Dernières Infos

L’atmosphère de Jupiter se réchauffe sous l’effet du vent solaire

De nouvelles observations au télescope terrestre montrent que les aurores aux pôles de Jupiter réchauffent l’atmosphère de la planète à une plus grande profondeur qu’on ne le pensait auparavant et qu’elles constituent une réponse rapide au vent solaire.

« L’impact du vent solaire sur Jupiter est un exemple extrême de météo spatiale « , a déclaré James Sinclair du Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie, qui a dirigé une nouvelle recherche publiée le 8 avril dans Nature Astronomy. « Nous voyons le vent solaire avoir un effet plus profond que d’habitude. »

Les aurores boréales au pôle Nord et les aurores australes au pôle Sud se produisent lorsque les particules énergétiques soufflées par le soleil (le vent solaire) interagissent avec les gaz de la haute atmosphère et les réchauffent. La même chose se produit sur Jupiter. Mais les nouvelles observations montrent que le réchauffement va deux ou trois fois plus profondément dans son atmosphère que sur Terre, dans le niveau inférieur de la haute atmosphère, ou stratosphérique de Jupiter.

Pour mieux comprendre la nature même de l’évolution des planètes et de leurs atmosphères, il est essentiel de comprendre comment le vent solaire interagit constamment avec les environnements planétaires.

« Ce qui est surprenant dans les résultats, c’est que nous avons été en mesure d’associer pour la première fois les variations du vent solaire et la réponse dans la stratosphère – et que la réponse à ces variations est si rapide pour une si grande région « , a déclaré Glenn Orton du JPL, coauteur et membre de l’équipe d’observation.

En moins d’un jour après que le vent solaire ait frappé Jupiter, la chimie de l’atmosphère a changé et sa température a augmenté, a constaté l’équipe. Une image infrarouge captée lors de leur campagne d’observation en janvier, février et mai 2017 montre clairement les points chauds près des pôles, là où se trouvent les aurores de Jupiter. Les scientifiques ont basé leurs découvertes sur les observations du télescope Subaru, au sommet du Mauna Kea à Hawaii, qui est exploité par l’Observatoire astronomique national du Japon.

La caméra et spectromètre infrarouge (COMICS) du télescope a enregistré des images thermiques de la stratosphère de Jupiter, qui capturent des zones de températures plus ou moins élevées.

« De telles réactions thermiques et chimiques peuvent nous en dire plus sur d’autres planètes soumises à des environnements hostiles, et même sur la Terre primitive », a déclaré Yasumasa Kasaba, de l’université de Tohoku, qui a également collaboré avec l’équipe d’observation.

Adaptation La Terre du Futur

source : https://phys.org

(344)

Laissez un message