Dernières Infos

James Hansen – Le réchauffement est naturel, principalement dans l’Arctique

Il y a quelques temps un de nos lecteurs ma signalé un article que j’ai trouvé intéressant. Sans aller trop fort, cela reste subtil et quelque peu contesté, la conclusion est que le réchauffement climatique d’origine anthropique n’est même pas dans ses œuvres de l’un des plus ardents partisans de cette thèse. Je vais procéder plus ou moins intégralement à l’exercice suivant.

James Hansen est un scientifique et un climatologue américain respecté, qui a publié de nombreux ouvrages, et a contribué de manière significative au dernier rapport du GIEC. Il a dirigé l’équipe qui gère la base de données de la NASA et la collecte des données d’observations des stations des températures.  Au-delà de ça, Hansen est également un partisan enthousiaste du réchauffement climatique anthropique, il a maintes fois été démontré qu’il est un militant engagé et ne ménage pas ses prévisions de scénarios catastrophes, chaque fois qu’il le pouvait.

À ce stade, le lecteur pense, à juste titre, que le titre de cet article est ironique. Tout découle d’un document publié il y a tout juste deux ans par Hansen. Il a commencé à analyser les observations des températures mondiales  prévues à partir de simulations climatiques.  Une grande partie des travaux de Hansen, nous l’avons dit, est de soutenir les déterminations du GIEC et ils ont mis en évidence les anomalies de la température moyenne mondiale (en noir, shéma en ci dessous). Les simulations des modèles climatiques globaux montrent un forçage anthropique (bleu) et sortie des mêmes modèles, dont le forçage est originaire à partir de gaz à effet de serre anthropiques (rose).  Qu’est-ce qui attire le regard ? C’est une pointe dans le réchauffement qui échappe à toutes les simulations entre les années 30 et 40. Dans la 2eme figure ci dessous, c’est plutôt la série des températures mondiales de Hadley Center ainsi  représentées par le GIEC, superposées à la carte. Avant cette date, il a été déterminé conformément au GIEC, les fluctuations de températures et le réchauffement étaient d’origine naturelle.

Par comparaison, Hansen fait dans le graph ci-dessous entre les températures observées (en bleu) et les sorties des modèles (en rose), pour une durée moyenne entre eux (noir), vous pouvez tirer certaines conclusions intéressantes.

« Deux écart significatif [Modèles] avec des variations temporelles de températures globales observées sont l’absence d’un refroidissement marqué après l’éruption du volcan Krakatoa en 1883 et l’absence d’un pic du réchauffement vers 1940.

« Il pourrait être utile de solliciter le forçage externe que peut produire un pic en 1940. Ici, il est montré que le pic observé est imputable presque entièrement à un réchauffement temporaire de l’Arctique. Ce réchauffement pourrait être une oscillation naturelle (Johannessen 2004), peut-être pas dû à un forçage. En fait, rares sont ceux qui pourraient observer que le réchauffement se limite principalement à l’Arctique. Les candidats peuvent être de la poussière venue dans l’Arctique de l’époque post industrielle-avant la 2eme guerre mondiale, ou le forçage solaire de l’oscillation arctique (Shindell et al. 1999; Tourpali et al. 2005), ce qui n’est pas prise en compte par notre modèle actuel.

Peut-être que le scénario le plus probable est celui d’un océan flottant sans forçage, avec le transport de la chaleur vers l’Arctique et des réactions positives induites par la réduction de la banquise.

Ainsi, les températures maximales des années 40 sont principalement dans l’Arctique et la difficulté des modèles à reproduire le phénomène. Nous apprenons avec les déclarations du Hansen, que peu de gens arriveraient à localiser leurs effets. Nous allons voir les changements dans la température mondiale de 1978 à 2006, ainsi que les rapports des observations satellitaires de la basse troposphère.

En fait, même pour eux, la majeure partie du réchauffement est aux latitudes septentrionales de l’hémisphère nord. Si vous jetez un oeil à l’image (ci-dessous) qui représente la distribution des températures le long de la latitude du réchauffement de la planète, nous constatons que les modèles avec seulement le forçage naturel (zone bleue) se reproduisent très bien. La chaleur supérieure à 30 ° nord. Ainsi, même cette image montre que la majeure partie du réchauffement est survenu dans l’Arctique.  Toujours sous la figure réintroduite et publiée dans le document qui présente les résultats de la production des modèles de Hansen sont distribués (bande grise), la course standard (rouge) et les anomalies de températures (en bleu) dans la période 1979-2003, il est clair que la simulation ne peut reproduire ni réchauffement ni refroidissement dans l’Arctique.

Rappelons-nous qu' »Il ya quelques-uns qui pourraient contenir le rechauffement en forçant presque entièrement dans l’Arctique.

Nous voyons maintenant les anomalies de températures dans les latitudes nord de la base de données de Hadley Center 4.

Maintenant, nous reprenons les mêmes données couvrant la période 1944-2008 et après avoir changé de couleur, en reprenant 68 ans pour superposer à la période précédente. La tendance est bien évidemment le résultat d’un cycle récurrent, avec un net réchauffement entre les deux phases de 0,6 ° C.

La position de Hansen et du GIEC est qu’ils partagent, le premier cycle est d’origine naturelle et le second est dû au forçage anthropique, principalement par les gaz à effet de serre. Mais les cycles suivent un schéma identique à celui des modèles qui sont incapables à reproduire, souvenez-vous des années ’40 et de se rappeler que Hansen dit qu’un tel réchauffement de l’Arctique peut être une explication d’une oscillation naturelle.

Dans la figure ci-dessous les données de la température mondiale utilisée par le GIEC de Hadley Center 5. Nous identifions deux cycles, l’un naturel (1880-1946 en vert) et celles causées par le CO2 (1942-2008 en rouge).  Tout ceci mis en une seule figure, ils se chevauchent (avec un décalage de température de 0,3 ° C), nous constatons que les modèles sont presque identiques, mais malgré cela, le GIEC, le premier est reproduit dans les simulations sans forçage anthropique, tandis que le seconde peut être reproduit que moyennant avec l’ajout du forçage anthropique. Ces modèles sont de sérieux problèmes si elles peuvent reproduire des cycles identiques causés par un forçage différent.

Ce qui retient votre attention est que, sans forçage anthropique les modèles ne parviennent pas à reproduire tout type de réchauffement, ni celle du premier cycle, ni celui du second.

Mais le travail de Hansen sur les modèles, le même travail prouve que la théorie est fausse et cela avait bien commencé avant 2007. En 1988, il a fait 6 sur une prédiction du comportement de la température basée sur des simulations climatiques, avec une présentation au Congrès des États-Unis. Les trois scénarios étaient les suivants :

Scénario de « A », avec une augmentation des émissions de gaz à effet de serre;
«Scénario B», avec émission constante;
Scénario « C »,  les émissions ont été réduites de sorte que le forçage anthropique a continué à augmenter depuis 2000.

A partir de ce travail, nous pouvons extraire une image qui représente la tendance des températures observées le long de la sortie des modèles pour chacun des trois scénarios. La partie ombrée est l’estimation de la température globale durant le pic de la période interglaciaire actuelle et précédente, à savoir 6000 et il ya 120.000 années.

Il est ‘possible de superposer l’anomalie deq températureq par le GIEC utilisé dans les travaux de Hansen, de tester leur fiabilité. Certes, nous devons tenir compte du fait que l’élaboration du RE4 de 2007 et les travaux de Hansen en 1988 avait un climat différent de référence. La ligne bleue indique à l’année où ils ont été développés dans les projections.

Au cours des vingt années qui se sont écoulées, les températures ont suivi une évolution suivant le scénario «C», qui comprend une escale de forçage anthropique depuis 2000. Nous serions très heureux si elle n’était pas en fait le présumé forçage à partir de CO2 où il a continué à croître. Il y a un problème dans ces projections?

A ce stade de recherche, pour Hansen, cela nous conduit à localiser le chauffement dans les hautes latitudes et à considérer que le pic des années 40 était due à la fluctuation dynamique et océanique sans forçage. Ajoutons les oscillations océaniques AOP, l’AMO et les températures de l’Arctique.

La corrélation est forte et claire. Il est probable que Hansen ait raison, tout est d’origine naturelle. En outre, d’autres avis sont récemment arrivés  et  soutiennent le point de vue d’une corrélation étroite entre les indices et la température des océans des hautes latitudes. Ce graphique de 2009 est  une image qui représente la température de la mer de Barents, dans les couches entre 100 et 150 mètres et de la période 1900-2006, en comparaison avec l’AMO.

Hansen suggère que la pointe du réchauffement de 1940 avaient une origine naturelle vraisemblablement liés aux fluctuations océaniques, et les modèles ne sont pas capables de les reproduire. Ce cycle, avec un décalage vers le haut a été répété plus tard, il n’est pas évident parce que maintenant il doit avoir été causé par quelque chose de différent. Certes, il se réchauffe, mais pour ceux qui ne savent pas que nous sommes encore dans une phase  interglaciaires et d’une récupération plus longue du Petit âge glaciaire qui a pris fin il y a moins de deux siècles.

« L’indigestion » simulée du forçage anthropique du climat qui sont soumis les empêche de saisir les fluctuations naturelles (mot de Hansen), mais ces variations coïncident avec les cycles océaniques.  Où est le CO2?

Traduction adaptation de la Terre du Futur

source : http://www.climatemonitor.it/?p=4617

(109)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(109)

Laissez un message

.fb-comments,.fb-comments span,.fb-comments span iframe[style]{min-width:100%!important;width:100%!important}
!function(e,n,t){var o,c=e.getElementsByTagName(n)[0];e.getElementById(t)||(o=e.createElement(n),o.id=t,o.src="//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v8.0",c.parentNode.insertBefore(o,c))}(document,"script","facebook-jssdk");
%d blogueurs aiment cette page :