Dernières Infos

La Chine se moque de l’impuissance de Joe Biden à la COP26

Xi Jinping et Jo Biden, avant un déjeuner en l'honneur du président chinois au département d'État américain à Washington, DC, le 25 septembre 2015, Public Domain

La Chine s’est moquée du président américain Joe Biden, qui a profité de son discours au sommet sur le climat pour s’excuser de l’inaction des États-Unis.

La Chine a profité des commentaires de Joe Biden lors du sommet sur le climat de Glasgow pour se moquer du président américain, le qualifiant d' »impuissant », malgré l’absence du président Xi Jinping à la conférence.

M. Biden a pris la parole à l’ouverture du sommet des Nations unies sur le climat COP26 lundi, soulignant la nécessité « d’agir et de faire preuve de solidarité », tout en profitant de l’occasion pour « s’excuser » du fait que « les États-Unis, sous la dernière administration », se sont retirés de l’accord de Paris.

« Je suppose que je ne devrais pas m’excuser, mais je m’excuse pour le fait que les États-Unis, sous la dernière administration, se sont retirés de l’accord de Paris. Cela nous a mis un peu à la traîne », a déclaré M. Biden.

Le Global Times, un organe de presse soutenu par Pékin, a publié le lendemain un article qui ridiculisait les « nobles » excuses de M. Biden.

Le rapport soulignait la discorde entre les électeurs américains, notant certains commentaires en ligne de « netizens » qui « ne peuvent pas attendre 2024 lorsque le Parti républicain, ou même Donald Trump lui-même, s’excusera pour les excuses de Biden ».

Le rapport tente de mettre en évidence le côté plus controversé de la discussion sur le changement climatique aux États-Unis et a mis en avant les différences entre M. Biden et l’ancien président Donald Trump.

Xu Liang, professeur associé à l’École des relations internationales de l’Université des études internationales de Pékin, a déclaré que de telles manifestations de la part des dirigeants américains témoignaient du « déclin des États-Unis ».

Entre-temps, Xi a été absent du sommet du Groupe des 20 à Rome et des négociations mondiales sur le climat de cette semaine en Écosse, s’attirant les critiques de M. Biden et des questions sur l’engagement de la Chine à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

M. Biden a critiqué son homologue Xi pour avoir manqué le sommet, après que la Chine ait refusé de signer l’engagement sur le méthane.

« Il s’agit d’une question gigantesque et ils se sont défilés », a déclaré M. Biden avant de quitter Glasgow.

Il a ajouté qu’il en allait de même pour le président russe Vladimir Poutine, qui ne participe pas non plus aux discussions.

Mais la Chine et la Russie ont contesté cette affirmation.

Et, signe que l’acrimonie pourrait nuire aux négociations, l’envoyé spécial de la Chine pour le climat, Xie Zhenhua, a déclaré aux journalistes, tard dans la journée de mardi, qu’il n’était pas favorable à un changement de l’objectif de réchauffement de la température à 1,5 °C, par rapport au plafond moins ambitieux de 2 °C fixé à Paris.

« Si nous nous concentrons uniquement sur 1,5 °C, cela signifie que nous détruisons le consensus entre toutes les parties », a déclaré M. Xie.

La Chine est le plus grand émetteur de dioxyde de carbone au monde et s’est engagée à commencer à réduire cette production d’ici 2030 et à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

Les États-Unis et d’autres pays ont exhorté Pékin à prendre des engagements plus importants, mais l’administration de M. Xi a fortement laissé entendre que ces engagements ne seraient pris qu’en échange de concessions politiques.

M. Trump lui-même s’est emparé du commentaire de M. Biden, affirmant que les dirigeants mondiaux « se moquent » de M. Biden.

« Nous n’avons jamais été aussi mal considérés qu’en ce moment, y compris le fait que les dirigeants de pays étrangers, qui sont tous au sommet de leur art, se moquent de Biden alors qu’il fait le tour de l’Europe », a déclaré M. Trump.

« Si bas et si mauvais pour l’Amérique. Il n’y a jamais eu de moment comme celui-là ».

Cependant, certains médias, tels qu’Axios, ont estimé que les commentaires de M. Biden étaient une reconnaissance du fait que les États-Unis auront du mal à convaincre d’autres pays de suivre leur exemple sur les questions climatiques après avoir fait volte-face avec différentes administrations.

Ces efforts ont peut-être porté leurs fruits après que 18 pays se sont joints aux États-Unis et au Canada pour créer une « promesse climatique » visant à mettre fin au financement public de projets liés aux combustibles fossiles à l’étranger d’ici à la fin de 2022. Tous les fonds seront réorientés vers des dépenses liées aux énergies propres, rapporte Reuters.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.news.com.au/

(178)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :