Dernières Infos

Le professeur Vincent Courtillot expose les erreurs du GIEC

Le professeur Vincent Courtillot, de l’académie des sciences, n’est pas climatologue, mais géologue physicien, doté d’un CV académique très étoffé. Il a été amené à s’intéresser presque incidemment aux données du climat, car géologie et paléo-climatologie se rejoignent parfois. Sa qualité scientifique lui a permis de se mettre assez rapidement à niveau ! Dans la vidéo ci dessous, avec une clarté pédagogique et une brillance orale qui n’exclut pas la rigueur scientifique, il étrille littéralement la “science” contenue dans les rapports du GIEC.

Une personne de bonne foi ne peut pas ne pas être absolument convaincue que les conclusions du GIEC, induisant une relation majeure de cause à effet entre CO2 et températures terrestres, sont très fortement entachées d’erreurs graves après avoir vu cela.

•le Hadley Center, centre météologique britannique qui alimente le GIEC en mesures de températures globales “traitées”, à toujours refuser de livrer aux équipes de M. Courtillot ses données brutes de mesure. Gênant, tout de même, pour la crédibilité du Hadley Center…

•L’équipe Courtillot est donc allée à la pêche station par station. Or, les données au jour le jour des stations européennes et américaines qu’elle a collectées donnent des courbes de températures réellement mesurées totalement différentes de celles du GIEC.

•Les techniques de dendrochronologie (étude des anneaux d’arbre) utilisées par Micahel Mann pour reconstituer les températures du passé et produire sa trop fameuse courbe en crosse de hockey, comportent de nombreuses erreurs qui “aplatissent” les courbes du passé. En réinjectant dans les calculs les résultats de travaux de botanique récents, qui prennent en compte comment les arbres réagissent vraiment aux variations de température, alors on retrouve l’optimum médiéval (période bien plus chaude que de nos jours vers l’an 1000) et d’autres périodes plus chaudes que sur la courbe de Mann avant le minimum de Maunder.

•Les modèles du GIEC sous estiment d’un facteur 20 (!!) l’influence des variations solaires sur la température, à cause d’une erreur de calcul basique dans la calibration des signaux de satellites différents. (Et “accessoirement”, dans une conférence plus détaillée car un peu plus longue, donnée à Strasbourg, visible ici, l’on apprend que les “forçages” liés au CO2 sont surestimés d’un facteur 6…)

•Les modèles du GIEC ignorent les  nuages, ce qui est fâcheux, quand on sait qu’une variation de couverture nuageuse de 3% équivaut à une différence de flux énergétique nettement supérieure à celle induite par les variations de teneur en CO2.

•M. Courtillot rappelle avec une précision jusqu’ici inconnue en langue française, que la variation de la température au cours des siècles, mesurée par des méthodes glaciaires ou géologiques, précède de 800 à 2000 ans la variation des concentrations de CO2. S’il y a causalité, ce ne peut être que dans le sens “variation de températures => variations du CO2” et non l’inverse.

•D’une façon générale, tous les modèles du GIEC sous estiment gravement les incertitudes tant sur les données qu’ils utilisent que, c’est une lapalissade, celles qu’ils omettent. Leurs modèles ne peuvent donc qu’être très fortement entachés d’erreurs. Selon M. Courtillot, dans 10 ans, il sera largement admis que les thèses actuelles du GIEC étaient fausses.

La grande force de l’exposé de M. Courtillot est de n’être jamais polémique. Il ne traite jamais le GIEC  d’incapables, laissant à l’auditeur le soin de tirer cette conclusion lui même. Il se contente de critiquer la confiance excessive (d’autres diraient : “arrogance”) que le GIEC affiche dans ses conclusions, car cet organisme minimise les incertitudes inhérentes à toute science jeune au corpus en cours de formation.

Il ne livre que très progressivement les pièces qui ont conduit à faire de lui un climato-sceptique, alors qu’il y a seulement quatre ans, il croyait, comme “tout le monde”, que le GIEC disait “la” science.  Il se contente, à la fin de son exposé, de rappeler que peut être que tout l’argent public déversé sur la lutte contre les rejets de CO2 pourrait être mieux employé ailleurs, et d’émettre des doutes sur la pertinence du choix de la nature institutionnelle du GIEC (un organisme sous l’égide d’une institution politique, l’ONU, plutôt que sous le pilotage d’une instance scientifique elle même).

extrait et source : http://www.objectifliberte.fr/

(176)

Laissez un message