Dernières Infos

L’éruption du volcan Cumbre Vieja dépasse celle de 1949

La lave crachée par le volcan de l'île espagnole de La Palma, dans l'archipel des Canaries, a atteint la mer dans la nuit du 28 au 29 septembre 2021. AP - Saul Santos

En termes à la fois de quantité de lave expulsée et de surface détruite, l’éruption de la Cumbre Vieja de 2021 est plus destructrice que celle subie par La Palma en 1949 et en moitié moins de temps.

La plus importante éruption volcanique que La Palma ait connue au siècle dernier a duré 42 jours avant que l’activité volcanique ne reproduise sur l’île le 19 septembre 2021. En 1971, il y eut une autre éruption, celle du volcan Teneguía, qui dura 23 jours mais n’affecta ni la population ni les cultures.

Ce qui s’est passé au cours de l’été 1949 peut donner des indications sur l’évolution de l’éruption actuelle dans le parc Cumbre Vieja, qui, depuis 21 jours, a déjà dépassé la surface détruite lors de l’épisode survenu il y a 72 ans, connu sous le nom d’éruption du volcan Nambroque (d’après la zone d’où il est originaire) ou de San Juan, car il a commencé à rugir à 11 heures le 24 juin 1949, jour de la San Juan. Elle a interrompu son activité soudainement mais a repris quatre jours plus tard et ne s’est définitivement arrêtée que le 4 août.

Jusqu’à présent, le volcan Cumbre Vieja n’a cessé d’émettre des matières que pendant quelques heures. Cela s’est produit le 27 septembre, mais l’après-midi même, il a repris son activité sous une forme plus intense. Ces arrêts imprévus et imprévisibles sont courants, selon les volcanologues, et ne signifient pas que la fin de l’activité volcanique est proche.

Jeudi 30 septembre 2021, nous avons vu comment, sur son chemin vers la mer, la lave a atteint la fajana ou le delta de lave qui a été créé en 1949, entre la plage de Los Guirres et El Charcón. Ces terres ont été utilisées pendant ces décennies pour récolter des bananes, car les sols volcaniques sont très fertiles.

Les deux éruptions, celle de 1949 et celle de 2021, ont été classées au grade 2 selon l’indice d’explosivité volcanique, qui utilise une échelle de 0 à 8 (8 étant le plus explosif), et toutes deux sont également classées comme stromboliennes avec épisodes phréatomagmatiques (lorsqu’elles entrent en contact avec une source d’eau). L’actuelle a également des épisodes hawaïens (avec une lave plus fluide).

AUGMENTATION DE L’ÉMISSION DE LAVE
Le 1er octobre, le volcan Cumbre Vieja (qui prend naissance dans la zone dite de Cabeza de Vaca) avait déjà dépassé la quantité de lave émise lors des deux éruptions du siècle dernier à La Palma, bien que les instruments utilisés actuellement soient plus précis. Selon les estimations des scientifiques, plus de 80 millions de mètres cubes de matériaux magmatiques ont déjà été libérés, contre 55 millions lors de l’épisode de 1949 et 43 millions de mètres cubes mesurés en 1971.

Le volcan Cumbre Vieja a également dépassé la surface couverte par la lave en deux fois moins de jours d’éruption que le volcan San Juan. Alors que l’éruption de San Juan s’est étendue sur 450 hectares et celle de Teneguía sur 213 hectares, vendredi dernier, la zone touchée par l’éruption actuelle était de 471,8 hectares, et ce dimanche, elle a atteint 500 hectares après avoir dévasté la zone industrielle de Camino de La Gata.

Selon le directeur technique du Plan d’urgence volcanique des Canaries (Pevolca), Miguel Ángel Morcuende, lors d’une conférence de presse vendredi, quelque 120 hectares étaient des exploitations agricoles (59,3 hectares de bananiers, 33,4 hectares de vignes et 7,36 hectares d’avocatiers) et 26,4 kilomètres de routes.

D’autre part, le ravin formé dans la mer par l’éruption actuelle dépasse désormais 34 hectares, contre les 80 hectares que le volcan San Juan a gagné sur la mer et les 29 hectares de terrain créés par le volcan Teneguía.

LES PRÉCÉDENTS SÉISMES
Dans toutes ces éruptions, il y avait des tremblements de terre les jours précédents. « Les données dont nous disposons sur les anciennes éruptions proviennent uniquement des séismes ressentis, ce qui constitue une information beaucoup plus limitée car il n’était pas possible de savoir à quelle profondeur le séisme s’était produit. Mais il est vrai que la plupart des éruptions dans les îles Canaries ont eu une sismicité précurseur, non seulement à La Palma, mais aussi dans d’autres îles. C’est un phénomène assez courant », explique Francisco Javier Almendros, professeur au département de physique théorique et du cosmos de l’université de Grenade, depuis La Palma.

Comme le racontait en 1949 l’ingénieur géographe Juan M. Bonelli Rubio dans un savoureux récit historique recueilli par l’Instituto Geográfico y Catastral (Contribución al estudio de la erupción del volcán del Nambroque o San Juan), l’éruption du volcan San Juan a également été précédée de plusieurs secousses sismiques, comme cela s’est produit cette année encore depuis le 11 septembre, date à laquelle un essaim sismique a débuté sur La Palma.

« Avant même l’éruption, le 21 juin, deux secousses sismiques intenses ont été ressenties, et les 22 et 23, immédiatement après l’éruption, d’autres secousses fréquentes de moindre intensité, mais qui avaient suscité l’inquiétude, comme on pouvait logiquement s’y attendre », écrit Bonelli Rubio en 1949, qui regrette de ne pas disposer des mêmes informations sismiques à La Palma, comme les Américains l’avaient fait à Hawaï, d’un observatoire sismologique à proximité qui aurait pu capter d’autres secousses sismiques prémonitoires de l’éruption « qui auraient pu nous permettre d’entrevoir ou d’entrevoir quelque chose de ce qui se préparait à l’intérieur de la terre de l’île et peut-être même de prédire le lieu probable de la future éruption ».

L’ingénieur se serait émerveillé de la richesse des instruments qui permettent désormais de surveiller et d’étudier le volcan, même s’il reste impossible de déterminer quand il cessera d’émettre de la lave.

Dans son récit, il énumère les éruptions connues sur l’île depuis l’éruption de 1585 à Los Llanos. En 1646 a eu lieu l’éruption de Tigalate, dont le cratère s’est ouvert dans la même région que l’éruption de 1949, à quelques kilomètres plus au sud, sur la montagne dite de Cabrito. Peu de temps après, en 1667, a lieu l’éruption de Fuencaliente, la plus importante des quatre éruptions historiques répertoriées, tandis qu’en 1712 a lieu l’éruption de Charco. Pendant plus de deux siècles, La Palma est restée calme.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.elmundo.es/

(283)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :