Dernières Infos

La Forêt Africaine Repousse

Dans le thème du sahara qui reverdit, Les forêts d’Afrique stockent de plus en plus de CO2, à l’instar de celles d’Amazonie, révèle une étude internationale (Etats-Unis, Europe, Afrique, Asie) jeudi 19 février 2009 dans la revue britannique Nature.

Un réseau de 79 laboratoires installés dans dix pays d’Afrique a permis de montrer, sur la période 1968-2007, que l’absorption de carbone par les arbres de ces régions s’est accrue dans des proportions comparables à celle enregistrée pour la forêt amazonienne, soit 0,63 tonne par hectare et par an, soulignent les chercheurs.

Les arbres captent du carbone par la photosynthèse, l’incorporent dans les matières organiques et rejettent du carbone, directement en respirant et indirectement par la décomposition des feuilles, racines, débris qu’ils apportent au sol. Au passage, ils en fixent une partie, et c’est ainsi que les forêts comptent au nombre des « puits » de carbone qui, comme les océans, avalent une partie de l’excédent.

« Les forêts tropicales africaines fournissent un écosystème important en captant le carbone et en étant un puits de carbone, réduisant ainsi le taux d’accroissement du CO2 dans l’atmosphère », notent les chercheurs en soulignant la nécessité de les protéger. Le CO2 est le principal gaz responsable du changement climatique.

Le stockage de carbone par la forêt irait de quelques centaines de kilos à quelques tonnes par hectare et par an. Les forêts tropicales, qui couvrent de 7 à 10% des terres de la planète, pourraient stocker, selon les estimations, de 40 à 50% du CO2 présent dans la végétation. Elles sont donc « un élément critique, mais très mal quantifié, du cycle du carbone », constatent les auteurs de l’étude.

Dans un commentaire, une spécialiste de l’Institut de Recherche tropicale Smithonian au Panama, Hélène Muller-Landau, considère que l’augmentation d’absorption du CO2 par les forêts africaines peut avoir deux explications : soit elles ont subi de graves dommages (incendies…) dans le passé et sont actuellement dans une phase de repousse, soit elles ont été perturbées par les changements climatiques et atmosphériques récents et sont en transition.

source : http://fr.news.yahoo.com/

(152)

Laissez un message

Laissez un message