Dernières Infos

Le scénario catastrophe de la prochaine méga éruption volcanique

Il y a 202 ans survenait en Indonésie l’éruption volcanique la plus puissante et la plus meurtrière jamais recensée. Les chercheurs estiment qu’une telle éruption, loin d’être une anomalie de l’histoire, pourrait avoir lieu dans le futur.

10 avril 1815. Après cinq jours d’activité inhabituelle, le Tambora entre en éruption. Et c’est un véritable déluge de feu. Les nuées ardentes qui dévalent les pentes du volcan emportent tout sur leur passage. Une ethnie entière est rasée de la surface de la Terre, de même que toute trace de vie dans un rayon de 25 km. En quelques jours, entre 71 000 et 121 000 personnes périssent.

Mais la catastrophe ne s’arrête pas là. Pendant un an, des quantités phénoménales de cendres sont projetées dans l’atmosphère. Couvrant la lumière du soleil, elles font chuter la température partout dans le monde de 1,5° C et, par voie de conséquence, le rendement des cultures agricoles.

En Europe, le manque de nourriture est criant. À peine remis des guerres napoléoniennes, le continent connaît à nouveau la famine. 100 000 personnes en périront. En Suisse, les conditions sont particulièrement insoutenables. Le pays étant privé d’accès à la mer, l’approvisionnement en nourriture y est beaucoup plus difficile. La famine est telle que certaines mères préfèrent tuer leurs enfants plutôt que de les voir mourir de faim.

À titre de comparaison, l’éruption du Tambora a été vingt fois plus puissante que celle du Vésuve, qui annihila la ville antique de Pompéi en l’an 79. Si il demeure une exception à l’échelle de l’histoire humaine, les experts estiment qu’un tel cataclysme pourrait se reproduire à l’avenir. Auquel cas, les conséquences seraient bien plus dramatiques.

En effet, la très forte densité démographique démultiplie les victimes potentielles d’une éruption volcanique. Près de 800 millions de personnes vivent aujourd’hui près d’un volcan possiblement actif, notamment dans certaines villes très peuplées de la planète (Mexico, Tokyo, Naples, Manille…). Malgré les outils de prévention, le risque zéro paraît illusoire.

En raison de la mondialisation économique et de l’augmentation des moyens de communication, une éruption même modérée peut avoir un impact économique dévastateur. Rappelez-vous de l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull qui paralysa le trafic aérien en avril 2010. Peu puissante au regard de celle du Tambora, ses conséquences n’en furent pas moins considérables : 100 000 vols annulés, 10 millions de passagers affectés et un coût total de 5 milliards de dollars.

Face à ces risques, la science se mobilise. Mais en dépit de progrès considérables en volcanologie, les scientifiques peinent encore à prédire quand et où auront lieu de telles éruptions.

source : http://www.nationalgeographic.fr/

(807)

Laissez un message