Dernières Infos

Le cyclone SIDR ravage le Bangladesh

Le Bangladesh vit des heures terribles. La malédiction semble s’abattre sur ce pays. Des responsables ont parlé de la pire tempête de ces dernières années dans un pays ravagé par un ouragan en 1970, qui avait fait un demi-million de morts, et par un terrible raz-de-marée cyclonique en 1991, qui avait tué 138.000 personnes.

Les autorités du Bangladesh craignent que l’ouragan Sidr a causé des milliers de victimes.

Le Bangladesh, une nouvelle fois victime. Le cyclone Sidr ravage tout sur son passage. Une masse blanche de plus de 500 km de diamètre plonge le pays dans le drame. Des pluies torrentielles, emportant tout sur leurs passages, les récoltes détruites, les habitations s’envolant, les rafalers de vent dépassant les 240 km/h, une vision de l’enfer.

Malgré les précautions des autorités gouvernementales, évacuant plus de 250 000 personnes, le bilan risque d’être terrible. Les cultures étant ravagées, la famine risque bien de succéder au cyclone. Le Bangladesh est un pays très pauvre, plus de 40 % de la population, vit avec moins d’un dollar par jour. Les conséquences économiques, de ce nouveau drame qui frappe le pays seront très lourdes a gérer.

Le bilan officiel fait état de 667 morts, mais les autorités craignent qu’en réalité des milliers de victimes sont à craindre. Jhalokati, une ville cotière du Sud, a 140 km de Dacca (la capitale) est entiérement ravagée. Des témoins relatent les faits, les toits s’envolant, les maisons disparaissant, engloutis sous des trombes d’eau..à un rythme infernal.

Le Sud du Bangladesh est particulièrement touché. UNB, une agence de presse locale, fait état d’un bilan bien plus lourd, annoncant déja 1100 victimes, étant bien pessimiste, tant le nombre de disparus est grand…

Le cyclone Sidr se dirige vers l’état indien d’Assam. Le Bangladeh est plongé dans l’horreur, une fois encore. Les cyclones sont monnaie courante dans le Golfe du Bengale, surtout à cette période de l’année. Les catastropes naturelles se succédent à un rythme effréné, une résultance du réchauffement climatique ?…

Information de dernière minute :

DACCA (Reuters) – Les sauveteurs sont à pied d’oeuvre au Bangladesh pour fouiller les décombres laissées par le cyclone Sidr, qui a fait 2200 morts selon le dernier bilan encore provisoire.

Des navires et des hélicoptères de l’armée s’efforcent d’atteindre les milliers d’habitants bloqués sur les îles du golfe du Bengale et les zones côtières toujours isolées après le passage de cette tempête dévastatrice jeudi soir dernier.

« Il faudra plusieurs jours pour terminer les recherches et connaître le vrai bilan des victimes et l’extension des dégâts », a déclaré un responsable du ministère de l’Alimentation et des catastrophes, Ayub Miah.

Un vaste effort a été entrepris pour fournir de l’eau potable, des vivres et un abri aux dizaines de milliers de personnes affectées par le cyclone, le plus meurtrier depuis une tempête de 1991 qui avait fait 143.000 morts.

Les vents de 250 km/h ont provoqué une lame de fond de cinq mètres de haut et emporté des centaines de pêcheurs.

La plupart des décès concerne des habitants des côtes dont les maisons ont été balayées par la tempête, d’autres personnes sont mortes noyées au large.

A Barisal, l’une des régions les plus touchées, les autorités ont utilisé des éléphants pour dégager les arbres déracinés qui bloquent les routes.

VASTES DEGÂTS

Les hélicoptères larguent de la nourriture, de l’eau et des médicaments aux rescapés, sans pouvoir se poser, beaucoup de terres restant inondées.

Plusieurs pêcheurs récupérés en mer par un chalutier ont dit avoir vu des dizaines de corps flottant dans les eaux proches de la mangrove des Sundarbans, la plus vaste du monde, qui abrite le tigre royal du Bengale.

Ils ont aussi aperçu beaucoup de cadavres d’animaux sur le fleuve Pashur, près de la forêt.

Les navires de l’armée sillonnent les zones côtières et s’emploient à dégager les chenaux bloqués par des épaves de bateaux.

Cent cinquante bateaux et un millier de pêcheurs sont toujours portés disparus, a rapporté la Croix-Rouge internationale.

Selon les services de secours, les dégâts matériels sont immenses. « Nos équipes de secours ont entamé la distribution d’urgence, qui concerne 100.000 personnes dans un premier temps », a déclaré Vince Edwards, directeur national de World Vision Bangladesh.

Dans de nombreuses régions, la quasi-totalité de la récolte de riz est compromise.

Les sauveteurs poursuivent leurs recherches au Bangladesh dans les décombres laissés par le cyclone Sidr, qui a fait plus de 2.200 morts selon un bilan encore provisoire.

Mohammad Abdur Rob, président du Croissant rouge bangladais, a dit à Reuters craindre que le bilan définitif n’atteigne les 10.000 morts.

sources : http://www.come4news.com/ / http://www.lemonde.fr/ / http://www.rfi.fr/ / Meteo France

(223)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.