Dernières Infos

Les eaux profondes des océans ne se réchauffent plus depuis 2005

La température moyenne des eaux froides profondes des océans a cessé d’augmenter depuis 2005, révèle la Nasa, ce qui suscite de nouvelles interrogations chez les chercheurs: pourquoi le réchauffement climatique semble se ralentir ces dernières années malgré l’accroissement des gaz à effet de serre?

 

 

 

 

 

 

Une des principales hypothèses avancées jusqu’à présent pour expliquer ce paradoxe était que la chaleur accumulée par les océans descendait dans les grandes profondeurs. Mais les scientifiques de la Nasa, au Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena, en Californie (ouest), ont analysé les relevés de température des océans de 2005 à 2013.

Ces mesures ont été faites par des satellites, et directement dans les eaux océaniques à l’aide de 3.000 bouées réparties partout dans le monde.

« Ils ont découvert qu’au-dessous de 1.995 mètres il n’y a eu quasiment aucun changement de température durant cette période », ont-ils noté dans leurs travaux publiés dans la revue britannique Nature.


Au XXIe siècle, les gaz à effet de serre, dont notamment le dioxyde de carbone (CO2) produit par la combustion des sources d’énergie fossile, ont continué à s’accumuler dans l’atmosphère, tout comme ce fut le cas au XXe siècle. La température de l’eau des océans plus près de la surface (jusqu’à 700 mètres de profondeur) continue elle à augmenter, mais pas très rapidement.

Comme le note ce papier de la Nasa, il s’agit d’un renversement du réchauffement de l’océan profond des années 1990 à 2005, qui a conduit à une élévation du niveau de la mer de 0,11 mm / an au cours de cette période, puis s’est inversée depuis 2005 à un refroidissement de l’océan profond et une contribution négative du niveau des mers. Ainsi, il n’existe aucune preuve de cette « chaleur manquante » qui pouvait se cacher dans les profondeurs des océans comme de nombreux partisans du réchauffement l’ont réclamé.

Depuis que le GIEC a reconnu que le réchauffement s’est arrêté depuis 17 ans, il y a une conclusion inéluctable : La « chaleur manquante » est introuvable dans l’atmosphère ou bien même dans les océans de la Terre, elle s’est échappée dans l’espace, ou n’a simplement  jamais existé en premier lieu [sauf dans des modèles informatiques]. En effet, les mesures du rayonnement à ondes longues sortant vers l’espace [infrarouge de l’effet de serre] ont augmenté au cours des 62 dernières années, et n’ont pas diminué comme c’était prévu par les modèles favorables à la hausse des émissions de GES (Gaz à effet de Serre).

Tout a été vu en 2007, lors de l’effet d’Iris découvert par des chercheurs de l’Université d’Alabama à Huntsville : L’Effet d’Iris

source initiale de la recherche faite par la NASA

adaptation et traduction de la Terre du Futur

sources : http://www.levif.be/ THE HOCKEY SCHTICK

(155)

Laissez un message

Laissez un message