Dernières Infos

La course vers la Lune est bien repartie

vue d'artiste de l'atterrisseur SpaceX Starship arrivant sur la lune. Crédit SpaceX

Bill Nelson, administrateur de la NASA et ancien astronaute, craint que la Chine n’atteigne la Lune avant son agence – et qu’une fois sur place, elle ne revendique même des portions de la surface comme son propre territoire.

« C’est un fait : nous sommes dans une course à l’espace », a déclaré Nelson à Politico dans une nouvelle interview explosive. « Et il est vrai que nous ferions mieux de veiller à ce qu’ils ne parviennent pas à un endroit sur la Lune sous le couvert de la recherche scientifique ».

« Et il n’est pas exclu qu’ils disent : ‘Ne vous approchez pas, nous sommes ici, c’est notre territoire' », a-t-il ajouté, en faisant référence au territoire contesté que la Chine a revendiqué ici sur Terre. Il existe des endroits sur la Lune qui sont suffisants pour « récolter de l’eau et ainsi de suite », a-t-il ajouté, affirmant que « si le bon Dieu le veut », la NASA pourrait encore battre la Chine en renvoyant des astronautes sur la Lune.

Ses remarques soulignent l’engagement de la NASA à renvoyer les premiers astronautes sur la surface lunaire depuis plus d’un demi-siècle, une série de missions complexes et ambitieuses qui pourrait aboutir au premier atterrissage dès 2025 si tout se déroule comme prévu.

Mais elles jettent également une lumière sombre sur les ambitions spatiales de la Chine, alors qu’en réalité, rien ne prouve que le pays envisage de s’emparer des terres lunaires.

En outre, le maintien d’une présence permanente sur la Lune n’est pas seulement astronomiquement coûteux. Il n’est pas non plus certain que les ressources de la Lune puissent un jour avoir suffisamment de valeur pour fournir autre chose qu’un droit de vantardise politique.

Les inquiétudes de M. Nelson ne sont toutefois pas totalement infondées. La Chine consacre en effet des ressources sans précédent pour faire atterrir des astronautes sur la Lune et même sur Mars.

Le pays a fait des progrès considérables dans l’exploration de l’orbite terrestre et au-delà, notamment en créant une toute nouvelle station spatiale et en réussissant plusieurs atterrissages robotisés sur la Lune et sur Mars.

Même si ces atterrisseurs et cette station spatiale sont très similaires aux activités de la NASA dans l’espace, ces progrès rapides font clairement peur aux responsables américains.

« Il est tout à fait possible qu’ils puissent nous rattraper et nous dépasser… », a déclaré le mois dernier le général de la Space Force Nina Armagno, cité par Reuters. « Les progrès qu’ils ont réalisés ont été stupéfiants – d’une rapidité stupéfiante ».

« Il y a potentiellement des méfaits que la Chine peut faire sur la Lune », a déclaré à Politico Terry Virts, colonel de l’Air Force à la retraite et ancien commandant de la Station spatiale internationale. « S’ils y installent des infrastructures, ils pourraient potentiellement empêcher les communications, par exemple. »

Mais tout le monde n’est pas d’accord pour dire que la Chine est déterminée à faire des bêtises une fois qu’elle aura atteint la surface lunaire.

En réponse à ces commentaires, un porte-parole de l’ambassade de Chine à Washington a déclaré au média que « la Chine rejette fermement de telles remarques » et que leurs commentaires ont été « prononcés de manière irresponsable pour déformer les efforts spatiaux normaux et légitimes de la Chine. »

« L’espace extra-atmosphérique n’est pas un terrain de lutte », a ajouté le porte-parole. « L’exploration et les utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique sont l’effort commun de l’humanité et devraient bénéficier à tous. »

Adaptation Terra Projects

Source : https://futurism.com

(122)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :