Dernières Infos

Une rétroaction négative doit être attendue – 2me chapitre

La Terre du Futur reconnait la possibilité d’une rétroaction négative du climat sur l’Europe. Néanmoins, les explications actuelles des scientifiques semblent occulter quelques éléments qu’il est bon de rappeler. Tout d’abord, nous sommes actuellement dans un minimum solaire qui n’est pas tout à fait inhabituel et qui correspond également à un phénomène cyclique connu, appelé cycle de Suess. C’est un cycle de 180 ans. Ainsi tous les 180 ans, une « faiblesse solaire » est accompagnée de la disparition des tâches solaires. La dernière période relativement froide date donc du début du XIXeme siècle appelée également minimum de Dalton. Si nous reculons encore de 180 ans, nous retournons donc au XVIIeme siècle, période froide appelé minimum de Maunder.

La période des annnée 1600 à 1850 est également appelé Petit Age Glaciaire. Le minimum de Maunder avait également été accentué par d’autres cycles…

Cycle de Schwabe durée environ 11 ans.
Cycle de Gleissberg durée entre 80 et 90 ans.
Cycle de Suess durée estimée de 180 à 200 ans.
Cycle d’Hallstatteit

Pour d’autres informations sur les cycles, voici ce site ami et partenaire de la Terre du Futur qui explique très bien ces phénomènes cycliques :

http://la.climatologie.free.fr/soleil/soleil.htm

Dans ces conditions, les explications suivantes de cette phase froide sont particulièrement incomplêtes.

Pour l’article suivant écrit par des sceptiques de l’influence solaire, chacun pourra donc avoir son propre avis :

Selon les experts, les vagues de froid successives observées en Europe pourraient être liées à un refroidissement temporaire au sein du réchauffement climatique global. Cette phase froide pourrait durer 5 à 10 ans.

La succession d’hivers froids et d’été chauds en Europe serait due à l’oscillation nord atlantique, à savoir la différence de pression entre l’anticyclone des Açores et la dépression d’Islande. Une hypothèse mise en avant par le professeur David King, ancien conseiller scientifique du gouvernement britannique. « La fréquence de cette oscillation varie et c’est ce qui la rend difficile à prévoir, mais la dernière fois que nous avons eu ce type de régime de basse pression, c’était dans les années 1960 », a-t-il rappelé sur la BBC avant d’ajouter : « A l’époque, cela a duré entre 5 et 10 ans, avec des extrêmes, hivers froids et été chauds, et si nous sommes dans ce type de période, mon conseil serait de nous y préparer ».

Cette phase froide semble avoir débuté il y a trois ans : « Le Royaume Uni a eu deux hivers – 2008/2009 et 2009/2010 – avec des températures inférieures aux moyennes saisonnières », a observé John Hammond, porte-parole du Met Office, qui s’occupe des prévisions météorologiques outre-manche.

Cependant, ces observations sont à nuancer. Une scientifique du Met Office, Julia Slingo, a précisé au Times : « Ce n’est pas un événement global (…). Si vous regardez ce qui se passe au Groënland, vous verrez qu’il y fait exceptionnellement chaud », tout en confirmant qu’une phase plus froide, liée à l’oscillation nord atlantique, pourrait néanmoins être de retour.

Suite à ces constats, David King appelle l’Europe à investir massivement dans des ordinateurs super-puissants « pour améliorer nos modèles climatiques et nous préparer correctement » aux défis posés par le changement du climat.

source : http://fr.news.yahoo.com/

(206)

Laissez un message