Dernières Infos

Ouragans dans l’Hémisphère sud : Larry

Les ouragans semblent s’amplifier dans l’Hémisphère sud, après que la Réunion ait été frappée par 3 ouragans et des vagues de plus de 3 mêtres de haut, l’Australie paye le prix fort.

Le cyclone tropical Larry a frappé, lundi matin, le nord-est de l’Australie, non loin de la Grande Barrière de corail, très certainement endommagée. On ne compte, pour l’instant, que quelques blessés légers.
Faut-il voir dans ces ouragans ravageurs un effet du dérèglement climatique? Pour William Gray, chercheur à l’université du Colorado, «ces pointes d’activité sont cycliques». Les années 1950 et 1960 ont déjà connu des poussées de fièvre. Et la situation a été plus calme entre 1970 et 1995, puis le phénomène a repris de l’ampleur. Kerry Emanuel, du Massachusetts Institute of Technology, ne partage pas ce point de vue. Dans un article récemment publié par la revue Nature, il démontre que, depuis vingt-cinq ans, l’intensité et la durée de vie des ouragans ont augmenté de 50%. Et de lancer un cri d’alarme: «Le pouvoir destructeur des cyclones va augmenter avec le réchauffement climatique. Les pertes risquent de s’alourdir avec l’augmentation continue des populations vivant dans les zones côtières.»

 

L’état d’urgence a été instauré dans le nord-est de l’Australie, qui vient d’être balayé par son plus violent cyclone depuis 30 ans. Selon les premières informations, et malgré des vents allant jusqu’à 290 kilomètres heures, il n’y a que quelques blessés légers. Les autorités de la région ont mis en garde la population sur les risques d’inondations et ont recommandé de se méfier des serpents et des crocodiles, rendus agressifs par le cyclone qui les a désorientés. 

Larry était classé en catégorie 5 lorsqu’il a frappé le sud de Cairns, à l’extrême nord de l’Etat du Queensland, lundi à 8h. La dépression a ensuite perdu en intensité au fur et à mesure qu’elle pénétrait dans les terres, pour être rétrogradée en catégorie 3 en milieu d’après-midi.

DÉGÂTS Cairns, sur la route du cyclone, a été balayée par des vents de près de 290 km/h. / KEYSTONE
Le cyclone tropical Larry avait été classé en catégorie 5 lorsqu’il a frappé hier matin le sud de Cairns, à l’extrême nord de l’Etat du Queensland. La dépression a ensuite perdu en intensité au fur et à mesure qu’elle pénétrait dans les terres, pour être rétrogradée à la catégorie 3 en milieu d’après-midi. Les autorités de la région ont décrété l’état d’urgence. Elles ont mis en garde la population sur les risques d’inondations et ont recommandé de se méfier des serpents et des crocodiles, rendus agressifs par le cyclone qui les a désorientés.

A Innisfail, les récoltes de canne à sucre, de bananes et de papayes de cette cité agricole ont été détruites. Environ 50 000 habitations ou entreprises sont privées d’électricité.

Un peu plus au sud, à Mission Beach, les déferlantes ont charrié du sable et des débris, jusqu’au seuil de certaines habitations, tandis que le front de mer de cette région touristique, point de départ pour la Grande Barrière de corail, est très endommagé.

Hier soir, seuls des blessés légers étaient à déplorer. Mais des risque de maladie sont à craindre et la population touchée est révoltée contre la lenteur des secours.

 Un autre cyclone, Wati, s’apprête à longer la facade est du pays, mais devrait épargner les côtes. C’est également le cas de Floyd, un autre cyclone qui sévit au large de la côte nord-ouest australienne.

sources : http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=2967 / http://www.24heures.ch/ /http://www.liberation.fr / ABC /

(181)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :