Dernières Infos

Le système volcanique des calderas après une super éruption reste très active

Les grandes caldeiras sont des structures d’effondrement formées par l’évacuation catastrophique du magma du sommet des réservoirs de magma silicique de la croûte supérieure. Souvent appelées supervolcans, ces caldeiras et leurs fondations magmatiques associées fournissent des informations précieuses sur les questions en suspens concernant la nature des systèmes magmatiques cristaux, la construction des batholites de la croûte supérieure et l’évolution de la croûte continentale.

Ils sont également à l’origine de certains des processus géologiques les plus catastrophiques sur Terre, les superéruptions, et en tant que tels, ils sont considérés comme l’un des volcans les plus dangereux de la planète. La période de récupération après une superéruption, connue sous le nom de résurgence, reste l’un des phénomènes volcaniques les plus mal compris, malgré le fait que toutes les grandes caldeiras actives sur Terre aujourd’hui comme Yellowstone (USA), Campi Flegrei (Italie)… Alors que la communauté volcanologique est aux prises avec l’évaluation des risques et la surveillance de l’activité actuelle en vue de prévoir l’activité future et d’atténuer les risques, une meilleure compréhension de l’histoire résurgente et agitée des grandes calderas est donc un impératif.

Une publication du magazine Communications Earth & Environment de Nature approfondit le fonctionnement des cycles d’éruption en « supervolcans ». Une fois une #éruption volcanique massive terminée, le système sous-jacent peut rester actif pendant des milliers d’années.

◼Les #supervolcans comme la Caldera Toba, Sumatra, produisent les plus grosses éruptions sur Terre. Cependant, les conditions et les processus magmatiques pendant la période de récupération après des suréruptions catastrophiques, connus sous le nom de résurgence, sont peu connus.

L’étude utilise l’analyse statistique bayésienne et la modélisation de l’histoire thermique inversée des âges de feldspath argon-argon et de zirconium uranium / hélium pour étudier la résurgence après l’éruption de #Toba plus jeune de 74 ans mille ans. Une discordance allant jusqu’à environ 13,6 000 ans a été identifiée entre les âges du feldspath le plus vieux et du zircon le plus jeune.

Le modèle suggère le stockage à froid des antécristaux de feldspath avant éruption pour une durée maximale d’environ 5 à 13 000 ans entre 280 °C et 500 °C. Les auteurs proposent que la carapace solidifiée de #magma restante après l’éruption de Toba plus jeune est entrée en éruption dans un état subolide, sans être remobilisée ou rajeuni thermiquement. Indiquant que la résurgence et le volcanisme ont commencé environ 5 000 ans après que la chaudière climatique ait formé la super-éruption.

Plus d’informations : Mucek, A.E., Dani šík, M. , de Silva, S.L. et al. Initiation à la résurgence et éruption du sous-sol de carapace froide de magma chaud à Toba Caldera, Sumatra. Commun Earth Environ 2, 185 (2021). https://doi.org/

credit : infovolcanoficial

Adaptation Terra Projects

Source : infovolcanoficial

(239)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :