Dernières Infos

Spectaculaire éruption du volcan mexicain Popocatepetl

Le volcan Popocatepelt au Mexique est entré en éruption vendredi 25 novembre 2016. Des panaches de fumée et de cendres se sont élevé à plus de 5 km au dessus du cratère. Depuis il a produit plus de 324 éruptions. Des images impressionnantes. 

La plus importante s’est élevée à plus de 5 km au-dessus du cratère. 

Popocatepetl est actif depuis le milieu des années 1990. Le pays compte plus de 3000 volcans mais seulement 14 sont actifs.  

Le Popocatepetl, en langue nahuatl la « Montagne-qui-fume », est, avec ses 5 450 mètres d’altitude, perpétuellement couvert de neige. Il se situe à 60 kilomètres au sud-est de Mexico et à 45 kilomètres à l’ouest de Puebla, deux villes comptant respectivement vingt millions et trois millions d’habitants. Son activité, identifiée depuis le XVIe siècle, garde au travers du temps des caractéristiques très semblables. Le plus souvent elle se manifeste par d’intenses émanations de fumerolles, parfois accompagnées de petites explosions à l’intérieur du cratère. Cependant, dans un passé plus lointain, son activité a été si forte qu’elle a réussi à détruire une partie de l’ancien édifice volcanique. A l’époque précolombienne, elle a causé la mort de nombreuses personnes vivant dans les environs du volcan. Des recherches récentes ont mis en doute l’hypothèse des archéologues, qui attribue à des guerres internes la décadence des empires préhispaniques du bassin de Puebla, où se trouvaient les peuplades précolombiennes de Cholula, Cacaxtla et Xochiltecatl. Elle pourrait résulter d’éruptions volcaniques comme le pensent aujourd’hui les géologues.

Nous disposons de données géologiques fiables qui montrent que depuis vingt mille ans les éruptions ont été fréquentes et de nature cataclysmique, avec des épisodes marqués par la production de flux pyroclastiques et de flux de boue (lahars) très destructeurs.

Les dernières études géologiques ont permis de reconstituer l’histoire des éruptions du Popocatepetl et de le classer parmi les volcans à hauts risques. Après deux ans d’une sensible augmentation des émanations de fumerolles, le 21 décembre 1994, le volcan a connu une série d’explosions internes. Elles ont donné lieu à l’émission d’un nuage concentré de cendres qui est retombé sur la ville de Puebla, la recouvrant d’une couche d’un millimètre d’épaisseur. Environ 50 000 personnes vivant sur le versant oriental du volcan ont été évacuées précipitamment. Elles sont rentrées chez elles peu de jours après lorsque le volcan est revenu à un état considéré comme normal.

sources : http://www.lexpress.fr/ / http://pauillac.inria.fr

(344)

Laissez un message