Dernières Infos

La vie s’est épanouie lorsque le champ magnétique terrestre a été proche de l’effondrement il y a 590 millions d’années

Le champ magnétique terrestre a failli s’effondrer il y a quelque 590 millions d’années, exposant vraisemblablement la vie à la surface de la planète à un surcroît de rayonnements cosmiques.

Selon de nouvelles recherches, l’affaiblissement temporaire du bouclier magnétique aurait pu être tout sauf une catastrophe biologique. En fait, il pourrait avoir augmenté les niveaux d’oxygène, créant ainsi des conditions idéales pour permettre aux premières formes de vie de s’épanouir.

« Le champ magnétique terrestre était dans un état très inhabituel lorsque les animaux macroscopiques de la faune d’Ediacara se sont diversifiés et ont prospéré », écrivent Wentao Huang, spécialiste de la Terre à l’université de Rochester, et ses collègues dans leur nouvel article.

En 2019, des scientifiques étudiant les signatures magnétiques de roches provenant du Canada ont rapporté que ces échantillons indiquaient que le champ magnétique terrestre s’était affaibli pour atteindre son niveau le plus bas connu il y a environ 565 millions d’années, pendant la période de l’Édiacarien, lorsque la vie multicellulaire prenait forme.

Cependant, on a longtemps pensé qu’un champ magnétique très faible serait préjudiciable à la vie émergente, car le champ magnétique terrestre protège la vie des vents solaires.

Tout le monde n’était pas du même avis sur cette vision catastrophique. Dès 1965, le planétologue Carl Sagan affirmait que l’atmosphère et les océans de la Terre auraient pu servir de couverture protectrice aux premières formes de vie, même si le champ magnétique de la planète s’affaiblissait. Cette hypothèse a été confirmée par des études de modélisation réalisées en 2019.

Mais tout lien entre une faiblesse simultanée du champ magnétique, l’essor de la vie édiacarienne et l’augmentation des niveaux d’oxygène est resté – comme l’ont dit Huang et ses collègues –  » séduisant mais peu clair « . Les résultats canadiens pourraient être une aberration.

Huang et ses collègues se sont donc mis à creuser. Ils ont déterré des roches ignées d’Afrique du Sud qui se sont formées il y a des milliards d’années et ont étudié les cristaux qu’elles contiennent ainsi que d’autres roches vieilles de 591 millions d’années prélevées au Brésil. Ces cristaux contiennent de minuscules minéraux magnétiques qui préservent l’intensité du champ magnétique terrestre lors de leur formation.

Il y a un peu plus de 2 milliards d’années, en plein milieu de la période paléoprotérozoïque, le champ magnétique terrestre était puissant. Environ 1,5 milliard d’années plus tard, il est devenu le plus faible jamais observé, environ 30 fois plus faible qu’il ne l’est aujourd’hui, ont constaté les chercheurs.

En combinant leurs résultats avec ceux de l’étude canadienne de 2019, Huang et ses collègues concluent que ce champ magnétique faible (appelé UL-TAFI – ultra low time-averaged field intensity) a duré au moins 26 millions d’années, de 591 à 565 millions d’années.

Par coïncidence, cet intervalle coïncide avec une augmentation des niveaux d’oxygène dans l’atmosphère et dans les océans, il y a environ 575 à 565 millions d’années, à la fin de l’Édiacarien, période au cours de laquelle la biodiversité a également explosé.

« Les nouvelles données confirmant et élargissant l’UL-TAFI renforcent un lien potentiel avec l’évolution édiacarienne des animaux macroscopiques », écrivent Huang et ses collègues.

Mais il restait à comprendre comment un champ magnétique très faible pouvait conduire à une augmentation des niveaux d’oxygène. En modélisant l’évolution du vent solaire, Huang et ses collègues suggèrent que l’affaiblissement du champ magnétique a pu permettre à davantage d’ions hydrogène de s’échapper de l’atmosphère terrestre vers l’espace, ce qui a pu entraîner des niveaux d’oxygène plus élevés dans les mers et les cieux, favorisant à leur tour la biodiversité de la vie au cours de l’Édiacarien.

La date de la fin de l’Édiacarien, il y a environ 540 millions d’années, est surprenante : en général, c’est l’explosion cambrienne qui est considérée comme le point culminant de l’évolution, donnant naissance à des formes de vie complexes qui sont devenues les animaux et les insectes que nous connaissons aujourd’hui.

L’Édiacarien, en revanche, est connu pour ses créatures gluantes et squishy qui ressemblent aux éponges, limaces et anémones de mer primordiales. Il s’agit d’une période de grande expérimentation évolutive qui s’est soldée par de nombreuses impasses et qui a été marquée par une forte diminution de la biodiversité avant que la vie ne rebondisse au Cambrien.

Des recherches récentes suggèrent toutefois que les premiers écosystèmes complexes pourraient s’être formés à l’Édiacarien, une étude de 2022 décrivant des structures communautaires de plus en plus complexes dans des fossiles de la fin de l’Édiacarien.

Mais la vie a besoin d’oxygène pour se développer et se complexifier. Les animaux marins microscopiques et les éponges peuvent survivre dans des océans à faible teneur en oxygène, mais les animaux plus grands et mobiles, dotés d’un schéma corporel complexe, ont besoin de plus d’oxygène pour répondre à leurs besoins métaboliques.

« Un écosystème animal complexe impliquant de longues chaînes alimentaires et des prédateurs nécessite des quantités d’oxygène encore plus importantes, comme l’indique l’exclusion de ces écosystèmes complexes de la zone moderne de minimum d’oxygène », expliquent Huang et ses collègues.

Il semble que la vie édiacarienne ait saisi son moment lorsque le champ magnétique terrestre s’est estompé, même si nombre de ces créatures étaient destinées à se retrouver dans une impasse évolutive.

L’étude a été publiée dans Communications Earth & Environment.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(102)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.