Dernières Infos

Une équipe de scientifiques a calculé le nombre d’arbres sur Terre

Il s’agit là du recensement des arbres de la planète le plus exact jamais effectué, et ils sont au nombre de 3 000 milliards. Un nombre bien plus élevé que les estimations satellitaires (400 milliards) mais il demeure tout de même en chute libre.

Une équipe internationale composée de 38 scientifiques vient de publier dans la revue Nature un recensement de tous les arbres présents sur la planète Terre, le plus précis jamais réalisé. Résultat, notre planète compte plus de 3 000 milliards d’arbres, un chiffre bien plus élevé que les précédentes études basées sur des images satellitaires, dont les estimations avançaient un total de 400 milliards.

Parmi tous ces arbres, une part de 43 % est située dans les forêts tropicales et subtropicales. Si l’on fait un ratio par habitant de la planète, on obtient 422 arbres par personne, alors qu’avec le décompte satellitaire précédent, on n’obtenait que 61 arbres par personne sur Terre. Le nombre est donc bien plus élevé que ce que l’on pensait, mais il reste tout de même en chute libre, les auteurs de l’étude rappelant notamment qu’environ 15 milliards d’arbres sont coupés chaque année, particulièrement dans les zones tropicales, leur berceau. Les scientifiques rappellent également que depuis les débuts de l’agriculture, il y a 12 000 ans environ, le nombre d’arbres sur Terre a chuté de 46 %.

« Nous avons presque réduit par deux le nombre d’arbres sur la planète, ce qui a affecté le climat et la santé. Cette étude souligne à quel point d’autres efforts sont nécessaires si nous voulons restaurer des forêts saines à travers le monde », déclare Thomas Crowther, de l’Université de Yale (États Unis) et qui a mené cette équipe de scientifiques.

Pour parvenir à effectuer ce recensement avec précision, l’équipe de Thomas Crowther a utilisé des relevés satellitaires qu’ils ont combinés à 429 775 relevés effectués sur le terrain dans plus d’une cinquantaine de pays. Les caractéristiques environnementales des régions (température, élévation) leur ont permis de compléter ces estimations, et dans les régions où aucun relevé n’avait été effectué, ils ont utilisé les tendances de densité dans des régions similaires pour faire des estimations.

Ces estimations par région pourront contribuer à déterminer la faune et la flore qui y vivent, ainsi que l’influence de ces densités d’arbres sur la quantité de dioxyde de carbone présente dans l’atmosphère. Ceci va leur permettre d’effectuer des prédictions sur l’impact du changement climatique sur les forêts.

TDF

source : http://www.buzznova.biz/

(139)

Laissez un message