Dernières Infos

L’analyse du professeur Valentina Zharkova confirme toujours le super grand minimum solaire de 2020-2055

Un article récent en 2019 du professeur Valentina Zharkova «Oscillations of the Baseline of Solar Magnetic Field and Solar Irradiance on a Millennial Timescale» a paru dans la revue Nature. Il confirme un Grand Minimum Solaire de 2020 à 2055, alors que les quatre champs magnétiques du soleil sont déphasés, tout en suggérant également des siècles de réchauffement naturel post-Minima.

Les calculs étendus de la «  double dynamo  » de l’équipe de Zharkova correspondent presque parfaitement à la chronologie des Grands Minimas passés : le minimum de Maunder (1645-1715), le minimum de Wolf (1300-1350), le minimum d’Oort (1000-1050), le minimum Homer (800 –900 avant JC); ainsi qu’avec les Grands Maximums passés : la période chaude médiévale (900–1200), la période chaude romaine (400–150 avant JC), etc.

Cependant, ce qui est quelque peu surprenant, l’analyse complète et approfondie de Zharkova révèle que le soleil, après son prochain cycle de (2020-2055), entrera dans une période de plus de 300 ans d’activité d’un réchauffement de la terre à un taux de 0,5 ° C par siècle, jusqu’au prochain cycle d’un minimum solaire entre 2370-2415.

Après ce dernier cycle, selon Zharkova, le monde continuera avec sa tendance au réchauffement, une fois de plus avec une moyenne de 0,5 ° C par siècle, jusqu’à l’année 2600 où le soleil retournera à une phase d’un très long refroidissement dans les 1000 prochaines années ( et propulsant probablement la Terre dans la prochaine période glaciaire ).

Il est un peu déroutant que Zharkova n’ait pas mentionné ces longues périodes de réchauffement (2055-2370 puis 2415-2600) dans sa présentation originale en octobre 2018. Ceci a été inclus pour continuer son financement et / ou honnêtement, voir son message d’un grand minimum toucher un public plus large.

Selon elle, nous aurions 0,5 ° C au moins de réchauffement par siècle qui serait provoqué par le soleil, et non pas par notre civilisation.

Le travail de Zharkova, au pire, confirme que la terre se réchauffe et se refroidit dans le cadre de cycles naturels complexes.

Et, pour moi du moins, il reste juste de conclure qu’indépendamment de ce qui se passera après -2055, cette période de refroidissement de 35 ans commencera en 2020, cela devrait être suffisant pour inquiéter presque tous les organismes vivants de la planète.

Historiquement, la vie ne s’est pas bien déroulée pendant les périodes froides.

Notre étoile entre dans un nouveau cycle dès cette année 2020.

Le futur grand minimum solaire devrait (selon Zharkova) être similaire au minimum de Maunder (1645-1715) – une époque où les taches solaires étaient extrêmement rares et une grande partie de la planète a connu des températures plus froides que la moyenne.

Nous observons déjà une augmentation des régimes météorologiques instables, alors que le cycle solaire le plus faible depuis plus de 100 ans (SC24) continue d’affaiblir le courant-jet, revenant à son flux zonal (serré) habituel pour devenir plus méridional (ondulé).

Les inondations majeures, les tempêtes de neige, le froid anormal et les bouffées de chaleur anormales contribuent à l’une des années de récoltes les plus pauvres jamais enregistrées pour les agriculteurs du monde entier.

Une légère augmentation des éruptions volcaniques de haut niveau est également associée à une faible activité solaire. L’augmentation des rayons cosmiques est censée chauffer les muons dans un magma souterrain riche en silice. Et des éruptions plus importantes (celles qui projettent des cendres volcaniques au-dessus de 10 km dans la stratosphère ont un effet de refroidissement directement sur la planète, car ces particules éjectées bloquent efficacement le soleil.

Un afflux de rayons cosmiques (causé par une diminution des vents solaires déflecteurs) a également nucléé plus de nuages ​​(Svensmark) et ceux-ci jouent un rôle majeur dans le climat de la Terre:

«Les nuages ​​sont le pare-soleil de la Terre, et si la couverture nuageuse change pour une raison quelconque, vous avez le réchauffement climatique – ou le refroidissement mondial. »- Roy W. Spencer PhD.

Malheureusement, les choses ne devraient qu’empirer, jusqu’en 2055 au moins, et même la NASA se joint avec ses dernières prévisions du cycle SC25 suggérant que ce sera le cycle solaire le plus faible des 200 dernières années, poursuivant le ralentissement solaire :

L’agence prévoit effectivement un retour au minimum de Dalton (1790-1830) sans mentionner le froid brutal, les pertes de récoltes, la famine, la guerre et les puissantes éruptions volcaniques qui y sont associées.

L’année 1816 gagna le nom de « Dix-huit cent congelés à mort ».

Les temps froids reviennent.

Le prochain cycle solaire (25) n’est probablement qu’une étape de notre descente dans le prochain super grand minimum solaire .

Adaptation Terra Projects

Source : https://electroverse.net/

(2082)

Laissez un message

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(2082)

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
%d blogueurs aiment cette page :