fait le bilan d’une des saisons froides les plus neigeuses et rigides depuis 1987.

4) Mousson : Au printemps les experts Indiens prédirent des pluies  légèrement supérieures à la moyenne. Peu de semaines de la fin de la saison humide, ils enregistrent, au niveau national, un déficit de 25% des précipitations ; quelques États subissent la pire des sécheresses depuis 25 ans.

5) Ouragans atlantiques : Au mois de Mai, NOAA a donné ses prévisions relatives aux tempêtes tropicales pour 2009. La saison serait dû être de 50% normal, 25% intense et  25% faible. Après deux mois et une moyenne d’activité à la baisse, les projections sont changées à : 50% normal, 40% faible et 10% fort.

6) La banquise de l’arctique : au mois de Juin 2008, les colonnes du National Geographic sortirent un article dans lequel une équipe de chercheurs américains annonçait une fonte record des banquises cet été. Au mois de septembre la banquise se découvrit plus etendue que celle de 2007. Au de Juillet 2009 presque tous les centres de recherches polaire prédirent pour septembre la 2 eme année record de fonte de la banquise. Au 12 août, la banquise a dépassé les niveaux de 2008, en distançant environ d’un million de km2 le minimum de 2007. Les perspectives pour septembre laissent pressentir une amélioration ultérieure de la situation.

7) NINO/NINA : En Janvier 2008, les experts de NOAA annoncèrent la fin de la NINA au printemps et le possible retour de el NINO en été. Au bout du compte, le Pacifique équatorial était encore affecté par une NINA faible, alors qu’il n’y avait aucune trace de el NINO. En 2009 la phase neutre a duré jusqu’au mois de mai et les modèles commencent à montrer des discordances marquées sur l’intensité d’une phase positive de l’ENSO.

traduction et adaptation de la Terre du Futur

source : http://www.3bmeteo.com/

(273)

Laissez un message

Laissez un message