Dernières Infos

Le réchauffement climatique, un suspect douteux

Le réchauffement climatique ne serait pas responsable des actuelles crues du Bassin parisien.

Plus pluvieux au nord de la France, plus sec au sud. Telles pourraient être les conséquences du dérèglement climatique pour la météo hexagonale. «Le problème est que, dans les modèles climatiques, il y a une incertitude sur la limite nord-sud de l’ordre de… 1 000 kilomètres», sourit Vazken Andréassian, hydrologue et directeur adjoint scientifique de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea).
Une crue jugée étonnante

Le réchauffement climatique est-il responsable des actuelles crues du Bassin parisien? Impossible de lier un événement donné et de court terme à ce processus de long terme qu’est le réchauffement, clament en chœur les climatologues. La crue en cours est cependant jugée étonnante, parce qu’elle survient en cette fin de printemps. Les cours d’eau venus des montagnes ont tendance à déborder au printemps, à cause de la fonte des neiges. La Seine et ses affluents, eux, connaissent des crues lorsqu’il pleut beaucoup, donc plutôt en hiver. «Historiquement, les grandes inondations de la Seine (1910, 1924, 1945 et 1955) ont eu lieu en janvier ou février», précise Vazken Andréassian. «Cependant, note l’hydrologue, une crue dans le Bassin parisien en mai est inhabituelle, mais pas inédite. Il y avait déjà eu en 2013 un événement assez similaire, mais plus localisé sur l’Yonne, qui s’était atténué, car la Seine avait pu absorber le “trop-plein”.» Une autre crue historique a eu lieu en juin: celle de la Loire en 1856.

Or si la hausse des températures est responsable de l’avancée de la fonte des neiges, il est plus complexe d’établir un lien entre réchauffement climatique et épisodes pluvieux. Certaines projections climatiques anticipent même… un assèchement du Bassin parisien, tandis que d’autres pensent que son climat ressemblera davantage au climat d’Europe centrale, où le Danube est volontiers en crue en été. Et l’hydrologue de résumer ainsi la question du lien entre réchauffement climatique et crues franciliennes: «Il est justifié d’être suspicieux. Mais cela peut aussi être l’effet du hasard.»

source : http://www.lefigaro.fr/

(445)

Laissez un message