Dernières Infos

La sonde Juno a réussi à se mettre en orbite autour de Jupiter

Cinq ans après son lancement, la sonde Juno de la NASA a réussi lundi 4 juillet 2016 un peu avant minuit à se mettre en orbite autour de Jupiter, pour effectuer une mission qui vise à percer les mystères de la plus grande planète du système solaire.

La vitesse de l’engin, qui est propulsé par énergie solaire, a été réduite afin de procéder à la délicate manœuvre qui consiste à placer la sonde dans l’orbite de Jupiter. Le moteur de Juno a été activé pendant 35 minutes pour permettre à Juno d’être captée par la gravité de la planète.

Il faudra seulement être patient à cause des contraintes techniques, glisse Scott Bolton. A la distance actuelle de Juno, le moindre signal radio met 48 minutes à parvenir jusqu’à la Terre.

«La plus grosse contrainte de cette mission, ce sont les radiations», explique Scott Bolton
Pour se protéger de ces radiations, Juno est munie d’une solide armure de 172 kg de titane qui entoure ses équipements et instruments électroniques, son ordinateur de bord et les câblages électriques.

« Nous sommes autour de Jupiter », s’est réjoui Scott Bolton, responsable scientifique de la mission au Southwest Research Institute à San Antonio (Texas), sans dissimuler une certaine nervosité. En raison des quelque 869 millions de kilomètres qui la sépareront de la Terre, les signaux radio confirmant le succès de l’insertion en orbite ont mis 48 minutes pour parvenir au centre de contrôle. Scott Bolton avait déclaré plus tôt lundi lors d’une conférence de presse : « Nous saurons définitivement si c’est un succès quand Juno se sera retournée pour pointer ses trois grandes antennes solaires vers le Soleil » dont elle dépend pour son énergie, soit vers 4 h 30 GMT.

Après deux révolutions de 53,5 jours, Juno se placera à partir d’octobre prochain dans une orbite de 14 jours qui lui fera frôler successivement les deux pôles de la planète dissimulée sous une épaisse couche nuageuse. La sonde doit effectuer 37 survols, dont la plupart entre 10 000 et 4 667 kilomètres au-dessus des nuages de la planète géante, pour un total de 20 mois. Les survols de Juno seront beaucoup plus proches que le précédent record de 43 000 kilomètres établi par la sonde américaine Pioneer 11 en 1974. Pendant les approches de Jupiter, les instruments de la sonde étudieront ses gigantesques aurores boréales, son atmosphère, sa magnétosphère et son immense tache rouge. L’un des objectifs principaux de la mission sera de mieux comprendre de quoi se compose l’intérieur, jusqu’ici inobservable, de la planète géante.

« Aujourd’hui, on ne sait pas si Jupiter possède ou non un noyau central », avait noté la semaine dernière Tristan Guillot, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) français et membre de l’équipe scientifique de la mission. Non seulement Juno aidera à lever le voile sur les secrets de Jupiter, mais elle devrait aussi fournir de nouveaux indices sur les conditions qui régnaient au commencement du système solaire.

L’intérêt, pour la Nasa, est notamment de nous aider à mieux comprendre les origines du système solaire. Actuellement, la théorie commune affirme que le soleil s’est formé via l’effondrement d’un énorme nuage de gaz et de poussière (la nébuleuse pré-solaire). Comme Jupiter est formée en majorité des mêmes éléments que le soleil (hydrogène et hélium), on considère qu’elle s’est formée en regroupant les restes de la nébuleuse après la formation de notre étoile.

La question à laquelle va répondre Juno, c’est comment cette formation a vraiment eu lieu: est-ce un mini effondrement local de la nébuleuse, ou est-ce d’abord une planète solide qui a ensuite capturé les gaz environnants?

Travail en conditions extrêmes

Juno va également nous permettre de mieux comprendre les cousines de Jupiter observées à l’extérieur du système solaire (les fameuses exoplanètes). L’analyse de son champ magnétique, le plus puissant du système solaire pourra même nous en apprendre plus sur les jeunes étoiles d’autres systèmes solaires.

sources : http://ici.radio-canada.ca/ / http://www.20minutes.fr/ / http://www.lepoint.fr / http://www.huffingtonpost.fr

(146)

Laissez un message