Dernières Infos

Gigantesque incendie dans la forêt de Tchernobyl

Photos de l'agence d'État d'Ukraine

Malgré les déclarations des autorités ukrainiennes qui se veulent rassurantes, Greenpeace estime que l’immense incendie n’est pas maîtrisé et se rapproche dangereusement du réacteur placé sous sarcophage.

Les images semblent sorties d’un cauchemar. D’épaisses fumées et de gigantesques flammes envahissent le ciel de la centrale de Tchernobyl. Le gigantesque feu de forêt aurait déjà gagné la ville fantôme de Pripiat et se rapproche des réacteurs et de l’arche de Tchernobyl qui le recouvre qui avait explosé en avril 1986. Le niveau de radiation est 16 fois plus élevé que la norme à cause de l’incendie qui ravage la zone d’exclusion de Tchernobyl. Le service des situations d’urgence d’Ukraine assure toutefois que cette hausse est limitée au cœur du foyer et ne pose pas de problème particulier de contamination.

À Kiev, à une centaine de kilomètres de là, les niveaux de radiations seraient toujours conformes à ceux enregistrés habituellement. Notez tout de même qu’un vol de six heures entre Paris (France) et New York (États-Unis) vous expose, selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, à quelque 45 microsieverts, soit 7,5 microsieverts par heure. C’est un peu plus que les 2,6 microsieverts par heure qu’indique sur Facebook, le dosimètre d’Egor Firsov, responsable du service d’inspection écologique local. Ramenant le chiffre à une dose susceptible d’être reçue en un mois – une présence sur place 24/24 pendant 30 jours -, on arrive à une dose de 1,87 mS environ. Soit l’équivalent d’une zone contrôlée verte – de 1,25 à 4 mS en un mois.

En revanche, avec quelque 800 feux de prairie, de steppe et de forêt recensés dans la région, la pollution de l’air est montée dans plusieurs quartiers de la capitale ukrainienne. Rendant les incendies en question probablement plus dangereux que les radiations.

Le sinistre a été déclenché le 4 avril dernier par un habitant de 27 ans qui a mis le feu à de l’herbe « pour s’amuser », selon la police ukrainienne. Ce lundi, plus de 400 pompiers combattaient toujours les flammes autour la zone d’exclusion.

La mission actuelle des pompiers est de localiser les zones d’incendies et d’empêcher leur propagation, a-t-il ajouté. Des hélicoptères bombardiers d’eau ont notamment été mobilisés pour lutter contre les flammes entretenues par des vents violents.

« La centrale nucléaire de Tchernobyl, les lieux de stockage de déchets radioactifs et les autres infrastructures cruciales de la zone d’exclusion ne sont pas menacés », a indiqué Volodymyr Demtchouk, un haut responsable des services d’urgence ukrainiens, dans une vidéo publiée lundi sur Facebook. Il a ajouté que la principale tâche des pompiers était de localiser les zones d’incendies et d’en limiter la propagation.

L’Ukraine a notamment mobilisé des hélicoptères bombardiers d’eau pour éteindre le sinistre qui dure depuis le 4 avril, entretenu par des vents violents.

Photos par Onishchenko 2018.04.27 et la deuxième photo d’Aleksandr Sirota – Avant et après

Photos de l’agence d’État d’Ukraine

Photos : Aleksandr Sirota

Photos : Aleksandr Sirota

Adaptation Terra Projects

sources : https://actu17.fr/ / https://www.nouvelobs.com/ / http://www.rfi.fr/ / https://www.futura-sciences.com

(298)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :