Dernières Infos

Une nouvelle planète de la taille de la Terre a été découverte

Une nouvelle planète de la taille de la Terre vient d’être découverte, et ce monde potentiellement habitable, le plus proche de nous, orbite autour d’une étoile « calme » et propice à la vie.

Découverte à seulement 11 années-lumière de notre planète, Ross 128b fait le tour d’une petite et faible étoile appelée naine rouge. Les naines rouges parsèment le cosmos et représentent 70 % des étoiles de la galaxie ; la plupart des étoiles les plus proches de nous sont des naines rouges.

En se basant sur le nombre de planètes découvertes au cours des dernières années, les astronomes estiment qu’environ une étoile naine rouge sur trois a au moins une planète dans son orbite.

Techniquement, la planète semblable à la Terre la plus proche est Proxima b, en orbite autour d’une naine rouge appelée Proxima Centauri située à 4.25 années-lumière de nous.

Mais les jeunes et impétueuses étoiles comme Proxima Centauri imposent leur fureur stellaire aux planètes qui ont le malheur de leur tourner autour. Proxima Centauri a seulement cinq milliards d’années et continue très certainement à projeter des violents rayons stérilisants sur sa planète.

Par contraste, l’étoile hôte de Ross 128b est plus mature, et après sept milliards d’années d’existence, sa rotation a considérablement ralenti. Cela signifie que sa planète a de meilleures chances de pouvoir abriter la vie à sa surface.

LE FEU ET LA FUREUR
Les astronomes ont découvert Ross 128b grâce au High Accuracy Radial velocity Planet Searcher (en français « Chercheur de planètes par vitesses radiales de haute précision ») ou HARPS, un un spectrographe échelle alimenté par fibres depuis le foyer Cassegrain à l’observatoire de La Silla au Chili. Il est destiné principalement à la recherche d’exoplanètes par l’observation de l’intensité lumineuse des étoiles et des subtils mouvements gravitationnels provoqués par la planète en orbite autour de l’étoile.

Après 12 ans d’observation de l’intensité lumineuse de l’étoile et des mouvements alentours, l’équipe de recherche a annoncé mercredi 15 novembre qu’un tremblement faible mais régulier avait été observé en rotation autour de l’astre. Cette secousse cosmique est provoquée par une planète 30 % plus large que la Terre qui attire légèrement l’étoile à elle, comme le rapporte les auteur de l’étude publiée par le journal Astronomy & Astrophysics.

« Il n’y a pas eu un moment « Eureka » où nous nous serions dit « super, nous avons découvert une planète » » raconte l’auteur principal de l’étude, Xavier Bonfils, de l’université de Grenoble. « Nous avons cumulé les données glanées au fil des années et seulement après nous avons constaté un signal persistant et significatif. »

Bien qu’elle soit 20 fois plus proche de son étoile que la Terre ne l’est du soleil, Ross 128b orbite à une distance suffisante pour avoir développé ou pour développer une atmosphère semblable à l’atmosphère terrestre, et de l’eau sous forme liquide si les conditions atmosphériques sont favorables.

« Certaines simulations [informatiques] estiment que la planète est suffisamment proche de son étoile pour avoir perdu son atmosphère. D’autres simulations au contraire font l’hypothèse que la planète aurait pu développer des nuages pour réfléchir les radiations et éviter la surchauffe. Dans ce scénario, l’eau pourrait être à l’état liquide à la surface de la planète » estime Xavier Bonfils.

« Avant de tirer des conclusions hâtives, nous devons collecter davantage de données. »

Si l’on considère le deuxième scénario, cela signifierait-il que Ross 128b pourrait abriter la vie ? Considérer son étoile comme « calme » est certainement vrai mais sans doute un peu fallacieux, selon Ed Guinan, astronome à l’université de Villanova qui a étudié le système Proxima Centauri.

Pour ce qui est de Ross 128b, ajoute Bonfils, « Ce n’est pas le seul monde potentiellement habitable que nous avons détecté cette année, simplement le plus proche. Cette année a été riche en découvertes ! »

extrait et source https://www.nationalgeographic.fr/

(268)

Laissez un message