Dernières Infos

La plaque tectonique indienne se sépare en deux sous le Tibet, selon une analyse récente

Les moteurs de la croissance des plus hautes montagnes du monde dans le ciel sont profondément enfouis dans la peau de la planète. Les géologues ont une idée des mécanismes à l’œuvre, mais les données disponibles ont jusqu’à présent laissé une large place au débat sur les détails.

Combinée à un nouvel examen des recherches antérieures, une analyse récente de nouvelles données sismiques recueillies dans le sud du Tibet a donné une description surprenante des forces titanesques qui s’exercent sous l’Himalaya.

Lors d’une présentation à la conférence de l’American Geophysical Union à San Francisco en décembre dernier, des chercheurs d’institutions américaines et chinoises ont décrit une désintégration de la plaque continentale indienne qui s’écrase sur le socle de la plaque tectonique eurasienne qui se trouve au-dessus d’elle.

Il s’agit d’un compromis surprenant entre deux modèles actuellement privilégiés pour expliquer le soulèvement du plateau tibétain et de la colossale chaîne de montagnes de l’Himalaya.

Dans les deux cas, c’est une collision entre les morceaux de croûte terrestre de l’Inde et de l’Eurasie qui est en cause. Il y a environ 60 millions d’années, la plaque indienne s’est enfoncée sous sa voisine septentrionale, entraînée par des courants de roches en fusion dans le manteau.

Petit à petit, la masse terrestre eurasienne a été soulevée vers le ciel sur les épaules d’un géant, nous donnant les plus hautes altitudes de la Terre.

Des études sur la densité du manteau et de la croûte suggèrent que la plaque continentale indienne, plutôt flottante, ne devrait pas couler si facilement, ce qui signifie qu’il est probable que les sections submergées de la croûte continuent de glisser sous le ventre de la plaque eurasienne au lieu d’être plongées dans les profondeurs du manteau.

Une autre possibilité est que la plaque indienne se déforme d’une manière telle que certaines parties se rident et se plient, tandis que d’autres plongent et s’enfoncent.

Différents points de vue émergent en fonction des types de preuves privilégiés et de la manière dont les données sont traitées.

Dans le cadre d’une étude dirigée par Lin Liu, géophysicien à l’université océanique de Chine, les chercheurs ont rassemblé des données sur la division des ondes S et des ondes de cisaillement « ascendantes et descendantes » provenant de 94 stations sismiques à large bande réparties d’ouest en est dans le sud du Tibet, et les ont combinées avec des données sur les ondes P « descendantes et ascendantes » collectées précédemment afin d’obtenir une vision plus nuancée de la dynamique du sous-sol.

Ils ont déterminé que la plaque indienne ne se contentait pas d’osciller doucement sous la plaque eurasienne, et qu’elle ne s’agglutinait pas non plus comme un tapis sur un sol glissant.

Au contraire, il se délamine, sa base dense se détachant et s’enfonçant dans le manteau tandis que sa moitié supérieure, plus légère, poursuit son voyage juste sous la surface.

Alors que des modèles informatiques avaient suggéré que des sections plus épaisses de certaines plaques pouvaient se détacher de la sorte, l’étude fournit la première preuve empirique d’un tel phénomène.

La description de l’équipe est cohérente avec les modèles géologiques basés sur les limites de l’eau de source enrichie en hélium 3 et les schémas de fractures et de tremblements de terre près de la surface, qui, ensemble, confirment la carte du carnage en dessous, où des sections de l’ancienne plaque indienne semblent plus ou moins intactes, tandis que d’autres se désagrègent à une centaine de kilomètres en dessous, permettant à la base de se déformer dans le cœur en fusion de la planète.

Le fait de disposer d’une description 3D claire des limites et des frontières des plaques lorsqu’elles s’entrechoquent permet non seulement de mieux comprendre comment notre surface est devenue telle qu’elle est, mais aussi d’éclairer les futures méthodes de prévision des tremblements de terre.

L’étude a été présentée lors de la conférence 2023 de l’American Geophysical Union. Une copie préimprimée de l’étude est disponible en ligne.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(176)

Laissez un message