Dernières Infos

Le Triple cocktail pour un fort refroidissement climatique

«Le réchauffement climatique” peut devenir un de ces cocktails pittoresques historiques si les trois facteurs climatiques clés – refroidissement de la surface des températures du Pacifique du Nord, très faible activité solaire et l’augmentation des éruptions volcaniques – convergent pour former une «tempête parfaite» de la chute des températures de notre planète qui durerait 20 ou 30 ans, voir plus.

«Il y a des points qui sont différents de ce que nous avons vu quand nous sommes sortis de la dernière période chaude AOP [oscillation décennale du Pacifique] et nous sommes entrés dans cette phase froide [de 1947 à 1976]. Maintenant, nous avons un cycle de très faible énergie solaire et la possibilité d’une activité volcanique accrue. Additionnés, ils créent ce que j’appelle le «le Triple cocktail du refroidissement climatique,» dit Joe Bastardi météorologue auprès de Accuweather.

Si les trois ingrédients du changement climatique se réunissent, ce serait une recette dangereuse vers des températures froides qui provoqueraient une réduction des saisons agricoles dans les latitudes nordiques, paralysant la production de céréales dans les ceintures de blé des États-Unis et du Canada. Ainsi cela provoquerait le déclenchement de pénuries alimentaires généralisées et de famines.

L’oscillation décennale froide du Pacifique

L’oscillation décennale du Pacifique se réfère à des variations cycliques des températures de surface de mer qui se produisent dans l’océan Pacifique Nord. (Le PDO est souvent décrite comme une durée El Niño-comme un long cycle.) L’évènement AOP persiste généralement pendant 20 à 30 ans, en alternance entre les phases chaudes et fraîches. Au cours de ces longues périodes, il y a parfois un intervalle de courtes phases qui peuvent durer plusieurs années.

De 1977 à 1998, au cours de la hausse du “réchauffement climatique”, l’Amérique du Nord était au milieu d’une AOP (PDO) chaude. Depuis lors, nous avons connu plusieurs fluctuations de PDO de courte durée entre chaud et froid.

Mais l’AOP a une fois de plus repris sa phase négative froide, et, en tant que telle, cela pilote le climat dans le Triple cocktails du refroidissement climatique. Avec le passage à une AOP froide, nous avons vu un changement dans le phénomène El Nino / Southern Oscillation (ENSO), qui alterne entre El Nino (phase chaude) et La Nina (phase froide) de quelques années. La récente forte El Nino qui a débuté en Juillet 2009 est maintenant orientée vers un épisode de Niña, un signe de températures plus froides à venir.

«Nous nous dirigeons vraiment vers une Niña actuellement, qui, comme les Ninas, la tendance va persister dans une AOP froide pendant deux ans, cela devrait nous apporter des températures plus froides au cours des prochaines années », prédit Joe D’Aleo, fondateur de l’International Climate and Environmental Change Assessment Project (calotte glaciaire) et le premier directeur de la météorologie sur la Chaîne Météo.

Il n’est pas seul dans ses prévisions. Bastardi voit aussi un épisode de Niña.

La différence de température de surface de mer entre les phases positives et négatives AOP ne dépasse pas 1 à 2 degrés Celsius, mais la zone touchée est énorme. Ainsi, les changements de température peuvent avoir un grand impact sur le climat en Amérique du Nord et mondial.

En fait, comme M. Roy Spencer souligne, la phase PDO chaude durable de 1977 à 1998 pourrait expliquer l’essentiel du réchauffement que nous avons connu au 20e siècle.

«C’est parce qu’un changement dans les modèles de circulation météorologiques peuvent causer une légère modification de la nébulosité sur la moyenne mondiale. Et comme les nuages représentent le plus gros du contrôle interne des températures globales (par leur capacité à réfléchir la lumière solaire), un changement de la nébulosité associée à l’AOP pourrait expliquer la plupart des changements climatiques que nous avons vu au cours des 100 dernières années ou plus, a t-il écrit.

La baisse de l’activité solaire

Une autre préoccupation réelle – et le second phénomène du climat dans le Triple cocktails du refroidissement – est l’étirement de la Terre vers une continuité d’une faible activité solaire que nous connaissons actuellement. Nous sommes sortis récemment du plus long minimum solaire -12,7 années comparativement à la moyenne de 11 ans – en 100 ans. Ce fut une période historiquement inactive en terme de nombre de taches solaires. Au cours du minimum, qui a commencé en 2004, nous avons connu 800 jours sans tâche. Une moyenne de cycle normal est de 485 jours sans tâche.

En 2008, nous avons connu 265 jours sans une tâche solaire, le quatrième chiffre le plus élevé de jours sans tâches depuis continu des observations quotidiennes a débuté en 1849. En 2009, la tendance s’est poursuivie, avec 261 jours sans tâches, ce qui le classe parmi les années les plus vierges-soleil de cinq ans. Seuls les 1878, 1901 et 1913 (le détenteur du record avec 311 jours) a enregistré plus de jours sans tâche.

En 2010, le soleil continue à rester dans cette période calme. Il y a eu 27 jours sans taches (en fonction de taches solaires compte Layman) en avril et, à compter du 19 mai, 12 jours sans une tache. Les deux mois présentaient des périodes de faible activité solaire inexplicablement à une époque où le soleil devrait être jouer ses “muscles solaires” et monter en puissance vers un prochain maximum.

Pourquoi le nombre de taches solaires est si important ? Très simple: il y a une forte corrélation entre l’activité solaire et la température globale. Pendant le minimum de Dalton (1790 – 1830) et du minimum de Maunder (1645 -1715), deux périodes très faibles de l’activité solaire, les températures dans l’hémisphère Nord ont chuté avec son lot de famines et du gel des fleuves comme la Seine ou bien la Tamise en plein hiver.

Si le faible niveau d’activité solaire au cours des trois dernières années se maintient à travers le cycle solaire actuel (le cycle solaire 24), qui devrait culminer en 2013, nous pourrions être confrontés à une baisse importante des températures au cours des cinq à huit prochaines années.

Même la NASA, le physicien solaire David Hathaway nous dit que c’est “le soleil le plus calme depuis un siècle”. Depuis que le réchauffement climatique qui a commencé dans les années 1950, l’activité solaire a été généralement élevée,” dit Hathaway (NASA). “Cinq des dix plus intenses cycles solaires enregistrées ont eu lieu au cours des 50 dernières années. Nous ne sommes pas habitués à ce genre de calme profond.”

Les éruptions volcaniques

Bien que l’éruption volcanique du mont Eyjafjallajokull a posé des problèmes pour l’aviation et que cela soit fini, il reste un événement relativement mineur par rapport aux normes volcaniques. Une grande partie de son nuage de cendres est resté hors de la stratosphère, où il reflète la lumière du soleil, ce qui oriente des températures plus froides de l’hémisphère nord.

Malheureusement, il y a une chance très réelle, que le volcan voisin de l’Eyjafjallajokull, le volcan Katla, puisse entrer en éruption, c’est le Troisème cocktail climatique vers un refroidissement. Si le Katla entre éruption, il se pourrait qu’il provoque une baisse des températures mondiales aidé considérablement avec l’AOP négatif du pacifique et un soleil endormi.

La caldeira Katla mesures 42 miles carrés et dispose d’une chambre magmatique d’un volume d’environ 2.4 miles cubes, soit suffisamment pour produire un indice d’explosivité volcanique (VEI 6) – dix fois plus grand que l’événement du Mont St. Helens.

Le Katla entre en éruption tous les 70 ans, plus récemment, en 1918, souvent en tandem avec les volcans voisins comme le Eyjafjallajokull.

Selon Bastardi, “Le volcan Katla en Islande est un orienteur du jeu. Si il entre en éruption et si il envoie des panaches de cendres et de SO2 dans la stratosphère, tout le refroidissement causé par les cycles océaniques seraient renforcés et amplifiés. ”

Et le Katla, avec sa grande chambre magmatique, quand il a déclenché sa fureur dans les années 1700, le volcan a fait chuter les températures en Amérique du Nord et dans le monde.

Comme Gary Hufford, un scientifique de la région de l’Alaska du National Weather Service, observe :

“Le fleuve Mississippi gelait juste qu’au nord de la Nouvelle-Orléans et la côte Est, notamment la Nouvelle-Angleterre, a eu un hiver extrêmement froid.

“Le Katla pourrait causer des changements climatiques graves. Il dépend de la durée de l’éruption, et à quelle altitude les cendres se retrouveront aussi dans la stratosphère.”

Avec l’AOP actuelle dans sa phase au refroidissement, l’activité solaire plus faible depuis plus de 100 ans, et la perspective d’une éruption majeure climatique, un refroidissement climatique devient plus que probable. D’aleo nous dit : “Le Froid est beaucoup plus grave que le peu de chaleur que nous avons connu de 1977 à 1998 au cours des cycles chauds.”

Traduction, adaptation et extrait, source de http://www.examiner.com

(509)

Laissez un message