Dernières Infos

Un monde en crise expliqué par Kondratiev

Economiste russe, Kondratiev met en évidence dans son ouvrage intitulé Les vagues longues de la conjoncture, publié en 1926, des cycles d’une durée bien plus longue que celle des cycles de Juglar, ceux-ci ayant une durée moyenne de 8,5 ans. En effet, les théories de Kondratiev, qui s’appuient sur des données concernant l’économie des pays occidentaux, font apparaître des cyclées d’environ un demi-siècle. Ces cycles sont décomposables en trois périodes distinctes qui se répètent.

kondratiev

La première étape, qui dure une vingtaine d’années, correspond à une phase d’expansion et de croissance. Les investissements sont importants d’autant que la concurrence entre les entreprises et fortes. Pourtant, l’accélération de l’économie provoque une lutte pour attirer les investissements, ce qui conduit à une hausse des taux d’intérêt et donc des prix.

La deuxième phase dure environ dix ans et correspond à une stagnation de l’activité économique, liée notamment à un début de saturation des marchés ou à un trop-plein d’infrastructures. Cela génère alors une absence de possibilités pour les investissements, d’où une baisse des taux d’intérêts qui poussent les investisseurs potentiels à spéculer.

Enfin, la dernière étape est une phase de récession. La saturation des marchés est due à un excès d’offre qui surpasse la demande des consommateurs. La baisse taux d’intérêt est à l’origine d’une chute des prix, et la spéculation entraine des crises bancaires et financières. Les entreprises les plus faibles disparaissent alors, purgeant ainsi l’économie de ses éléments les plus faibles, tout ceci pouvant prendre jusqu’à une vingtaine d’années. Par la suite, et en baissant les prix unitaires de production, les entreprises peuvent alors relancer la production, annonçant ainsi un retour à une phase ascendante.

cycles-kondratiev

Nous arrivons donc vers la 6eme vague alors que depuis 2007 les crises se succèdent même si elles ne se ressemblent pas. Nous sommes donc toujours dans la phase descendante.

Le pessimisme n’est pas la leçon qu’il faut tirer de Kondratiev. A moins d’un effondrement de la civilisation comparable à celui du Ve siècle, le caractère cyclique de l’évolution économique entraîne le retour inévitable d’une nouvelle période de croissance.

De ce point de vue, les Trente Glorieuses des temps futurs sont annoncées pour les années 2020-2025. La vague baissière du 5e cycle de Kondratiev s’achèvera aux alentours de 2020, puis l’économie entrera dans une phase haussière qui durera environ 20-25 ans.

kondratiev

Avant cela, nous devrons donc faire face à une série de crises liées à la gestation de la nouvelle base technique et d’une architecture globale de marché dotée de nouveaux organismes de régulation. Tout ceci se fera sur la base du néo-keynésianisme, qui détrônera l’idéologie libérale qui dominait depuis les années 1980.

En parallèle, le prochain cycle, le sixième cycle de Kondratiev, a débuté. Il est actionné par un besoin de santé globale et va entraîner les pays qui domineront ce long cycle dans un demi-siècle de prospérité et de plein emploi.

Différences entre le 5ème et le 6ème cycle de Kondratiev :

Cinquième cycle de Kondratiev

 Rôle central de l’informatique et des techniques d’information

 Rationalisation de procédés de travail bien structurés

 Traitement informatisé avec une expertise sûre

 Optimisation du flux d’informations dans les organisations

 Optimisation du flux d’informations entre l’homme et la machine

 Prédominance de la logique/de l’attitude ou bien-ou bien

Sixième cycle de Kondratiev

 Rôle central des compétences psycho-sociales

 Rationalisation de procédés de travail peu structurés

 Traitement informatisé avec un savoir imprécis

 Optimisation du flux d’informations au-dedans et entre les personnes

 Organisation des relations interpersonnelles

 La logique et l’attitude du et-et gagne en signification

Il y a plus de 80 ans, l’éminent économiste russe N. Kondratiev a formulé et théorisé l’existence de vastes cycles économiques (45-60 ans) durant lesquels se produit le renouvellement de la « réserve des principaux biens matériels ». Cela signifie que les forces productives mondiales évoluent vers un niveau plus élevé de développement. Ces cycles sont divisés en phase haussière et phase baissière. Le passage d’un cycle à l’autre est basé sur les processus d’accumulation, de concentration, de pulvérisation et de dévalorisation du capital en tant que facteur clé de développement de l’économie capitaliste.

Pendant la révolution russe de février 1917, Kondratiev fut adjoint au ministre du Ravitaillement des gouvernements Lvov et Kerensky. Dans les années 1920, il est le brillant directeur de l’Institut des Conjonctures Économiques au Commissariat du Peuple aux Finances. Son passé, mais aussi ses théories gênantes démontrant que le capitalisme reprendrait son expansion après chaque crise, lui valut les foudres de Staline.

« Chaque étape suivante du cycle est la conséquence des conditions accumulées au cours de la période précédente, et les cycles, dans un contexte d’économie capitaliste, se succèdent naturellement, tout comme les phases viennent l’une après l’autre. Il convient cependant de se rappeler que chaque nouveau cycle évolue dans de nouvelles conditions historiques concrètes, à un nouveau niveau de développement des forces productives, c’est pourquoi on n’est jamais en présence de la répétition pure et simple d’un nouveau cycle« .

Adaptation TDF

Résumés et sources : http://les-yeux-du-monde.fr/http://www.bilan.ch/ / http://www.integrale-politik.ch/ / http://www.fdesouche.com/ / http://www.abcbourse.com/

(560)

Laissez un message