Dernières Infos

Canicule et records de chaleurs dans l’ouest de l’Amérique du Nord

Le nouveau record de chaleur canadien de tous les temps de 46,6 °C (116 °F) a été établi à Lytton, en Colombie-Britannique, le 27 juin 2021. Photo via Twitter

46,6 °C : le Canada enregistre sa température la plus élevée jamais enregistrée alors que l’ouest du pays et le nord-ouest du Pacifique américain affrontent une vague de chaleur battant un record vieux de 84 ans.

Lytton, qui se trouve à environ 250 km au nord-est de Vancouver, a dépassé le précédent record canadien. Celui-ci avait été établi dans deux villes de la Saskatchewan – Yellow Grass et Midale – en juillet 1937, avec une température de 45°C (113°F).

Lytton n’était pas seule. Plus de 40 autres endroits en Colombie-Britannique ont établi de nouveaux records.

Un dôme de chaleur dévastateur

Un « dôme de chaleur » de haute pression stationné au-dessus de la région a établi de nouveaux records dans de nombreuses autres régions.

Les États-Unis et le Canada ont tous deux mis en garde les citoyens contre des niveaux de chaleur « dangereux » qui pourraient persister cette semaine.

La zone de haute pression est immense, allant de la Californie jusqu’aux territoires arctiques du Canada et s’étendant à l’intérieur des terres jusqu’en Idaho.

Le climatologue d’Environnement Canada, David Phillips, a déclaré à CTV : « J’aime bien battre des records, mais là, c’est comme les briser et les pulvériser. Il fait plus chaud dans certaines parties de l’ouest du Canada qu’à Dubaï. »

Il a dit qu’il y avait une chance que la température atteigne 47°C quelque part.

Les fournisseurs d’électricité de la Colombie-Britannique ont déclaré qu’il y avait eu une augmentation de la demande d’électricité pour faire fonctionner les climatiseurs.

Environnement Canada a déclaré que l’Alberta, ainsi que certaines parties de la Saskatchewan, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest, devaient également être en alerte.

Dans son avertissement, le ministère prévoit qu’une « vague de chaleur prolongée, dangereuse et historique persistera tout au long de la semaine », avec des températures supérieures de 10 à 15 °C à la normale et proches de 40 °C en de nombreux endroits.

Chaleur sans précédent dans le nord-ouest des États-Unis
Le nord-ouest du Pacifique a également battu des records, notamment dans certaines parties des États de Washington et de l’Oregon.

Le service météorologique national des États-Unis a qualifié les conditions de canicule d' »historiques » et a déclaré qu’elles persisteraient toute la semaine, « avec de nombreux records quotidiens, mensuels et même historiques susceptibles d’être établis ».

Seattle et Portland, qui sont souvent la cible de plaisanteries sur les climats pluvieux, pourraient être parmi ceux qui enregistrent leurs températures les plus élevées ce lundi. Les deux villes ont déjà dépassé les 40°C.

L’Oregon a assoupli les restrictions de fréquentation du Covid pour ouvrir les piscines et les espaces climatisés comme les centres commerciaux. Mais Seattle, dans l’État de Washington, a dû fermer une piscine en raison de « températures dangereuses sur la plage ».

Les producteurs de fruits se sont empressés de cueillir leurs récoltes, craignant que la chaleur ne fasse flétrir les cerises et autres fruits. Les cueilleurs ont commencé à l’aube et se sont arrêtés à l’heure du déjeuner en raison des températures insupportables.

BJ Thurlby, président des Northwest Cherry Growers, a déclaré au Seattle Times : « Nous voyageons dans des eaux absolument inconnues. »

Les essais de qualification olympique en athlétisme des États-Unis ont dû être interrompus dimanche à Eugene, dans l’Oregon, la foule ayant été priée de quitter le stade pour des raisons de sécurité.

Certaines régions le long de la côte pourraient se rafraîchir un peu plus tard dans la semaine, mais Boise, dans l’Idaho, pourrait connaître une semaine de températures supérieures à 40°C. Le National Weather Service a déclaré que certaines parties de l’État pourraient subir « l’une des vagues de chaleur les plus extrêmes et les plus prolongées de l’histoire enregistrée dans le Nord-Ouest intérieur ».

Les avertissements pour tous étaient de rester hydraté, d’éviter les activités fatigantes et de vérifier les voisins vulnérables.

La canicule de 2003 en Europe de l’ouest

En France en 2003, la canicule avait fait 15000 morts. La canicule européenne de 2003 est un événement climatique d’ampleur exceptionnelle survenu de juin à août 2003 et qui a été marqué par de nombreux records de température au cours de la première quinzaine du mois d’août. Cette canicule a suivi un printemps exceptionnellement chaud et sec où les températures atteignent à certains endroits déjà 30 °C fin avril. Cette canicule importante associée à une sécheresse record rappelle la vague de chaleur de l’été 1947 en Europe et la sécheresse de 1976.

Dans certains pays, comme la France ou le Portugal, les conséquences sur les écosystèmes, la population, et les infrastructures sont importantes et provoquent une crise politique. Dans la plupart des stations météorologiques, le mercure a atteint ou dépassé 40 °C. Le continent européen est diversement affecté. Les pays du sud sont particulièrement touchés : la France (et plus particulièrement sa moitié-sud) l’Italie (le nord surtout), l’Espagne et le Portugal. À Amareleja, dans l’Alentejo, au sud du Portugal, la température historique record de 47,4 °C1 est atteinte le 1er août.

La canicule exceptionnelle de 2003 a été causée par un long bloc Oméga, soit une circulation atmosphérique d’altitude complètement bloquée. Ainsi, un anticyclone a été détaché du flux zonal, circulant normalement d’ouest en est par un puissant flux ininterrompu d’air très chaud et très sec remontant directement du Maghreb et d’Afrique du Nord sur l’Europe, ce qui a occasionné des températures estivales exceptionnellement élevées sur la plupart de l’Europe de l’Ouest2,3. Deux systèmes dépressionnaires pratiquement immobiles encadraient l’anticyclone. Les hautes pressions ont empêché pendant cette longue période la formation de nuages et il en est résulté un fort déficit pluviométrique. Le courant-jet étant positionné beaucoup plus au nord que d’habitude a empêché l’air frais de pénétrer sur l’Europe stoppant le renouvellement de l’air et son rafraichissement.

La canicule fait suite, ou s’accompagne d’autres paramètres météorologiques, qui bien que non-exceptionnels, en amplifient les conséquences, comme une sécheresse printanière et de début d’été importante, en particulier en France, la plupart des départements subissant un fort déficit hydrique. Ainsi, la pluviométrie de février à août est partout déficitaire par rapport aux moyennes, notamment dans le Centre-Est[précision nécessaire] et la Corse où le déficit dépasse les 50 %.

Par ailleurs, la première quinzaine d’août, le 11 et le 12 août en particulier, a été caractérisée par des vents très faibles, ce qui a eu pour conséquence de limiter le renouvellement de l’air, et donc d’amplifier des pics de pollution à l’ozone (habituels à cette période de l’année). Ce faible renouvellement de l’air est par ailleurs à l’origine d’un pic de pollution au dioxyde d’azote.

Adaptation Terra Projects

Sources : https://strangesounds.org/ / https://fr.wikipedia.org/

(662)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.