Dernières Infos

Transformer le CO2 en carburant ou en papier

Et si nous pouvions transformer le CO2 émis dans l’atmosphère en carburant ?

Et si nous pouvions transformer le CO2 émis dans l’atmosphère en papier ?

Il semble que des solutions se profilent très sérieusement pour capter le CO2 et en faire des éléments utiles.

Un projet de recherche européen d’avant-garde a permis de développer une méthode de transformation du dioxyde de carbone en combustible utile. Cette méthode, une fois affinée, pourrait aider le rêve à devenir réalité, à savoir capter le CO2 présent dans l’atmosphère pour le convertir en combustible utile.

Selon, Gabriel Centi, directeur du projet, « la conversion du CO2 en combustible n’est pas du domaine du rêve, mais une possibilité effective qui nécessite la poursuite de la recherche. La production viable de chaînes d’hydrocarbures issues du CO2 pourrait commencer dans une décennie ».
L’un des problèmes posés par le CO2 est son extrême stabilité : une fois formées, les liaisons chimiques du CO2 sont extrêmement difficiles à rompre. La nouvelle technique utilise des catalyseurs spéciaux pour faciliter la dissociation des molécules.
C’est à juste titre que l’on peut parler de recherche de pointe, car même par catalyse, l’énergie nécessaire pour briser ces liaisons chimiques est énorme. Pour y parvenir, les chercheurs ont développé une méthode en deux étapes. Tout d’abord, des molécules d’eau sont décomposées par une source d’énergie solaire, à l’aide d’un catalyseur en titane, libérant ainsi des ions hydrogène, des électrons libres et de l’oxygène. Ensuite, ces électrons libres sont utilisés pour réduire le CO2 et lier les atomes de carbone entre eux à l’aide d’un catalyseur platine-palladium disposé à l’intérieur de nanotubes de carbone.
A l’étonnement des chercheurs, la méthode permet de produire des chaînes d’hydrocarbures composées de 8 ou 9 carbones avec un taux d’efficacité de 1% à température ambiante, c’est-à-dire qu’elle est déjà deux à trois fois plus efficace que tous les autres procédés industriels similaires de conversion du CO2. L’efficacité du procédé pourrait encore être amélioré en utilisant l’énergie thermique générée par de grosses installations solaires thermiques.

Le CO2 sous forme de Papier : (lien transmis par Uri )

Carbon Sciences invente une méthode pour transformer le CO2 en papier
Carbon Sciences est l’inventeur d’une percée technologique pour transformer l’anhydride carbonique (CO2) en une haute valeur, produits des amis de la Terre, a annoncé sa première application visant un marché global de plus de 1 milliard de dollars.

Cette première application technologique de la compagnie est un processus qui transformera le CO2 en composé chimique de valeurs élevées, actuellement utilisé dans la fabrication du papier, des pharmaceutiques et des plastiques. À la différence des méthodes existantes de production, le processus propre de la technologie de Carbon Sciences n’émettra pas de CO2, cela employera moins d’énergie et le résultat sera rentable.

On projette que la demande de ce composé chimique de valeurs élevées (carbonate de calcium ou « PCC » précipité) sera de 10 millions de tonnes d’ici 2010, en raison de la consommation et de la demande globale de papier qui est accrue dans les pays asiatiques.

La gestion de la compagnie croit que l’énergie et les industries intensives de CO2, telles que la production de papier, feront bon un accueil à cette technologie propre et innovatrice parce qu’elle offre deux avantages très importants — cela neutralise le CO2 et c’est peu couteux. Par exemple, un moulin à papier avec une usine intégrée de PCC, basée sur la technologie de la propriété industrielle de la compagnie, pourra transformer ses propres émissions de CO2 en PCC pour un usage immédiat dans la production de papier — les coûts et les émissions de CO2 seront décroissants de ce fait.

Présentant ses observations sur la stratégie du marché de Carbon Sciences, Derek McLeish, le Président de la compagnie, a dit, « nous sommes très enthousiastes que le marché de PCC nous fournisse une occasion lucrative très prochainement. Tandis que la réduction de CO2 dans les centrales thermiques au charbon peut être encore être très lointaine dans le temps, le marché de plusieurs milliards de dollars de PCC est ici et maintenant. »

Énoncé encore de M. McLeish, « selon l’agence internationale de l’énergie, on projette que le marché de la technologie de la réduction du CO2 atteindra 400 milliards de dollars d’ici 2030. En avril 2008, pour la première fois dans l’histoire, le Président Bush a dévoilé une proposition sur le changement climatique proposant que les États-Unis acceptent de réduire les émissions de CO2 et appelle à un peak d’ici 2023, commençant par l’industrie de la production d’électricité. Nous croyons qu’en concentrant nos efforts sur l’industrie de PCC de milliards de dollars, nous serons bien placés pour être un jour important sur le marché ».

sources : http://eole.over-blog.net/ / http://www.nextenergynews.com

Traduction, résumé et adaptation de TDF

(165)

Laissez un message