Dernières Infos

À 96 ans, ce prix Nobel a découvert l’énergie qui va sauver la planète

Depuis un demi-siècle, l’Américain Arthur Ashkin étudie la lumière et les lasers. Aujourd’hui, il estime pouvoir en tirer une énergie verte plus rentable que le solaire.

En 2018, Arthur Ashkin recevait le prix Nobel 2018 de physique pour ses travaux ayant débouché sur la création de « pinces optiques », des faisceaux lasers permettant d’isoler et de déplacer de minuscules corps comme par exemple une bactérie vivante. Les premières utilisations envisagées furent biologiques, les « pinces » ont d’ailleurs servi à créer un test sanguin contre la malaria. Mais le scientifique a dès le début estimé que la lévitation laser pourrait servir à soulever des matériaux. Après tout, la lumière est une onde. On pourrait donc profiter de cette « force » à plus d’un titre.

Aujourd’hui âgé de 96 ans, Arthur Ashkin pourrait se satisfaire de cette récompense et de voir ses travaux repris et prolongés par d’autres. Au lieu de ça, il veut les utiliser comme base d’une nouvelle énergie. La force de la lumière pourrait être détournée pour générer de l’électricité.

Première étape de cet ambitieux projet, mettre au point un concentrateur. Comprenez, un dispositif de captage et d’amplification de l’onde lumineuse. Pour cela, Ashkin a assemblé des tubes concentrateurs réfléchissants qui canalisent, redirigent et accentuent la lumière. Non seulement cela marche, affirme Ashkin, mais cela ne coûte presque rien.

« Les tubes sont très bon marché, décrit Ashkin à un reporter de Business Insider, ils ne coûtent qu’une poignée de centimes. » Comme son dispositif amplifie la réflexion solaire, l’invention pourrait décupler l’action des panneaux photovoltaïques ou carrément s’y substituer. Selon ses mots, plus enthousiastes encore, l’invention va « sauver le monde ». D’ailleurs, Arthur en est sûr, il va remporter un second prix Nobel.

source : https://detours.canal.fr

(921)

Laissez un message