Dernières Infos

Les Glaciers ne reculent pas, ils manquent de neige

Le recul généralisé des glaciers alpins, depuis 150 ans, serait dû à une diminution de plus de 25% des chutes hivernales de neige, selon des glaciologues du Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement (CNRS- Université Joseph Fourier, Grenoble) et de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ). Cette analyse résout le paradoxe du recul des glaciers, survenu à une époque où les températures estivales restaient stables. L’augmentation des températures n’a affecté les glaciers alpins qu’à partir du début du 20ème siècle et surtout depuis la décennie 1980.

Les glaciers alpins ont connu une période de forte extension au cours du «Petit Age de Glace» entre les années 1550 et 1850. La Mer de Glace s’étendait 1,8 km plus en aval et atteignait le village des Bois dans la vallée de Chamonix ; le glacier d’Argentière, avec 1,4 km supplémentaires, venait mourir au pied du village d’Argentière. Le paroxysme de l’épisode de progression des glaciers alpins s’est produit entre les années 1760 et 1830. Or, cette dernière phase d’extension du Petit Age de Glace est en complète contradiction avec l’évolution des températures : sur la même période, les températures d’été étaient supérieures à la moyenne de celles du 20ème siècle, ce qui aurait dû conduire à un recul et une perte de volume des glaciers.

Les glaciologues montrent que cette avancée de 1760 à 1830 est en réalité survenue suite à une augmentation des précipitations hivernales (supérieures d’au moins 25% par rapport à la moyenne du 20ème siècle). Le phénomène inverse s’est ensuite produit à partir des années 1830-1850 : le recul des glaciers alpins a résulté d’une diminution des précipitations hivernales d’au moins 25%, et non pas d’un réchauffement. En effet les températures d’été demeuraient stables et plus froides que durant les décennies précédentes. L’effet du réchauffement estival ne devient visible qu’à partir du début du 20ème siècle. Depuis, les fluctuations des glaciers alpins sont principalement liées à l’évolution des températures d’été dans les Alpes.

Pour parvenir à ces conclusions, les glaciologues ont d’abord déterminé les variations de volume de quelques glaciers français, suisses et autrichiens au cours des deux derniers siècles. De vieilles cartes indiquent les extensions des glaciers dans le passé. Pour les compléter, les chercheurs ont utilisé un modèle d’écoulement de la glace, contraint par les positions maximales des moraines, obtenues grâce à des relevés de terrain et des photos aériennes. Ensuite, ces variations de volume ont été simulées à l’aide des températures observées depuis 1760 et de différents scénarios de précipitations.

source : http://www-lgge.ujf-grenoble.fr/actu/actu_sciences.shtml

Information Suisse par Manu :

Les glaciers n’arrêtent pas de reculer : -216 mètres au Triftgletscher ( canton de Berne) en un an

La fonte des glaciers se poursuit. Sur les 91 observés, 84 ont reculé, la pal me revenant au Triftgletscher (BE): -216 mètres entre 2004 et 2005.
Vient ensuite Aletsch (VS), qui perd pas moins de 66 mètres en un an. Des mesures parallèles ont été effectuées sur l’épaisseur de la glace. Là aussi, le constat est sans appel: elle diminue en moyenne de 1,7 mètre. Les faibles précipitations de neige de la période observée sont en cause. La Suisse compte 1800 glaciers, de toutes tailles.
Les 91 observés sont représentatifs de toutes les tailles, la plupart se situant dans la moyenne. (SWISS TXT)

(211)

Laissez un message

Laissez un message