Dernières Infos

L’atmosphère de la comète Tchouri contient de l’oxygène

L’atmosphère de la comète Tchouri contient de l’oxygène, « surprise totale » pour les scientifiques
La sonde européenne Rosetta, qui gravite autour de la comète, a découvert de l’oxygène en abondance.

Les scientifiques sont stupéfaits. La sonde européenne Rosetta, qui gravite autour de la comète Tchouri, a découvert de l’oxygène en abondance dans son atmosphère. « Une surprise totale » pour les scientifiques, qui pensent qu’il faudra peut-être revoir les modèles sur la formation du système solaire. La sonde Philae, qui s’est posée sur la comète en novembre 2014, a révélé dans l’été la présence de quatre molécules organiques sur Tchouri . Rosetta s’est empressée de tweeter sa découverte

Cet oxygène moléculaire (O2) pourrait être plus ancien que notre système solaire, a annoncé une étude publiée mercredi dans la revue britannique Nature. « Il va peut-être falloir modifier nos modèles actuels sur la formation du système solaire », a déclaré à l’Agence France Presse (AFP) André Bieler, l’un des auteurs de l’étude. Les molécules d’oxygène se seraient incorporées à la comète durant sa formation, rapporte l’Agence spatiale européenne (ASE) .

laterredufutur.com_photos_mission-rosetta-1

3.000 échantillons recueillis en sept mois

Malgré le fait que l’oxygène soit le troisième élément le plus abondant dans l’Univers, sa version gazeuse, O2, s’avère être très rare à détecter, avance l’ASE. La difficulté vient du fait que le gaz soit très réactif et se brise facilement pour former d’autres atomes et molécules. Ainsi, de l’oxygène gazeux n’avait encore jamais été repéré sur une comète.

L’équipe a analysé plus de 3.000 échantillons recueillis autour de la comète entre septembre 2014 et mars 2015. « Cette découverte était impossible à prévoir du fait qu’il n’y a que très peu d’exemples de détection d’O2 interstellaire. […] La présence de ce gaz n’est pas facilement explicable par les modèles actuels sur la formation du système solaire », décrit Kathrin Altwegg, chercheuse à l’université de Berne et principale investigatrice du spectromètre orbital de Rosetta.

TDF

source : http://www.lesechos.fr/

(107)

Laissez un message