Dernières Infos

« Énorme succès mondial » : les gaz destructeurs d’ozone disparaissent plus rapidement que prévu

Carte thermique illustrant les concentrations d’ozone au-dessus de l’Antarctique en 2023. (Ozone Watch/NASA)

Des scientifiques ont déclaré mardi que les efforts internationaux visant à protéger la couche d’ozone avaient été un « énorme succès mondial » après avoir révélé que les gaz nocifs présents dans l’atmosphère diminuaient plus rapidement que prévu.

Le Protocole de Montréal signé en 1987 visait à éliminer progressivement les substances appauvrissant la couche d’ozone présentes principalement dans les systèmes de réfrigération, de climatisation et les aérosols.

Une nouvelle étude révèle que les niveaux atmosphériques d’hydrochlorofluorocarbures (HCFC), des gaz nocifs responsables des trous dans la couche d’ozone , ont culminé en 2021, soit cinq ans avant les prévisions.

« Cela a été un énorme succès mondial. Nous constatons que les choses vont dans la bonne direction », a déclaré à l’AFP l’auteur principal de l’étude, Luke Western, de l’Université de Bristol au Royaume-Uni.

Les CFC les plus nocifs ont été progressivement éliminés en 2010 dans le but de protéger la couche d’ozone – le bouclier qui protège la vie sur Terre des niveaux nocifs de rayons ultraviolets du Soleil.

Les produits chimiques HCFC qui les ont remplacés devraient être éliminés d’ici 2040.

Cette étude, publiée dans la revue Nature Climate Change , a examiné les niveaux de ces polluants dans l’atmosphère en utilisant les données de l’Advanced Global Atmospheric Gases Experiment et de la National Atmospheric and Oceanic Administration des États-Unis.

Western a attribué la forte baisse des HCFC à l’efficacité du Protocole de Montréal, ainsi qu’à des réglementations nationales plus strictes et à un changement de l’industrie en prévision de l’interdiction prochaine de ces polluants.

« En termes de politique environnementale, il existe un certain optimisme quant à la capacité de ces traités environnementaux à fonctionner s’ils sont correctement adoptés et correctement suivis », a déclaré Western.

Les CFC et les HCFC sont également de puissants gaz à effet de serre, ce qui signifie que leur diminution contribue également à la lutte contre le réchauffement climatique.

Les CFC peuvent persister dans l’atmosphère pendant des centaines d’années, tandis que les HCFC ont une durée de vie d’environ deux décennies, a déclaré Western.

Même une fois qu’ils ne seront plus produits, l’utilisation passée de ces produits continuera à affecter la couche d’ozone pendant des années.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement a estimé en 2023 qu’il faudrait quatre décennies avant que la couche d’ozone retrouve les niveaux antérieurs à la détection du trou dans les années 1980.

Carte thermique illustrant les concentrations d’ozone au-dessus de l’Antarctique en 2023. (Ozone Watch/NASA)

© Agence France-Presse

Adaptation Terra Projects

Source: https://www.sciencealert.com/

(176)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.