Dernières Infos

Le monde et l’Horloge de l’apocalypse

L’Horloge de l’Apocalypse marque cette année encore 23h58min20sec. @The Bulletin of the Atomic Scientists

Ce dernier lundi du mois de septembre, c’est la Journée internationale pour l’élimination des armes nucléaires, alors que depuis plusieurs jours l’escalade verbale en Russie de Vladimir Poutine fait de plus en plus craindre une catastrophe nucléaire. Nous en avons profité pour vérifier si l’horloge de l’apocalypse, la « Doomsday Clock » aussi appelé l’horloge du jugement dernier, était toujours à 100 secondes ou si elle se rapprochait inexorablement de minuit, synonyme de fin du monde. En ce qui concerne l’expression du jour, vous pourrez dire à la pause-café qu’en ce début de semaine, le monde entier semble « être pris dans l’engrenage » du conflit en Ukraine, une guerre qui semble sans fin.

Mais, malgré le fait que le monde entier semble devenu complètement fou, que la guerre en Ukraine a encore gagné en intensité, depuis 2020 la « Doomsday Clock » n’a pas changé d’heure, le conflit aux portes de l’Europe ne semble pas avoir d’incidence… pour le moment sur la fin du monde. Tic-tac, tic-tac… Vous l’entendez le temps qui s’égrène doucement ? Nous sommes donc toujours à 1 minute 40 secondes de minuit, 100 secondes de notre propre fin, la fin de l’humanité.

Sur le graphique ci-dessus, l’échelle verticale représente le temps (en minutes) qu’il reste sur l’horloge jusqu’à l’heure fatidique de minuit (0 h 0), au regard de l’échelle horizontale qui montre le passage des années.. credit wikipedia

Le « Bulletin Science and Security Board » a bien condamné l’invasion russe de l’Ukraine, mais avait aussi minimisé en mars dernier la menace d’apocalypse mondiale à court terme, estimant que cette dernière était de moins en moins susceptible de se produire au fil du temps. Sauf que ces derniers jours, l’escalade verbale de Vladimir Poutine en Russie fait de plus en plus craindre une catastrophe nucléaire. Lors de son discours à la nation, il a tout d’abord accusé les États-Unis et leurs alliés de se livrer au « chantage nucléaire », en terminant par un : « je tiens à vous rappeler que notre pays possède également différents types d’armes, et certaines d’entre elles sont plus modernes que les armes des pays de l’OTAN ».

Le discours menaçant de Vladimir Poutine intervient à un moment critique de la guerre en Ukraine, alors que l’armée russe fait face à des revers, de lourdes pertes et que dans le même temps, les Ukrainiens reprennent des territoires occupés par les Russes.

L’horloge de la fin du monde ou horloge de l’Apocalypse (Doomsday Clock en anglais) est une horloge conceptuelle créée en 1947, peu de temps après le début de la guerre froide, et mise à jour régulièrement depuis par les directeurs du Bulletin of the Atomic Scientists de l’université de Chicago, sur laquelle « minuit » représente la fin du monde, l’apocalypse.

L’horloge utilise l’analogie du décompte vers minuit pour dénoncer le danger qui pèse sur l’humanité du fait des menaces nucléaires, écologiques et technologiques. Le nombre de minutes restant avant minuit est mis à jour après une estimation collégiale. Depuis le 23 janvier 2020, l’horloge affiche minuit moins cent secondes (23 h 58 min 20 s) en raison de l’« incapacité des dirigeants mondiaux à faire face aux menaces imminentes d’une guerre nucléaire et du changement climatique ».

À l’origine, cette horloge évaluait la possibilité d’une guerre nucléaire mondiale, en soulignant la menace liée à la prolifération des armes nucléaires. Depuis 2007, l’horloge prend également en considération les perturbations dues à la reprise de la course à l’armement nucléaire et aux nouveaux acteurs qui se joignent aux anciennes puissances nucléaires, le risque d’un déclenchement de la guerre par un accident technique, un acte de terrorisme ou une attaque informatique, les problèmes liés au changement climatique, aux hydrocarbures (pic pétrolier, géopolitique du pétrole) ou encore les « nouveaux développements dans les sciences du vivant qui pourraient infliger des dommages irrévocables », c’est-à-dire les risques liés aux nouvelles technologies (nanotechnologie, biotechnologie, etc.).

Sources : https://www.thesiteoueb.net/ / https://fr.wikipedia.org/

(318)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :