Dernières Infos

Un monde en guerre pour l’eau

Face à la croissance démographique exponentielle dans le monde entier durant tout le XXeme siècle qui se poursuit aujourd’hui dans les pays en développement. Face aux modifications climatiques induites par l’Homme. Face aux pollutions toujours plus dévastatrices, le XXI eme siècle pourrait voir subvenir des guerres pour l’eau. Nous pourrions nous dire que ceci n’arrivera pas avant le milieu du siècle et pourtant ceci pour voir le jour d’ici peu.

A lire l’article suivant, l’Egypte serait au bord d’un affrontement dont l’issue n’est autre que sa survie. L’Égypte menace de faire la guerre pour les eaux du Nil…

Quatre pays africains, riverains du fleuve, ont décidé de revoir le partage de ses ressources hydrauliques.

L’Égypte le redoutait. C’est arrivé. Au bout de dix ans de négociations, quatre pays africains riverains du Nil ont conclu seuls un accord pour se partager les eaux du fleuve nourricier, sans lequel l’Égypte ne serait qu’un vaste désert. Réunis à Entebbe, en Ouganda, l’Éthiopie, le Rwanda, la Tanzanie et l’Ouganda, qui demandaient en vain à l’Égypte de participer aux négociations, ont signé vendredi un texte créant une commission chargée de gérer les projets d’irrigation, canaux ou barrages, sur la totalité des 6 700 km du Nil. Le Kenya devrait prochainement les rejoindre.

La commission, qui aura droit de veto sur toute infrastructure concernant le Nil, devrait être basée à Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, puissance régionale. Une injure supplémentaire pour Le Caire, qui a aussitôt rejeté l’accord, avec des intonations martiales. «Les droits historiques de notre pays restent une ligne rouge», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit. Le ministre de l’Eau, Mohammed Allam, assure que l’Égypte «se réserve le droit de prendre toutes les mesures», évoquant ainsi la perspec­tive d’une guerre de l’eau.

Pour Le Caire, il s’agit d’une question vitale. Les 80 millions d’Égyptiens reçoivent du Nil 90 % de leurs ressources en eau. Un rapport officiel prévoit néanmoins un déficit pour 2017. Le gouvernement égyptien s’appuie sur le droit international. Un texte de 1959 réserve la part du lion à l’Égypte, avec 55 milliards de mètres cubes, et au Soudan, le pays où se rejoignent le Nil Blanc et le Nil Bleu, avec 18,5 milliards de mètres cubes. À eux deux, l’Égypte et le Soudan, qui a lui aussi rejeté l’accord d’Entebbe, trustent 87 % de l’eau du Nil.

C’est cet arrangement que les quatre pays riverains veulent réformer. «L’eau du Nil appartient à tous les pays, pas à un petit nombre» , a déclaré le ministre des Ressources hydrologiques éthiopien. L’Éthiopie, 85 millions d’habitants, abrite la source du Nil Bleu (85 % du débit) dans le lac Tana, et l’Ouganda, 31 millions d’âmes, celle du Nil Blanc dans le lac Victoria. Ces deux pays cherchent à se développer. L’Éthiopie a décidé de devenir le principal exportateur d’électricité en Afrique de l’Est. L’Initiative du bassin du Nil (IBN), jusqu’ici compétente, gère 22 projets de canaux ou de barrages.

Les dirigeants égyptiens essaient de se rassurer en espérant que les États dissidents auront du mal à trouver des capitaux. C’est compter sans la Chine, qui finance déjà de nombreux chantiers et agira selon ses intérêts.

Facteur d’inquiétude supplémentaire pour Le Caire, l’accord con­troversé a été signé à huit mois du référendum de janvier 2011, qui risque d’entériner la sécession de la partie sud du Soudan, où transite le Nil Blanc. Or l’Éthiopie et l’Ouganda figurent parmi les alliés historiques de l’ancienne guérilla du Sud, futur gouvernement de l’éventuel nouvel État. Ce n’est pas une bonne nouvelle, entre autres, pour le chantier du canal de Jonglei, situé au Sud-Soudan et toujours en panne malgré la fin de la guerre civile Nord-Sud en 2005. L’Égypte compte beaucoup sur ce projet, qui devrait améliorer le débit du Nil Blanc.

Le Caire peut-il pour autant mettre ses menaces à exécution ? En réalité, on voit mal l’armée égyptienne se lancer dans des expéditions contre des pays lointains et disposant de forces aguerries. La guerre de l’eau n’aura sans doute pas lieu. «L’Égypte devra probablement négocier et perdre au passage une partie de son prestige et de son influence dans la région», estime Sophie Pommier, consultante spécialiste de l’Égypte.

L’Egypte est un don du Nil, écrivait Hérodote. Sans le fleuve le plus long du monde, la civilisation égyptienne n’aurait jamais pu s’épanouir. Mais si l’on ne prend pas, en amont, les mesures nécessaires, il ne pourra bientôt plus satisfaire à la demande.

sources : http://www.lefigaro.fr/ / http://www.rnw.nl

(139)

Laissez un message