Dernières Infos

Un Monde ressuscité

Nous venons de franchir un pas historique. Verrons-nous bientôt ressusciter les mammouths laineux, avec leurs défenses impressionnantes et leur pelage épais ? Espèce disparue depuis 4 000 ans, son ADN a été récemment reconstitué.

Seulement 80 % de son génome avaient pu être retrouvés par des scientifiques en 2008. Une étude, publiée le 23 avril dernier dans Current Biology, s’est basée sur des échantillons de deux mammouths : l’un de Sibérie ayant vécu il y a 45 000 ans et l’autre sur une île russe, Wrangel, ayant existé il y a 4 300 ans. Ces prélèvements proviennent d’une dent et d’un tissu mou.

Cette recherche pourrait permettre de ressusciter le mammouth laineux, en implantant un embryon génétiquement modifié dans une éléphante. Mais c’est une idée qui s’attire les foudres des protecteurs des animaux. La femelle qui porterait l’embryon serait sujette à des douleurs et redonner vie à un mammouth pour l’enfermer dans un zoo ne serait décidément pas éthique.

mammouth

Apparu en Sibérie, le mammouth laineux ressemble de près à l’éléphant. Il mesurait à peu près la même taille que son cousin et présentait une corpulence similaire mais il était doté de défenses plus imposantes et d’une épaisse fourrure en laine. Il s’agit de l’espèce de mammouth la mieux connue des scientifiques en raison de la découverte il y a quelques années de spécimens congelés extrêmement bien conservés. À tel point que certains jugent probable la résurrection de l’animal.

« Un mammouth serait nécessairement seul sur Terre. Il ne pourrait vivre en liberté en Arctique qu’après la naissance de beaucoup d’autres animaux. Et à moins que l’on puisse créer beaucoup de mammouths sans se servir d’éléphants, tout cela me semble éthiquement très malsain », indique Beth Shapiro, de l’université de Californie.

La reconstitution de l’ADN du mammouth laineux serait donc plus un « plan, à partir duquel on peut continuer à travailler », comme l’explique Hendrik Poinar, de l’université McMaster.

Sources : Le Monde, 20 minutes, Le Point.

(289)

Laissez un message