Dernières Infos

Le vrai Brexit, c’était il y a 450000 ans !

Des géologues sont parvenus à comprendre comment la Grande-Bretagne s’est détachée du continent européen.

Pour ce Brexit-là, il n’y a eu aucun référendum. L’histoire remonte à 500 000 ans. La Grande-Bretagne ne faisait alors qu’un avec le reste de l’Europe. Puis elle s’en est détachée. Comment cela s’est-il produit ? C’est le scénario de cet étonnant «Brexit géologique», qui s’est produit il y a environ 450 000 ans, qu’une équipe internationale de géologues vient de publier dans la revue scientifique «Nature Communications».

Au départ, ce que l’on nomme la Manche n’était qu’un pan de terre, parsemé de multiples rivières. Et l’on pouvait franchir la distance entre Douvres et Calais à pied. Cette région de la France était recouverte par la steppe tandis que, plus au nord, d’Utrecht (Pays-Bas) aux îles Britanniques, la banquise tapissait tout. Puis celle-ci s’est mise à fondre, formant un lac qui a fini par se déverser vers le sud avec fracas par-dessus une ligne de crête rocheuse. «Cette chute d’eau d’environ 32 km de largeur et tombant de 100 m de hauteur a érodé la crête du barrage, provoquant une gigantesque inondation qui a creusé la Manche», explique Alain Trentesaux, professeur au laboratoire d’océanologie et de géosciences de l’université de Lille et coauteur de l’étude.

Des dents de mammouth découvertes au fond de la mer

La trace de ces chutes dantesques, découverte à 100 m de profondeur sous la forme de grands trous, qu’on appelle des marmites de géants, a permis aux chercheurs de reconstituer l’histoire de cette séparation.

Sept d’entre elles ont été repérées «à peu près alignées», écrivent les scientifiques, «entre les ports de Calais et de Douvres». «Elles ne sont pas très loin du tunnel sous la Manche», précise Alain Trentesaux. «La détection de ces piscines sous-marines géantes remonte aux années 1970», précise de son côté la paléoclimatologue Brigitte Van Vliet-Lanoe, également cosignataire de l’étude.

Selon la scientifique, le détroit, situé à la frontière entre la Manche et la mer du Nord, s’ouvre par intermittence depuis 55 millions d’années, en raison du mouvement des plaques terrestres. Après la naissance de ces chutes gigantesques, il s’est à nouveau refermé. «Il y a 200 000 ans, l’homme de Neandertal a pu ainsi passer côté anglais à pied sec, précise-t-elle. Mais, pour l’homme de Cro-Magnon, il y a 20 000 ans, le passage était à nouveau envahi par les eaux et il ne pouvait le franchir que l’hiver quand tout était gelé, tout comme les mammouths ou les rennes. Si on le sait, c’est parce qu’il arrive encore aujourd’hui aux pêcheurs de remonter dans leurs filets des dents de mammouth», précise-t-elle. Comme quoi le Brexit n’a rien d’irréversible!

source : http://www.leparisien.fr/

(355)

Laissez un message