Dernières Infos

Le Jour d’Après

Translate Website

Ce Film a été remis en cause par bien des climatologues qui n’en finissent pas d’apporter des discussions. Une fixation sur le côté catastrophique Hollywoodien provoque parfois indignation voir un rejet total du film. Et pourtant depuis le jour de sa sortie en 2004, bien des faits ont démontré une certaine véracité. Ici l’article fait une longue synthèse de ce qui est en train d’arriver non pas en une semaine mais plutot en 10 ans. De nombreux rapports vont être re édités pour ne pas oublier qu’il y a un vrai problème. Ici The Day After Tomorrow…

Et si le film le jour d’après n’était pas seulement qu’un film de Science Fiction. Bien des faits sont pourtant en train d’arriver. Une glaciation va arriver subitement. Tout est ici. Voici cet article qui prouve simplement que la Terre du Futur a toute sa raison d’exister.

SECHERESSE & GLACE : LE RECHAUFFEMENT GLOBAL REVELE Traduction de l’article de Drunvalo Melchizedek – 19 Juillet 2004.

Ce que vous êtes sur le point de lire va changer votre monde pour toujours, ceci je peux vous le promettre. En effet, je m’excuse de devoir être celui qui présente les mauvaises nouvelles, mais vous devez être au courant si vous voulez survivre, car ce qui arrivera sera soit SEC et chaud ou GLACIAL.

Le réchauffement global de la planète fait partie des nouvelles qui courent depuis plus de 40 ans, et depuis là nous sommes devenus complaisants. Nos scientifiques se sont mis d’accord sur le fait que le réchauffement global produira éventuellement des changements et des problèmes majeurs dans le monde, mais dans leur façon de penser ce ne sera pas avant 50 à 100 ans que vous aurons à subir ses effets.

L’idée générale est que le réchauffement global sera progressif et le monde trouvera le temps de découvrir les solutions à ces problèmes.

Une puissante nouvelle évidence suggère fortement que ce scénario est tout simplement erroné, et que nous devrions nous préparer à une possibilité bien plus rapide.

LA REVUE ANGLAISE « DISCOVERY » Une des premières pistes qui indiquerait que quelque chose pourrait être différent de ce qui était dit auparavant (en particulier ici, aux Etats-Unis) a été publié en Septembre 2002 par la Revue « Discovery » avec l’annonce sur la page de garde : « Surprise : le réchauffement global, une nouvelle ère glaciaire », , « Les océanographes ont découvert une immense rivière d’eau fraîche dans l’Atlantique formée par la fonte de la glace polaire. Ils préviennent qu’il est possible que le Gulf Stream s’arrête bientôt, ce qui plongerait l’Amérique du Nord et l’Europe dans des hivers glaciaux ».

C’était il y a deux ans, et personne ne l’a écouté. La vie a continué son cours sans tenir compte de l’incroyable danger qui approche.

L’ANGLETERRE ET SIR DAVID KING En Janvier 2004 entre en scène Sir David King, Ministre des scientifiques anglais. Sir King est allé voir M. Tony Blair et lui a fait part du danger imminent qui guette le monde et du besoin d’informer la population de ce qui est sur le point de survenir.

Tony Blair a dit à Sir David King de rester calme et de se taire. Mais Sir King a senti que ceci était trop important pour le garder en secret, et donc, ce même mois de Janvier, il est allé délibérément voir la revue américaine « Science », qui a publié ses informations.

Sir King dit dans cet article : « De mon point de vue, le changement climatique est le problème le plus important que nous ayons aujourd’hui, beaucoup plus sérieux que n’importe quelle menace de terrorisme ».

L’Angleterre a placé un mandat de silence sur Sir David King et, maintenant, il n’a même plus le droit de discuter du sujet publiquement sous peine de détention.

L’AMERIQUE ET LE PENTAGONE Un mois plus tard, en Février 2004, le Pentagone s’est impliqué dans l’affaire, ce qui a activé tout le monde.

Le Pentagone avait fait des études sur le Réchauffement global pendant plusieurs années à cause des possibles problèmes associés à la sécurité nationale liés à ces changements climatiques.

Une étude spéciale avait été menée par un des Départements du Pentagone, le Bureau (Net Assessment), qui est dirigé par Andrew W. Marshall, qui a la responsabilité des menaces à long terme sur les Etats-Unis.

Sur une base de données américaine appelée « Réseau des Affaires Globales », M. Marshall a étudié les possibilités du Réchauffement Global sur la Sécurité Américaine. L’étude a été achevée en Octobre 2003 et diffusée au Pentagone, qui prenait ce problème du point de vue de ce qui pourrait arriver de pire. Elle s’intitulait : « Un scénario imminent du changement climatique et ses implications sur la Sécurité Nationale des Etats-Unis ». Le résumé est allé bien au-delà de ce à quoi s’attendaient la plupart des experts.

En réalisant les implications incroyables de cette étude, M. Marshall prit la décision d’informer officiellement le public américain. Et probablement à cause de la position bien négative du Président Bush sur le Réchauffement global, il décida d’aller voir le Président et il publia son étude dans la revue « Fortune » du 9 Février 2004.

Dans cet article de « Fortune », M. Marshall explique la fonte des Pôles Nord et Sud, et celle des glaciers autour de la planète qui sont composés d’eau fraîche et qui est de ce fait être la source de l’imminence du désastre climatique mondial.

Le Gulf Stream – appelé scientifiquement le pourvoyeur thermohaline de l’Atlantique Nord – est un courant d’eau tiède qui vient du dessous de l’Equateur et qui coule à la surface de l’océan vers le nord. C’est cette eau tiède qui empêche l’Amérique du Nord et l’Europe Occidentale de geler et qui maintient également la plupart des climats du monde en adéquation.

Mais quand ce Gulf Stream se refroidit, il va vers le fond de l’océan et retourne, ainsi qu’une rivière, vers l’océan du sud où il se réchauffe à nouveau et remonte une nouvelle fois à sa surface, dans un courant continu convergent. Il dessine un huit géant en trois dimensions.

Le moteur qui fait couler cette eau tiède se trouve au nord où le Gulf Stream coule au fond de l’océan. C’est la densité du sel de l’océan qui fait que cette rivière coule et tire l’eau tiède du sud.

Aujourd’hui, les pôles fondent, l’eau fraîche coule dans l’Océan Atlantique, la densité du sel diminue, le Gulf Stream ne coule plus aussi loin et le courant ralentit. Le Gulf Stream n’a cessé de ralentir dramatiquement depuis 10 ans.

Alors que le Gulf Stream ralentit, le réchauffement n’arrive pas dans la région nord de l’Atlantique, et les schémas climatiques commencent à se modifier car ils dépendent de ce réchauffement pour se maintenir en équilibre.

LA FONTE DES POLES

L’Administration Bush: Pendant l’Administration Bush, lorsque les discussions traitaient de la fonte des Pôles Nord et Sud, ce gouvernement et les entités officielles ont déclaré que les scientifiques mondiaux étaient dans l’erreur à propos de leurs conclusions qui parlent d’un grand danger, et ils ont amené le public américain à croire qu’il n’y avait pas de réel problème.

Cependant, George W. Bush a été le point de mire de l’attaque menée par Sir David King quand il écrivit son article sur la revue « Science » car, pour les esprits scientifiques, au moins mille-sept-cent d’entre eux ont déclaré qu’il en avait au moins été informé.

Alors que le gouvernement américain contribue au réchauffement global en polluant la planète avec 25% des émissions de CO2 , la discussion sur la politique de M. Bush à ce sujet est essentielle. L’un des meilleurs articles résumant la position de Bush peut être trouvée dans la revue « Rolling Stones » du 19 Mai 2004, écrit par Tim Dickinson. Ce qui suit en italique en est un extrait.

Etant donné la menace imminente de réchauffement global, l’administration Bush aurait dû lancer une Guerre contre la Chaleur. Après tout, lorsque Bush était candidat à la présidence en 2000, il jura « d’établir des objectifs de réduction » pour les émissions de dioxide de carbone, disant qu’il en ferait une question prioritaire.

Cependant, une fois qu’il devint Président, la réduction des émissions de carbone a été la première promesse qu’il rompit, et il n’a pas cessé depuis. Deux mois après sa prise de mandat, l’administration se retira du Protocole de Kyoto, traité mondial que les Etats-Unis avaient signé en 1997 pour établir des limites strictes à ces émissions. Bush institua à sa place un plan volontaire d’émissions qui a été un échec cuisant : depuis, seulement onze sociétés ont accepté de diminuer leurs émissions de CO2.

Le président a aussi incorporé le groupe officiel qui contrôle les changements climatiques dans le Département du Commerce, dirigé par le Secrétaire Don Evans, un dirigeant de compagnie pétrolière. Et il demanda d’effectuer une recherche complémentaire qui pourrait reporter toute régulation significative pendant une dizaine d’années encore. « Nous ne savons pas combien notre climat pourrait se modifier dans le futur », a déclaré Bush dans un discours dans le Jardin Rose. De tels propos ont conduit une vingtaine de lauréats du Prix Nobel à signer une lettre ouverte qui blâme l’administration « d’avoir miné de manière conséquente » la compréhension du public sur le rôle de l’homme dans le réchauffement de la planète.(Le conseiller scientifique de Bush a refusé d’être interviewé pour cet article).

Alors la censure commença. En Septembre 2002, l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) émit un rapport sur la qualité de l’air, qui pour la première fois depuis 1996, ne mentionnait pas le réchauffement global. Sept mois plus tard, la Maison Blanche fit de grosses révisions au chapitre sur le changement de climat du rapport de l’EPA « Rapport sur l’Environnement » en invoquant l’influence humaine, effaçant les références de l’impact sur la santé du réchauffement et en insérant des données sur le climat provenant de l’Institut Américain du Pétrole. L’EPA retira le chapitre altéré, en indiquant sur une note interne « qu’il ne représente plus le consensus scientifique sur le changement climatique ».

Même quelques Républicains ont été étonnés de l’ingérence de Bush sur les affaires de l’EPA. « Ce qui semble évident, avec George W. Bush, c’est que l’EPA doit prendre ses ordres de la Maison Blanche concernant les affaires de régulation », dit Russel Train, qui a dirigé l’agence sous la présidence de Nixon et de Ford. « A mon époque, je n’ai jamais vu ceci se produire. Jamais ». M. Train, qui avait reçu la Médaille Présidentielle de la Liberté de M. Bush père, parle de l’approche du Réchauffement Global de cette administration comme étant « totalement erronée » et « irresponsable ».

M. Bush peut compter sur les principaux Républicains au Congrès pour bloquer tous les efforts pour infléchir la courbe de pollution et éviter le désastre. M. James Inhofe, Président du Comité de l’Environnement et des Travaux Publics, rejette la thèse du réchauffement global comme étant un « mensonge ». Dans un discours en Juillet dernier, Inhofe compara le IPCC aux soviétiques et exalta les vertus de ce qu’il appelle « un monde renforcé en CO2 ». « C’est mon plus fervent désir » conclut-il, « que le Congrès rejettera les prophéties colportées par la propagande, masquée sous le nom de science, au nom du sauvetage de la planète d’un désastre catastrophique ».

D’un autre point de vue , sur le même article nous lisons : « L’Administration Bush n’a pas de plan crédible, soit pour le pays soit internationalement, pour contrer le problème (le réchauffement global) – indique Michel Oppenheimer, un climatologue de l’Université de Princeton. L’Administration soutient qu’ils ne peuvent pas faire face au réchauffement climatique « parce que la science est faible ». Et cette approche est indéfendable, car la science n’est pas faible ».

LA FONTE DU POLE NORD A présent regardons les faits. Il y a deux étés, le Pôle Nord a fondu complètement pour la première fois de l’histoire que nous connaissons. Des navires privés et militaires ont navigué à travers le Pôle Nord car il n’y avait que de l’eau! Cette zone n’avait jamais présenté cet aspect: elle avait auparavant au moins 300 m d’épaisseur de glace solide.

« Greepeace » avait annoncé il y a quelques années que, entre l’hiver et l’été, le Pôle Nord avait reculé d’environ 500 m, mais personne n’en avait pris note.

Aujourd’hui, alors que j’écris cet article, nous assistons à l’incendie qui se produit en Alaska et qui a détruit environ 4000 Kms de forêt. Ce feu brûle une zone qui a toujours été humidifiée par la pluie et la neige jusque là. Et ce feu, comme vous allez le comprendre dans cet article, est directement relié à la fonte des Pôles et au Gulf Stream.

Mais finalement, grâce à Andrew Marshall, le Pentagone, a dit la vérité à la revue « Fortune » le 9 Février. Il a montré une photo satellite du Pôle Nord en 1970, et ensuite, une photo prise en 2003: d’après le Pentagone, ce dernier cliché révèle que 40% du Pôle Nord a fondu en seulement 33 ans. Et, actuellement, il fond de plus en plus rapidement. Le Pentagone a prouvé maintenant que toutes ces affirmations officielles qui niaient la fonte des pôles étaient simplement un mensonge. Et ce mensonge est encore plus préjudiciable que toute l’attitude de Bush dans la guerre en Irak.

LA FONTE DU POLE SUD La plateforme Larsen A du Pôle Sud s’est détachée il y deux ans, ce qui a surpris bien de scientifiques. A cette époque, le personnel scientifique qui étudiait cet événement nous indiqua que ce n’était pas une grande affaire, car cette plateforme n’était connectée au Pôle Sud que depuis 10.000 ans.

Et ces mêmes scientifiques ont ajouté que la plateforme Larsen B (qui se trouvait derrière la Larsen A) ne fondrait jamais, car elle s’y trouvait depuis des milliers d’années. Pourtant, l’année dernière, la plateforme Larsen B se détacha et s’échoua dans la mer.

Ces mêmes scientifiques indiquèrent qu’elle tarderait au moins six mois à fondre étant donné sa taille énorme, mais à nouveau ils se sont trompés. Elle a fondu en seulement 35 jours et, encore plus frappant, elle a élevé le niveau des océans de presque 2,5 cm.

Maintenant que la plateforme Larsen B a disparu, un gigantesque iceberg (appelé la plateforme Ross) est menacé et la seule chose qui empêchait celui-ci d’aller dans la mer, c’était la Larsen B. D’après mes sources, la plateforme Ross est actuellement en train de se détacher.

Si la plateforme Ross dérivait dans l’océan, il a été estimé qu’elle ferait remonter le niveau des océans de 4,8 m à 6 m. Et ceci, mes amis, changerait le monde, car presque toutes les villes au bord des côtes et plusieurs îles des Pays-Bas seraient noyées sous l’eau. Sans doute qu’un événement de cette sorte réveillerait le monde et ferait prendre le réchauffement global vraiment au sérieux.

LES TEMPS ANCIENS 1300 A.J. :

Dans son étude actuelle sur ce qui est en train de se produire au niveau de l’océan Atlantique Nord, le Pentagone a observé ce qui s’est produit dans le passé au moment des changements climatiques.

En fait, cet Océan Atlantique Nord a diminué ou s’est arrêté des centaines de fois depuis des milliards d’années, mais dans notre passé récent (depuis 10.000 ans), ceci ne s’est produit que deux fois.

La dernière fois c’était en 1300 A.J. et, à cette époque, il avait simplement ralenti son rythme. Il ne s’est jamais arrêté. Et les scientifiques sont seulement en train d’émettre des théories sur les causes de ce ralentissement. Ils ne connaissent pas vraiment le pourquoi du phénomène.

Il en a découlé des changements radicaux climatiques qui ont mis 550 ans à revenir à la normale. Cette période de l’histoire a été appelée la « Petite Période glaciaire » à cause du refroidissement dramatique du climat qui en résulta.

Le Pentagone a réalisé qu’à l’époque de la « Petite Période glaciaire », la Côté Est de l’Amérique est devenue extrêmement froide, alors que les zones du Centre et de l’Ouest des Etats-Unis devinrent si sèches que le Midwest devint désertique et les forêts dans les montagnes ont brûlé, de la même façon que cela se produit actuellement, car comme vous le voyez, le ralentissement du Gulf Stream se produit depuis déjà 10 ans. Il a aussi affecté dramatiquement l’Europe, car son climat s’est modifié considérablement pendant la « Petite Période glaciaire ».

Une étude du 14e siècle faite par les Indiens Anasazi est révélatrice. Dans le « Chaco Cayon », au Nouveau Mexique, les Anasazi disparurent complètement, et où ils allèrent, personne n’en est sûr. Mais une des raisons de leur disparition de cette région peu de temps après le 14e siècle, c’est que le Chaco Canyon est devenu désertique car il n’y a pas eu de pluie pendant 47 ans ! 47 années de sécheresse ferait définitivement émigrer n’importe qui. Pas d’eau, pas de vie.

Les archéologues qui ont présenté cette étude ne connaissaient pas la cause de la sécheresse, mais elle est claire après l’information du ralentissement du Gulf Stream juste avant cette période. Et ceci est exactement ce que le Pentagone pense à propos de ce qui s’est passé ici en Amérique, au Canada et en Europe.

Nous pourrions croire que la sécheresse actuelle que subit l’Ouest des Etats-Unis va bientôt s’arrêter; mais l’histoire de la terre avec le Gulf Stream suggère fortement qu’elle va continuer pendant au moins 40 ans avant d’atteindre un équilibre.

Il y a 8200 ans :

Cependant, d’après l’étude basée sur ce que connaît le Pentagone, le Gulf Stream n’est pas simplement en train de ralentir, mais plutôt de s’arrêter. La dernière fois que ceci se produisit fut il y a 8200 ans. Et, d’après leur recherche, ce scénario est bien plus dramatique. Lorsque le Gulf Stream s’arrêta il y a 8200 ans, il laissa le Nord de l’Europe sous une couche de glace de 800m, et New York et l’Angleterre endurèrent un climat similaire à celui de la Sibérie.

Ce qui en résulta fut une véritable « ère glaciaire » qui dura environ 100 ans; alors vous voyez pourquoi le Pentagone est si préoccupé. D’après Andrew Marshall, ainsi que Sir David King, ce problème du Gulf Stream est une menace supérieure à tous les terrorismes combinés pour la sécurité nationale (et celle d’autres pays). Vraiment, quand on y pense, le terrorisme n’est rien comparé à ce que serait l’arrêt du Gulf Stream. Cela n’a rien à voir.

Il faut imaginer que sans des conditions climatiques stables, la culture des aliments devient presque impossible, et d’après le Pentagone, ceci devient un problème d’une telle ampleur dans le futur proche que les guerres pourraient se produire partout sur la planète, pas seulement pour le pétrole et l’énergie, mais pour la nourriture et l’eau.

Il y aurait des pays entiers à faire évacuer, tels la Finlande, la Suède et le Danemark , qui seraient sous la glace – et plusieurs autres pays pour d’autres raisons encore. Cette énorme immigration serait la plus grande menace à la sécurité nationale, toujours d’après le Pentagone.

Ceci est ce que Andrew Marshall et Sir David King voulaient que le monde apprenne concernant ce qui est à venir afin qu’il se prépare à l’inévitable.

LE SENAT AMERICAIN En Mars 2004 , le Sénat des E.U. fut mis au courant de l’étude du Pentagone et ils ont alloué un budget de 60 millions de dollars à l’étude sur LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ABRUPTS . Ceci permet d’espérer que bientôt le Sénat américain commencera à informer le monde de ces changements climatiques imminents.

LES NATIONS UNIES Le 29 Juin 2004, une réunion s’est tenue au sein des Nations Unies pour discuter de ce qu’il faudrait faire à propos du Réchauffement de la planète et le Gulf Stream. Cent cinquante-quatre pays ont participé. La conclusion fut qu’il faut éliminer au plus vite l’utilisation du pétrole et de l’essence.

Il y a ceux qui croient que si nous continuons à baisser le niveau de CO2, nous pourrions diminuer les problèmes et, bien entendu, nous devons faire tout ce qu’il est possible de faire. C’est important, car il y a d’autres courants que ceux de l’Atlantique Nord dans les divers océans, et s’ils venaient tous à ralentir ou à s’arrêter, la Terre serait confrontée à une véritable Ere Glaciaire. Et l’histoire montre que si ceci venait à se produire, notre civilisation ne reviendrait à une période normale que dans 90.000 ans.

Mais en fait, changer ou augmenter tout le courant de l’océan Atlantique pour la ramener à la « normale » est au-delà des possibilités de la race humaine et de toutes ses technologies. Selon l’estimation de la plupart des grands scientifiques mondiaux, i l est trop tard pour altérer le cours de ce qui est sur le point de se produire. Tout ce que nous pouvons faire est de nous préparer pour le choc. Et la préparation est essentielle. C’est l’objectif majeur des messages de Sir David King et d’Andrew Marshall.

LA NASA SE PREPARE Le 13 Juillet 2004, la NASA a lancé un satellite, le premier de trois, dont le but principal est d’étudier le Réchauffement global. A part l’étude sur l’ozone, ces satellites vont s’occuper d’un autre énorme problème associé au Réchauffement global: il s’agit du contrôle de la température et de la salinité des océans. Sans doute serons-nous au moins capables de surveiller ces changements rapides et de prévoir ce qui va arriver.

QUELQUES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ETRANGES QUI SE SONT PRODUITS DEPUIS LE RALENTISSEMENT DU GOLF STREAM – En Mars 2004 le monde a vu un énorme ouragan toucher la côte brésilienne. C’est la première fois qu’un ouragan touche les côtes dans toute l’histoire de l’Amérique du Sud.

– En Mai 2004, les Etats-Unis ont été touchés par 562 tornades, en un seul mois, battant ainsi tous les records. Quelques unes de ces tornades ont été enregistrées à Seattle, Washington. Jamais une tornade n’avait touché Seattle.

– L’Est du Canada a connu en 2003/2004 l’un des hivers les plus rudes de son histoire.

– Pendant plusieurs années les feux de forêts ont brûlé partout dans le monde. La liste serait étendue. Le Nord de l’Australie est en ce moment sous le feu. L’Alaska, tel que je l’ai mentionné, brûle. C’est sans précédent ! La totalité de l’Ouest des Etats-Unis est sous le feu, passant d’une région à une autre, le gouvernement américain annonce que celle-ci est la pire sécheresse depuis 500 ans. Vraiment, les feux sont partout dans le monde.

– En France et en Europe la vague de chaleur de 2003 a causé la mort de 15.000 personnes en France et de 30.000 dans toute l’Europe, simplement par l’intense chaleur causée par le Réchauffement global et le Gulf Stream.

– L’Argentine en ce mois de Juillet 2004, a eu la plus grande tempête qu’ils avaient jamais connue.

– Le temps au Mexique est si imprévisible et humide dans certaines régions que les marécages/les champignons apparaissent dans leurs cultures (et dans d’autres régions qui ont des sécheresses). Alors que les schémas climatiques commencent à se modifier de plus en plus radicalement, la culture des aliments deviendra un des plus grands problèmes.

– Les récifs coralliens du monde sont en train de mourir par le Réchauffement global, et ceci menace la plupart des îles, même celles du Pacifique. Quiconque vit sur la plupart des ces îles sera probablement amené à déménager tôt ou tard à cause de l’altération de l’eau fraîche par le sel de l’eau de mer. Finalement les gens devront quitter ces lieux quand le niveau des océans montera.

Ce sont les problèmes qui me viennent à l’esprit. Si l’on était sérieux et que l’on veuille faire une recherche complète de tous les phénomènes étranges dûs aux perturbations du climat des dix dernières années, nous serions pleinement conscient des changements climatiques qui vont se produire et auxquels nous devons nous adapter si l’humanité doit continuer à vivre sur Terre.

LA MURAILLE DE DOUZE METRES DE HAUT Le rapport du Pentagone suggère que les Etats-Unis bâtissent une muraille de 12m de haut dans tout le pays pour éviter les immigrants ou ceux qui veulent échapper aux problèmes mondiaux climatiques. Le Pentagone estime que la nourriture et l’eau seront le plus grand problème, et comme les Etats-Unis ont de l’argent pour acheter la nourriture, ils croient que nous serons les plus à même de résister à ce problème, mieux que la plupart des autres pays. Les gens voudront venir ici juste pour obtenir de la nourriture.

Ceci ressemble à quelque chose sorti d’un film de fiction, mais les Etats-Unis ont déjà commencé la construction de cette muraille entre eux et le Mexique.

Note annexe : En parlant de films, « The day after tomorrow » (« Le Jour d’après ») récemment sorti, est basé sur cette information de l’arrêt du Gulf Stream. Cependant, Hollywood a exagéré les effets des tempêtes de telle façon que la plupart des gens pensent que ce n’est qu’une fiction. Ce n’est pas de la fiction, c’est en train de se produire, mais cela se produira t-il tel que le film le prévoit ? Et dans ce film vous voyez des milliers d’américains qui fuient au Mexique pour échapper au grand froid.

Il y a deux semaines, j’ai parlé avec un militaire américain qui faisait partie de l’équipe de construction de cette muraille de 1m20. Au cours de la discussion à propos du Gulf Stream, dont il ne savait rien, il a dit, « Oh, maintenant je comprends. Vous voyez, le côté de cette muraille est droite jusqu’en bas du côté mexicain, mais elle comporte des marches et des échelles du côté américain pour qu’on puisse aller au Mexique. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi le gouvernement faisait ceci. »

LE CHANGEMENT DE FORME DU GULF STREAM Le rapport du Pentagone indique que l’estimation de l’arrêt du Gulf Stream se situerait probablement entre 3 et 5 ans à partir d’Octobre 2003. Celle-ci était leur meilleure estimation, et en fait c’est juste une estimation et une théorie. Mais ce qu’ils ingoraient – parce que cela se situait au début de la période de publication de leur rapport – c’est que le Gulf Stream avait déjà commencé à changer de forme. La modification de forme est le début du ralentissement et de l’arrêt de ce courant d’eau tiède, et la fin de notre civilisation telle que nous la connaissons.

J’ai obtenu cette information de deux sources, les deux ne souhaitent pas que je les nomme ici, mais ce sont tous deux des scientifiques de réputation mondiale.

Si ceci est vrai, alors tous les effets et l’échéance du rapport du Pentagone doivent être diminués de trois à cinq ans. Je ne sais pas si ceci est vrai, mais dans le souci de ne rien garder secret, je place cette information dans cet article. La preuve réelle suivra si elle m’est donnée.

DE MON COEUR AU VOTRE En recevant cette information, je ne savais pas quoi faire, ni s’il fallait écrire cet article. Mais parce que je crois et que j’aime l’humanité, j’ai finalement réalisé, comme Sir David King et Andrew Marschall, que je devais vous le dire, car la connaissance est pouvoir.

Et quand les temps viennent à nous pour prendre des décisions, ma prière est que nous allions tous à l’intérieur, où Dieu se trouve, et que nous écoutions notre coeur Intérieur. Si nous avons confiance en nous-mêmes et dans la Guidance Divine, nous saurons tous exactement quoi faire et où aller.

Que Dieu vous bénisse tous pour ce qui est à venir. (Traduit par Renée Royer-Salles ? relecture par M.)

RESSOURCES COMPLEMENTAIRES

L’article original anglais, sur Spirit of Maat. L’article traduit en Français, en version PDF. Un article très fouillé de Wilcock et Hoagland: Interplanetary day after tomorrow.

Liens sur articles en anglais:

Un autre point de vue

Sur la Ross Shell et la Larsen Edge: nsidc.org CNN ssec.wisc.edu SF NASA NSIDC 1, NSIDC 2, NSIDC 3, BBC CBS, Fonte artique

source et article du site http://www.mohr-mohr-and-more.org/

(225)

Laissez un message

Laissez un message