Dernières Infos

Une gigantesque éruption volcanique en Indonésie pourrait refroidir le climat

Un volcan indonésien, le Sangeang Api, vient de rentrer en éruption ce 30 mai 2014, projetant un panache de cendre de plus de 13 kilomètres de haut dans la haute atmosphère. Ce phénomène pourrait influencer le climat planétaire.

Ce 30 mai, le volcan Sangeang Api, culminant à 1949 m d’altitude, vient de connaître une éruption majeure dans l’archipel indonésien de Sangeang, à l’ouest du Timor. Ce secteur, appelé “ceinture de feu”, est l’une des zones les plus volcaniques de la Terre et regroupe 128 volcans en activité. L’île en elle-même est peu habitée, mais le panache de cendre qui s’est élevé entre 13 000 et 21 000 m dans la troposphère (environ 12 miles selon les données aéronautiques), occasionne une ” alerte rouge ” pour le trafic aérien d’une vaste zone située entre l’Indonésie et le nord de l’Australie (Darwin).

 

A cette altitude, le sommet du nuage volcanique arrive au niveau du Jet Stream, qui souffle à environ 150 km/h, déportant ainsi le panache vers l’est, c’est à dire en direction du nord de l’Australie.


On sait que le volcanisme agit sur le climat planétaire en raison des cendres qui s’étalent dans la haute atmosphère, interceptant une infime partie du rayonnement solaire. Les plus puissantes éruptions de l’histoire ont provoqué des refroidissements climatiques de quelques années. Depuis l’an 2000, la stagnation du ” réchauffement climatique ‘ (appelée ” pause “) pourrait être imputée à la recrudescence du volcanisme, bien que les éruptions soient restées modérées. Mais ce puissant panache de cendre pourrait être suffisament haut pour se répandre ensuite dans la troposphère. En fonction de la durée des émissions de cendres, ce volcan pourrait prolonger la pause du réchauffement climatique, voire même entraîner un refroidissement dans les mois à venir, dans les deux hémisphères, en raison de sa situation géographique ” à cheval ” sur la zone équatoriale.


A l’heure où ce papier est publié, ce volcan est l’un des 129 volcans actifs en Indonésie, qui est sujette aux secousses sismiques en raison de son emplacement sur le Pacifique sur le ceinture de feu.

Tim Birch, le porte-parole du Centre Météorologique de Darwin en Australie, a déclaré que le nuage au-dessus de la ville était susceptible de rester sur place pendant un certain temps, ajoutant que l’éruption pouvait continuer.

Emile Jansons, directeur du centre, a déclaré que la situation pouvait encore changer à tout moment, avec ce nuage de cendre qui s’orienter vers le sud.

Il a ajouté: “Il continue à se disperser, mais il se déplace très rapidement – de 70 à 80 noeuds (130 à 150 kmh) – vers Alice Springs. Il y a un jet stream très fort qui l’oriente vers le sud”.

M. Jansons dit  que les cendres volcaniques peuvent être dangereuses pour les avions, mais la décision ou non de faire voler les avions est une décision économique et de sécurité qui repose sur les différentes compagnies aériennes.


L’éruption, qui a débuté ce vendredi 30 mail, a ralentit dimanche 1 juin, le niveau d’alerte du volcan abaissé d’un cran mais est resté très éruptif. Ce dimanche : “En ce moment, il a ralenti un peu depuis sa précédente éruption, mais personne ne peut dire ce que ce volcan est susceptible de faire dans les prochaines 24 heures ou au-delà”, a déclaré Jansons, ajoutant que la dernière éruption du Sangeang Api de cette ampleur a eu lieu en 1999.

Les images produites par MTSAT (satellite japonais) permettent de constater qu’il n’y pas eu 2 explosions, mais au moins 4 depuis le déclenchement de l’éruption.

Chacune se distingue par la formation d’un panache qui s’élève presque verticalement ce qui, vu depuis l’espace (donc de dessus), donne une forme plus ou moins sphérique. Sur les couples d’image ci-dessous, mise à part le premier, chaque nouveau panache de cendres est sur l’image de gauche, annoté “en formation”. Une fois arrivé en altitude, le sommet du panache, refroidit et donc de plus en plus dense, cesse de s’élever et est pris en charge par les vents dominants qui l’étirent vers le sud-est. Vous l’aurez compris: cette phase de l’évolution des panaches est illustré par l’image de droite, et annoté “en dispersion”.


Le BNPB, organe Indonésien en charge de la gestion des crises a fait savoir hier, par le biais de son parte-parole, que plus de 15000 masques à poussière ont été distribués hier à la population de la ville de Bima, située à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest du Sangeang Api. Le porte-parole a même précisé que les réserves sur place ont été littéralement vidées en quelques heures et qu’il y a rapidement eu une pénurie de masques.

Les émissions se sont poursuivies mais le panache produit est maintenant bien moins important. Les cendres des explosions précédentes sont toujours en dispersion grosso modo entre la Mer de Sawu, l’Océan Pacifique et le Nord de l’Australie, tout comme les gaz qui, lentement, se diluent dans l’atmosphère.

sources : http://actualite.lachainemeteo.com/

http://www.theaustralian.com.au/http://theextinctionprotocol.wordpress.com/

http://laculturevolcan.blogspot.fr/SACS/ESA; Université de Tokyo


(597)

Laissez un message