Dernières Infos

Stabilisation des températures océaniques

temperatures des oceans

temperatures des oceansSource fournie par JulienTDF – Décidément en terme de réchauffement climatique, tout semble aller vers une stabilisation des températures. Aucun scénario du GIEC n’aurait prévoir ce qui arrive et le changement climatique restera dans les annales des paramètres les plus complexes jamais étudiés. Les Observations à partir du réseau mondial de bouées ont montré un certain réchauffement dans les couches supérieures des océans, mais pas assez pour impliquer un impact sur l’économie mondiale prévu par le Giec.

Bien que les scientifiques soupçonnaient que l’océan profond puisse jouer un rôle, peu de mesures ont été disponibles pour confirmer cette hypothèse. Les années 2000 ont été la décennie la plus chaude sur Terre en plus d’un siècle d’archives climatiques. Toutefois, la signature d’une seule année de températures la plus chaude au niveau mondial, avait été fixée en 1998, et c’est resté inégalé jusqu’en 2010. Aucune autre année n’a dépassé en terme de chaleur l’année 1998.

Pourtant, les émissions de gaz à effet de serre ont continué à grimper durant les années 2000, et les mesures par satellite montrent que l’écart entre la chaleur du soleil entrant et le rayonnement sortant de la Terre a en fait augmenté. Cela implique que la chaleur s’est stockée quelque part sur Terre, selon une étude de 2010 publiée dans Science par le NCAR chercheurs Trenberth Kevin et John Fasullo.

Le phénomène d’Iris ne peut être occulté, à revoir ICI (L’effet est important. D’après Roy Spencer, l’un des chercheurs, il serait de l’ordre de 75 % ce qui réduirait d’autant le réchauffement global prévu par les modèles climatiques.Au-dessus des tropiques, le réchauffement de l’atmosphère provoque une diminution des cirrus, ce qui a pour effet d’augmenter le pourcentage d’infra-rouges renvoyés dans l’espace.Au lieu d’observer l’effet de feedback fortement positif attendu des modèles climatiques, ils ont constaté un feedback fortement négatif.)

Cependant pour l’étude océanique, les deux scientifiques, qui sont co-auteurs de la nouvelle létude, ont suggéré que les océans pouvaient stocker une partie de la chaleur au delà du réchauffement de l’atmosphère absorbé par les sols, ou la fonte des glaces. Les Observations à partir d’un réseau mondial de bouées a montré un certain réchauffement dans les couches supérieures des océans. Bien que les scientifiques soupçonnaient l’océan profond pouvant jouer un rôle, peu de mesures ont été disponibles pour confirmer cette hypothèse.

L’étude, basée sur des simulations informatiques du climat mondial, les points des couches océaniques profondes de 1.000 pieds (300 mètres) comme étant le lieu principal de cette « chaleur manquante» au cours des périodes telles que la dernière décennie, lorsque les températures mondiales ont montré une stabilisation.

temperatures oceaniques

Bien que nous observons une stabilisation des températures océaniques, l’impact du réchauffement climatique dans l’océan profond restera pour l’heure inconnu. Cette stabilisation océanique démontre également une rétroaction négative du climat. C’est une véritable stabilisation des températures qui est actuellement constatée.

source, traduction et adaptation : http://wattsupwiththat.com/

(80)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(80)

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js
%d blogueurs aiment cette page :