Dernières Infos

Un monde vers la troisième révolution industrielle

«Une troisième révolution industrielle doit prendre le relais de notre modèle actuel, à bout de souffle», assure l’économiste américain Jeremy Rifkin. Selon lui, «la crise actuelle n’est pas la crise de la finance, mais la crise du pétrole» et cet or noir sera de plus en plus rare et de plus en plus cher. Surtout, cette énergie est polluante, et les catastrophes naturelles de plus en plus violentes et fréquentes plaident en faveur d’un modèle de croissance plus soutenable.

 


 

Ce modèle alternatif repose sur les énergies vertes et sur Internet, estime Jeremy Rifkin. Selon lui en effet, chaque ère économique, assise sur une révolution industrielle, prend racine dans la combinaison d’un nouveau mode de communication associé à une nouvelle source d’énergie.

Après l’alliance de la vapeur et de l’imprimerie au XIXe siècle, et celle du moteur à explosion et de la télétransmission au XXe siècle, la troisième révolution industrielle basée sur la combinaison des énergies renouvelables et de la communication en réseaux dématérialisés a débuté. L’économiste prédit son apogée en 2050 et la voit durer jusqu’à la fin du siècle. «Comme les deux précédentes, elle va changer radicalement tous les aspects de notre façon de travailler et de vivre», assure Jeremy Rifkin.

La troisième révolution industrielle est un projet de société enthousiasmant, un projet porteur d’espoir, d’avenir, d’emplois, de solutions. Il explique en quoi le XXIe siècle n’a rien à voir avec le XXe, ni avec le XIXe.

La première révolution industrielle, c’est le charbon, la machine outil. La France et l’Europe connaissent un boom sans précédent. On fabrique en quantité et industriellement grâce à la machine et à l’énergie.

La seconde révolution industrielle, c’est le pétrole, l’automobile, l’avion toutes les conquêtes du XXe siècle. L’énergie facile, abondante et peu chère et pour que tout ce système se développe, nous avons inventé le téléphone et la télévision.

Comme pour les deux premières révolutions industrielles la troisième c’est la rencontre d’internet et des énergies renouvelables. C’est dans tous les domaines la reprise en main du citoyen sur tous les pouvoirs : alimentation, énergie, éducation, transports, santé…


Cette révolution est incarnée par l’essayiste américain Jeremy Rifkin. Il conseille les Chinois, l’Europe, la Région Nord-Pas-de-Calais qui a décidé le changement de cap. Il monnaye ses conférences à prix d’or dans le monde.

La Troisième Révolution Industrielle

Elle nait d’une convergence des technologies de la communication (Internet/satellitales notamment) et des énergies renouvelables, propres et sûres.

Cette « convergence » en permet une autre ; entre la « communication distribuée » (et sans-fil) et des formes d’énergies distribuées ; révolution qui pourrait ouvrir la porte à une ère nouvelle post-énergies fossiles et où le nucléaire sera inutile et trop coûteux, remplacé par une constellation de micro-centrales mises en réseau fonctionnant – un peu sur le modèle de l’internet décentralisé – grâce aux smart intergrids et grâce à de nouveaux protocoles de communication permettant d’utiliser le réseau électrique lui-même (via un courant porteur en ligne) pour faire circuler de l’information en haut débit et de manière bidirectionnelle, en basse et moyenne tension, tout en s’affranchissant des obstacles qu’étaient les transformateurs électriques6.


La troisième révolution repose pour J Rifkin sur la création conjointe :

d’un système distribué de production et distribution d’énergies renouvelables. Cette énergie (petit éolien, photovoltaïque, géothermie…) serait produite non plus dans de grandes centrales toujours source de dépendance, de risque et associées à d’importantes pertes en ligne, mais un peu partout et de manière décentralisée, directement sur les constructions (toitures, terrasses, murs, vitrages photovoltaïques, murs anti-bruit…) ou via les fondations (géothermie, puits canadien).

d’une capacité à stocker une partie de cette énergie (sous la forme d’hydrogène notamment), et à la redistribuer une partie de l’énergie ainsi produite de manière « décentralisée », par l’intermédiaire d’un réseau intelligent de type « smart grid », sans émissions de gaz à effet de serre.

L’ensemble du système sera de plus en plus interactif, intégré et homogène.

Le partage et l’interdépendance sera source de nouvelles opportunités de développement économique, moins basés sur la concurrence, et plus sur la coopération.

La Troisième Révolution Industrielle devrait aussi susciter selon Rifkin une ère économique nouvelle qu’il qualifie d’ère du « capitalisme distribué » (« distributed capitalism ») où des millions d’entreprises existantes et nouvelles ainsi que des propriétaires de logements et véhicules deviendront collaborativement des acteurs de l’énergie. Cette transition énergétique devrait être source de millions d’emplois dits « emplois verts », accompagnant une nouvelle révolution technologique, augmenter considérablement la productivité, sans les inconvénients qu’elle a généré au xxe siècle, tout en atténuant la contribution de l’humanité au dérèglement climatique.



sources : http://www.lefigaro.fr/

http://www.franceinfo.fr/

Informations complémentaires :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Troisi%C3%A8me_r%C3%A9volution_industrielle

(241)

Laissez un message