Dernières Infos

Extinctions de masse tous les 26 millions d’années

Tous les 26 millions d’années : quel crédit apporter à l’étude qui affirme que l’explication des extinctions de masse se trouve dans le rendez-vous cyclique de la Terre avec des météorites géantes ?

Une nouvelle étude démontre de façon mathématique que la terre est percutée par des météorites tous les 26 millions d’années. Conséquence de ce phénomène, les extinctions de masse arriveraient de façon cyclique.

Une nouvelle étude de Michael Rampino, géologue à l’université de New York et Ken Caldeira, de la Carnegie Institution for Science, démontre d’une nouvelle manière comment le phénomène d’extinction de masse arrive par cycle de 26 millions d’années. Comment cette démonstration a-t-elle été faite ? Qu’apporte-t-elle par rapport aux précédentes ?

Patrick De Wever : Ces chercheurs ont utilisé des cycles astronomiques à peu près réguliers. Nous savons par exemple que la Terre tourne autour du soleil en un an et tourne autour d’elle-même en une journée. Les planètes et autres corps célestes ont de la même manière un cycle régulier. A partir de cela nous savons qu’il y a des périodes où la Terre passe par des endroits plus riches en météorites. Ces mouvements réguliers sont prévus par des calculs mathématiques. Dès les années 70 cette hypothèse avait déjà été avancée et l’on avait évoqué le passage de la Terre dans des nuages d’Oort pleins de météorites de toutes les tailles qui risquent plus fortement de percuter la planète.

C’est la méthode de calcul qui est nouvelle méthode pour retrouver le chiffre de 26 millions d’années. Or comme il a été dit, dès les années 70 cette hypothèse avait été émise.

D’autres ont déjà tenté de démontrer ce phénomène. Quelles sont les autres hypothèses ? Lesquelles sont les plus crédibles ?

Difficile à dire. Dès qu’il y a de la régularité l’attrait est grand. En effet, dès qu’il y a un peu de régularité nous sommes dans la grande mécanique céleste qui permet de prédire ce qui va se dérouler. Selon ces méthodes de calcul, les extinctions de masse ne seraient que d’origine météoritique. Or il n’a jamais été prouvé que les extinctions aient pour seule cause l’impact d’une météorite. Certains retiennent que la grande crise de Crétacé-Tertiaire est uniquement due à une météorite mais les extinctions de masse sont comme toutes les grandes crises : multi-causes. Il est donc difficile d’affirmer que des hypothèses tentant de démontrer par les mathématiques que les crises sont cycliques sont suffisamment « crédibles ». Rampino avait déjà utilisé la théorie astronomique pour expliquer la limite entre l’aire primaire et l’aire secondaire mais n’a pas été suivi faute d’arguments convainquant. Il faut donc rester méfiant et ne pas s’enfermer dans une seule hypothèse.

L’étude de Michael Rampino et Ken Caldeira propose de d’exploser un missile nucléaire à côté d’une comète pour la dévier de sa trajectoire. Quels sont les risques actuels de collision ? Quelle solution serait efficace ?
Rien de nouveau là-dessus non plus. On se souvient tous du film Armageddon… Cette question se pose depuis les années 80 dans le cadre de la politique de la Guerre des Étoiles de Reagan. Il voulait imposer des missiles intercontinentaux contre les Soviétiques. Les contribuables américains ne voulaient pas trop en entendre parler en raison du coût. Mais à ce moment-là une publication déclare que l’extinction des dinosaures est expliquée par l’impact d’une météorite. Plusieurs publications soutenues par le Pentagone ont été publiées. Tel la solution de faire sauter un missile nucléaire à côté d’un astéroïde pour la faire dévier de sa trajectoire. C’est toujours une solution en cours d’étude avec le programme de la NASA et l’Agence Spatiale Européenne AIDA (Évaluation de l’impact sur la déviation d’un astéroïde). Une sonde a percuté une comète en 2005. Un nouvel impact est prévu en 2022 sur un astéroïde lorsqu’il passera à 11 millions de kilomètres de chez nous.

D’autres envisagent de peindre un astéroïde pour le dévier. En le peignant en blanc les rayons du soleil seront reflétés. A l’inverse, en noir ils seront absorbés. Tout cela modifie une trajectoire. De même contre le réchauffement climatique, certaines personnes proposent de peindre le toit des immeubles en blanc pour qu’il y ait davantage de reflet.

La disparition des dinosaures semble encore demeurer un mystère. Quels sont les derniers progrès pour expliquer leur disparition ?

C’est toujours une conjonction de facteurs. Pour la fin des dinosaures, (ceux qui ne sont pas des oiseaux), les causes elles aussi sont très nombreuses : les continents sont toujours assemblés/éparpillés, le niveau marin est haut/bas ce qui change le climat, les effets d’un volcanisme bien plus important que ce que l’on connait. Une météorite n’intervient que très rarement. Jusque-là nous avons connu 5 grandes crises.

TDF

source : http://www.atlantico.fr/

(500)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(500)

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

WordPress:

%d blogueurs aiment cette page :