Dernières Infos

Quand le Sahara était rempli d’herbe, d’arbres et d’Hommes

Il n’y a que 6 000 ans — qui à l’échelle de l’histoire de la Terre est presque négligeable — de la pluie tombait en abondance sur le nord du continent africain. Oui, il fut un temps où de la végétation digne des jungles tropicales dominait ces espaces, aujourd’hui parmi les plus arides de notre planète.

Alors comment se fait-il qu’en si peu de temps, à l’échelle climatique, d’immenses étendues vertes deviennent le plus inhabitable désert au monde ?

C’est en étudiant les poussières emportées par les vents, et déposées au fond de l’Atlantique, que les scientifiques ont pu confirmer ce changement abrupt.

Mais la raison de ce changement vient d’une diminution des radiations solaires il y a 5 ou 6000 ans. En effet, la Terre a un peu reculé par rapport au Soleil en changeant légèrement l’angle de son axe; un cycle qui se produit tous les 23 000 ans.

Moins de soleil veut dire moins d’évaporation en été, ce qui veut dire que la mousson africaine a perdu en intensité. C’est ainsi que l’apport de pluie au nord de l’Afrique s’est arrêté, permettant au désert de se former.

La plupart des grands déserts sont en général situés au milieu de ce système (entre A et D sur le graphique) et ne bénéficient donc jamais de retombées de pluie. On peut le voir à gauche du graphique : le 30°­N se situe à l’extrême nord de l’Afrique, au-dessus du Sahara actuel. 

Il y a 5 ou 6000 ans, donc, la cellule de Hadley était plus courte. Le point A, soit les retombées de pluie, était donc plus au sud : en plein sur le Sahara actuel. 

Aujourd’hui, le Sahara est le plus grand désert chaud du monde. Il y a dix mille ans, il ressemblait plus à la savane africaine, vue ici.

Cependant une autre explication du Sahara se tiendrait dans les chèvres. “Les chèvres sont les principales suspectes”, a déclaré Wright. «J’ai littéralement vu une chèvre manger une brique – elles mangent beaucoup pour leur taille. Il ne faudrait pas beaucoup de chèvres dans un paysage stressé pour avoir un impact important. ”

Si affamés, les mammifères herbivores parsèment déjà le Sahara, pourquoi les animaux domestiqués jouent-ils un tel rôle de transformation? La réponse est que les animaux sauvages n’aiment pas passer beaucoup de temps en plein air où ils sont des cibles faciles pour les prédateurs. Cependant, le bétail est heureux de dénuder un champ d’herbe sous l’œil attentif d’un gardien humain.

Des troupeaux de chèvres et d’autres bêtes ont exposé un sol qui était auparavant caché sous la végétation, avec des conséquences sur le climat local. Vous avez peut-être appris à l’école que les couleurs plus vives reflètent plus de lumière, c’est pourquoi il est plus confortable de porter une chemise blanche qu’une chemise noire par une journée chaude et ensoleillée. La surface de la Terre fonctionne de la même manière. La saleté et le sable de couleur fauve réfléchissent plus de lumière que les herbes et les broussailles virides.

“Lorsque cette lumière est réfléchie, l’énergie associée à la lumière retourne dans l’atmosphère, ce qui la réchauffe. Sous les tropiques, une atmosphère chauffée a tendance à avoir moins de nuages ​​qu’une atmosphère plus fraîche “, a déclaré Wright. Moins de nuages ​​signifie moins de pluie. C’est ce qui s’est passé au Sahara.

Les lignes sur cette carte représentent la propagation du bétail au cours des millénaires. Les points représentent des sites où les archéologues ont trouvé des traces de bétail. 

Wright dit que son hypothèse laisse encore beaucoup de questions sans réponse. «Nous devons forer dans ces anciens lacs pour obtenir les enregistrements de la végétation, regarder l’archéologie et voir ce que les gens faisaient là-bas», a déclaré M. Wright. “Il est très difficile de modéliser l’effet de la végétation sur les systèmes climatiques. C’est notre travail en tant qu’archéologues et écologistes de sortir et d’obtenir les données, pour aider à faire des modèles plus sophistiqués. ”

Sources : Phys.org | Popular science | PHYS 

 

(422)

Laissez un message